Archive for 04/24/12

mardi, avril 24, 2012

Japon un an après : 8 regards sur le drame

Présentation

C'est  en allant à la séance de dédicace du samedi 21 avril 2012 de Katsura Takada que j'ai acheté le recueil : Japon un an après : regards sur le drame.
Il regroupe 8 histoires courtes sur ce qui s'est passé au Japon le 11 mars 2011.
Ce recueil est publié chez Kazé et a été fait sur la demande de ce dernier.
8 jeunes mangakas et 5 auteurs ont été réunis pour cette occasion. C'est une collaboration franco-japonaise dont tous les bénéfices sont reversés à la Croix Rouge japonaise.
Il a été distribué en France le 14 mars 2012 au prix de 19,94 euros.


L'ouvrage


Le couverture est sobre : on voit une fille au milieu des ruines (c'est l'une des illustrations qui est présente dans la troisième histoire qui s'intitule : La survivante). On ressent de suite, la solitude, le côté dramatique, la tristesse, la destruction et la désolation. Dès le début on plonge dans l'univers du drame et cela boulverse le lecteur.

Quand on ouvre le livre, on voit sur la droite un objet représentant un chat au milieu des ruines (illustration extraite de la troisième histoire) et à gauche une fille qui a peur.
Cela renforce les premières sensations. On ressent la désolation, la sensation de perte et l'angoisse.
On voit que la troisième histoire est mise en avant dès le début.






On voit ensuite huit illustrations sur huit pages en couleurs présentant chacune une histoire et les héros de chacune d'elles dans l'ordre chronologique. Elles sont très belles et je trouve que c'est une bonne idée que d'introduire des illustrations en couleurs.

Les dernières pages de l'ouvrage sont blanches avec une petite illustration sur chaque page extraite de chaque histoire, comme un rappel. L'ordre des histoires n'est pas respectée.

Sur la dernière page on voit encore une illustration tirée de la troisième histoire représentant l'héroine.

L'analyse

Les histoires sont variées et ont chacune des styles différents.

Le trait de crayon de beaucoup d'histoires présentes dans ce recueil me fait penser au coup de crayon des mangas de type shojo.

Dans chaque histoire, on insiste beaucoup sur les émotions sauf dans la quatrième (Cest ton  tour, Gaichi) où l'on attache plus d'importance aux souvenirs et moins à l'émotion selon moi.

Pour moi la cinquième histoire (Un centenaire à Fukushima) sort du lot car on revit cent ans d'histoire du Japon à travers la vie du personnage.

Les histoires les plus réalistes pour moi sont : la première (Je suis de retour), la cinquième et la septième(Le symbole de la reconstruction).

Pour la septième, la quatrième et la première histoire, le dessinateur est la même personne que le scénariste alors que dans les autres, il y a un scénariste et un dessinateur.

Dans la quatrième histoire, on ne fait que des allusions sur ce qui s'est passé le 11 mars 2011, dans la septième, on n'en parle qu'au début alors que dans les autres, tout se passe le jour même ou dans les jours juste avant ou juste après.

mardi, avril 24, 2012

Interview de Katsura Takada

Lors de la séance de dédicace organisée par Kazé au Manga Café V.2 le samedi 21 avril 2012, j'ai pu interviewer l'un des créateurs du manga Japon, un an après : 8 regards sur le drame, Katsura Takada.


Katsura Takada est à la fois l'auteur et le dessinateur d'une des 8 histoires - la première - qui composent le recueil Japon, un an après : 8 regards sur le drame. publié chez Kazé. Il était présent pour dédicacer ce recueil.









Etaient également présents à ses côtés Kazé, maison d'édition de ce recueil et la traductrice de ce manga.


D'où venez vous?

Je suis de Kyoto mais je vis actuellement à Tokyo.

Quel âge avez-vous?

Ceci est un secret (rires).

Depuis quand dessinez-vous?

J'ai été assistant de mangakas pendant 10 ans et je suis mangaka indépendant depuis 3 ans.

Pourquoi avez-vous fait ce manga?

J'ai reçu une offre de Kazé pour écrire ce manga.

Je voulais décrire ce qui c'était passé lors de la catastrophe de Fukushima vue de Tokyo en étant le plus proche possible de la réalité.
J'ai plus ou moins vécu cela de la même façon que le héros a vécu cette situation. De ce fait, j'étais l'un des seuls à pouvoir décrire la vérité.
J'étais dehors quand cela s'est produit et comme le héros, je suis rentré à pieds chez moi. Cela faisait une marche d'environ 15 km.

Ma démarche était de montrer aux français ce qui s'est passé autour d'un endroit moins touché que l'épicentre.

Que pensez-vous de votre collaboration avec les autres auteurs?

J'ai aimé travailler avec eux mais je pense que mon histoire est la meilleure (rires).

Je dit cela car je pense être celui qui a été le plus proche de la réalité.

J'ai beaucoup apprécié l'histoire sur la reconstruction de l'aéroport de Sendai. L'auteur de cette histoire était vraiment présent lors de cette reconstruction.

Il y a eu un événement organisé par un groupe de mangakas pour la reconstruction de cet aéroport.

Il a avoué avoir été impressionné par cette histoire aussi bien au niveau du dessin que de l'histoire elle même.

Envisagez-vous d'autres collaborations?

Oui, pour un thème spécifique ou si je trouve l'histoire intéressante, je collaborerai avec plaisir.

Quels sont vos futurs projets?

J'écris une série pour un magazine japonais en ligne et j'espère pouvoir la finir. C'est sur Dengeki comic-japan web-magazine.

Comptez-vous revenir?

Je suis venu grâce à Kazé et j'espère revenir.


Je tiens à remercier Katsura Takada et Kazé pour avoir eu la gentillesse de me permettre de faire cette interview et pour leur  accueil chaleureux

mardi, avril 24, 2012

Lily la menteuse

Présentation


Lily la menteuse est un manga de Ayumi Komura qui sortira le 16 mai prochain au édition Akata Delcourt. C'est un manga de type shojo regroupe déjà 6 tomes au Japon. C'est un bimestrielle qui sera vendu au prix de 6,99 euros. Le tome 2 sortira le 4 juillet 2012 et le tome 3 en septembre 2012. 














Résumé

C'est l'histoire d'amour entre Hinata l'héroine principale et Shinohara.

Se sont deux lycéens. Shinora n'est jamais sorti avec une fille et Hinata n'est jamais sorti avec un garçon. Pour eux deux ça sera leur première histoire d'amour.
Cette histoire d'amour semble être comprise car Shinohara se travestit en fille.

L'histoire commence par la rencontre entre Hinata et Shinohara, ce dernier demande à Hinata de sortir avec lui, celle-ci s'empresse de dire oui car elle est trop heureuse d'avoir un petit ami pour la première fois. Shinohara part tout heureux et n'arrive pas à croire qu'un fille veuille de lui. Hinata repart en classe sur son petit nuage mais elle apprend une tragique nouvelle : son petit ami se travestit en fille. Pour elle, cela n'est pas possible et elle préfère rompre avec lui. Cependant par amour pour elle, Shinohara est prêt à ne plus se travestir et lui en fait la promesse à la fin de l'extrait que j'ai pu lire.

Analyse

Ce manga est un shojo dans la plus pur tradition avec en fond de trame une histoire d'amour compliquée entre deux lycéens. L'histoire repose sur cette romance comme dans beaucoup de shojos.
On pourrait donc se dire voilà un shojo comme tant d'autres, cependant deux points font que ce dernier se démarque.

Le premier est que les deux héros s'avouent leurs sentiments et se mettent ensemble dès le début, ce qui est rare dans un shojo et plutôt déroutant. On se demande sur quoi va reposer l'intrigue car cela se passe dès la première page.
Le second est la raison qui empêche leur histoire d'amour. En effet, le thème du travestissement est original et bien trouvé. C'est une bonne idée.
C'est à partir de cela que je pense pouvoir affirmer (en effet, j'attends les autres tomes pour savoir si je me trompe) que ce shojo qui semble banal sort quand même du lot et est intéressant et novateur.

Les illustrations sont plutôt moyennes mais typiques d'un shojo donc cela n'est pas trop gênant.

Pour conclure je dirai que ce manga est novateur tout en étant traditionnel ce qui fait un bon mélange, qu'il me tarde de découvrir plus en détail.
Ma note est de 15 sur 20 pour l'originalité de l'intrigue.

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -