Archive for février 2013

jeudi, février 28, 2013

Iris Zero tome 1


Fiche

Iris Zero est un seinen scénarisé par Piroshiki et illustré par Hotaru Takana. En France, il est publié par Doki-Doki.
Ce premier tome est sorti le 8 février 2012 au prix de 7,50 euros. 
Au Japon comme en France,  la série comporte actuellement 5 tomes.  Le 5ème volume est sorti le 13 Février 2013 dans nos librairies.
La série est déconseillée au moins de 14 ans.










Synopsis

Pour échapper aux brimades de ses camarades de classe, Tôru a une philosophie : s'exposer un minimum aux regards des autres. Car dans un monde où chaque enfant possède désormais "l'Iris", la faculté de "voir" des choses, il est l'exception qui confirme la règle. Se faire oublier est pour lui une question de survie.
Mais tout bascule pour Tôru le jour où Koyuki Sasamori, une des filles les plus populaires du lycée, fait irruption dans sa classe pour lui demander une faveur. Violemment tiré de sa tour d’ivoire, Tôru se retrouve alors à la croisée de tous les regards...

Avis

Sous son air de manga scolaire classique, Iris Zero est un manga profond et plein de bonne humeur.
Les péripéties d’Iris Zero se déroulent dans un cadre scolaire. C’est dans ce lieu que nous avons tous fréquenté que les auteurs ont décidé d’aborder des thèmes plutôt dures auxquels nous pouvons être tous confrontés : l’exclusion, le mensonge, le besoin d’amis ou encore les moqueries subies. Néanmoins, même si ces thématiques sombres sont abordées avec sérieux, c’est fait dans une ambiance légère et rayonnante. En effet, ce manga respire la joie de vivre, notamment avec l’aide d’un humour efficace. De plus, le caractère perspicace et  observateur de Tôru donne aux frasques de nos héros un petit côté enquête policière.  C’est sur ce filon que l’intrigue va se baser : plusieurs courtes aventures qui vont  renforcer les liens de nos protagonistes.
Les personnages sont vraiment la force de manga. D’abords penchons-nous sur Tôru. Ce jeune garçon est dépourvu d’Iris contrairement à ces camarades de classe. Il est donc le centre des brimades. Pour éviter ces dernières,  il applique sa « politique d’exposition minimale ».  Malgré qu'il soit le souffre-douleur de sa classe, Tôru se montre sympathique et ne semble pas en vouloir aux autres. Il n’est pas un de ces héros de tragédie grecque qui accuse la fatalité et se lamente sur leur sort.  De plus, même s’il préfère se cacher dans son coin, il n’hésite pas à venir en aide aux autres, et notamment à Koyuki. D’ailleurs Koyuki, est elle aussi un des personnages forts de la série. Elle est aux antipodes de Tôru : elle est populaire et appréciée de tous. Même si dans un premier temps elle passe un peu pour une « nunuche », il n’en est rien puisqu'elle se montre sincère, sensible  et dégageant une certaine innocence. Toutes ces qualités la rendent très attachante.
Au niveau du dessin, les traits restent simples. Les personnages ont des bouilles plutôt rondes ce qui leur donnent un esprit enfantin. Mais ces éléments correspondent bien à la série : face à ces dessins, on s’immerge dans l’univers d’Iris Zero. Cet univers qui pourrait tout à fait être le nôtre. De plus, ce volume est  riche en chibis. Ces derniers sont marrants puisqu'ils sont la clef des scènes humoristiques.
L’édition est très soignée. On peut mettre en avant la présence de deux pages couleurs en introduction ainsi que des pages bonus vraiment appréciables tant elles sont amusantes. Doki-Doki nous réserve encore une surprise puisqu'en soulevant la jaquette on pourra trouver des fiches personnages.
Iris Zero met en avant un héros banal, qui n’a pas de supers pouvoirs, bien loin de tous les clichés du genre. Ainsi le lecteur s’identifie plus facilement à Tôru.  On se demande toujours comment ce dernier va évoluer, par rapport aux autres personnages et à leurs Iris. Par ailleurs, l’histoire va gagner en intérêt au fur et à mesure que l’on s’attache aux personnages. Iris Zero a aussi pour objectif de nous faire réfléchir sur des sujets sérieux tout en nous émouvant et en nous distrayant. Elle nous apporte de la fraîcheur et de l’humour. C’est pour cela qu'Iris Zero est sans conteste l’une de mes séries favorites. Je vous conseille donc de vous ruer sur ce titre qui est selon moi l’un des titres phares du catalogue de l’éditeur.



Koyuki

mercredi, février 27, 2013

Ki-oon va vous ensorceler avec Ash & Eli

Ash & Eli est un shônen des éditions Ki-oon et de la mangaka Mamiya Takizaki.

C'est un mélange d'éléments modernes et de fantasy médiévale.





Synopsis

Lorsqu'il se réveille sans le moindre souvenir de sa vie d'avant, le jeune Ash, pour survivre, se transforme en homme à tout faire. Tout à tour garde du corps, menuisier ou cuistot, il sillonne le monde à la recherche de parcelles de son passé, accompagné de son fidèle cochon, Bou.
Alors qu'il propose ses services aux habitants d'une petite ville, l'improbable duo croise le chemin d'Eli, chercheuse en mission pour l'armée. La jeune fille s'étonne de voir qu'Ash semble manier la magie sans respecter aucun des principes qui gouvernent son usage. Serait-ce grâce à ce mystérieux grimoire aux pages complètement blanches qu'il transporte toujours avec lui ?
Quand il accepte de laisser la jeune fille l'accompagner, Ash ignore qu'il met le pied dans un engrenage sinistre qui fera de lui une cible de tous les instants pour l'armée et les sbires...

Découvrez le 11 avril 2013 cette nouvelle série ensorcelante, issue de directement de la collaboration des éditions Ki-oon et de la mangaka indépendante Mamiya Takizaki. C'est la troisième création originale des éditions Ki-oon.





Les tomes 1 et 2 sortiront en simultanée au prix de 6,60 euros chacun.

Visuels :






















Alors êtes-vous sous le charme ?

Source : Ki-oon


mercredi, février 27, 2013

Sortie du 28 février 2013 chez Imho

Carnet de massacre, les étranges incidents de Tengai

Auteur et illustrateur : Shintaro Kago

Après l'éruption d'un volcan, la famine s'abat sur le Japon médiéval de l'ère Tenmei. Le fief de Tengai, sour la tyrannie de la princesse Sagiri, n'est pas épargné. Entre paysans mutilés et lobotomisés, ninjas rivalisant d'ingéniosité pour créer des armes plus insolites les unes que les autres, tous tente de satisfaire la princesse pour survivre. Adepte de ruses démoniaques pour maintenir son autorité et de petits jeux sadiques pour tromper l'ennui, la jolie Sagiri réussit tant bien que mal à saper toute tentative d'insurrection.






Qu'en pensez-vous ?

Source : Imho

mercredi, février 27, 2013

Les sorties Kana du 1er mars 2013

Pour ce début de mois Kana, nous propose un large éventail de mangas.

Angel Voice tome 18 de Koyano Takao

Le troisième match contre l'équipe de Mihama commence ! Nos héros commencent la seconde période avec deux buts de retard... Pour se refaire ils vont changer leur position sur le terrain ! 





Les Cerisiers fleurissent malgré tout de Ichiguchi Keiko

Une japonaise vivant en Italie revient régulièrement au Japon et en profite pour rendre visite à son ancienne institutrice. Elle a promis à la vieille dame de revenir la voir au printemps mais un tremblement de terre frappe le Japon. Nous sommes le 11 mars 2011.







Gintama tome 28 de Sorachi Hideaki






Hotaru tome 15 de Hiura Satoru

Hotaru est soudain partie pour la filiale d'Osaka ! 5 ans sont passés... Qu'est devenu le chef ? Et Makoto, le seigneur féodal et Mademoiselle Yamada ?






Les pieds bandés de Li Kun Wu

C'est le récit de Chun Xiou, une jeune fille qui est forcée de se bander les pieds comme le veut la tradition. Avec la révolution, elle va aussi devoir supporter la pression d'une nouvelle société qui rejettent toutes les anciennes coutumes.






Naruto tome 58 de Kishimoto Masashi 






Yu-Gi-Oh ! 5D'S tome 4 de Hikokubo Masahiro, Takahashi Kazuki et Satô Masashi

Yûsei bat Rua et Luca, les jumeaux au Duel Dragon, au terme d'un duel acharné. La seconde phase du D1GP peut alors commencer ! Yûsei fonce vers le quatrième duel Zodiac pour mettre la main sur un Duel Dragon, mais Crow l'y attend !






Êtes-vous tenter ?

Source : Kana

mardi, février 26, 2013

Tales of Xillia débarque chez Doki-Doki

Passez du jeu à la lecture afin de découvrir encore plus l'univers de Tales of Xillia. Ce manga est issu directement du RPG portant le même nom. L'intrigue reprend la trame originale du jeu vidéo, du point de vue de l'héroïne Milla Maxwell. Les fans du jeu vidéo retrouveront les mêmes termes, les mêmes noms de lieux et de personnages.








La sortie du premier tome est prévu pour juin par Doki-Doki. La série est en cours avec 3 volumes au Japon.



















Synopsis

Dans le monde de Rieze Maxia, les esprits cohabitent avec les Hommes. Cependant, un grand nombre d'esprits se sont mystérieusement évanouis ! 
Milla Maxwell, le seigneur des esprits, se rend au laboratoire militaire de la cité de Fennmont pour enquêter sur les causes de ces disparitions. Elle y rencontre Jude, un jeune étudiant en médecine. 
Quels dangers planent sur eux ?






Fiche

Titre original : Tales of Xillia - Side;Milla (テイルズ オブ エクシリア Side;Milla)

Editeur Japonais : Media Factory
Auteurs : Hu-ko d'après Namco Bandai Games

La traduction du manga a été réalisé en collaboration avec Namco Bandai afin de garantir le meilleur résultat possible. 










Visuels :
























Un petit mot sur le jeu vidéo :

Tales of est une série de RPG japonais créée en 1995.

La sortie du manga en juin permettra de préparer la venue du jeu vidéo.

Tales of Xillia est le premier jeu de la série spécialement conçu pour la PS3.










Cela vous tente-t-il ?

Source : Doki-Doki


lundi, février 25, 2013

Top five du mois de février 2013

Voici la fin de ce mois de février qui arrive à grands pas et avec lui bien entendu l'heure du top five de ce mois froid mais qui nous a permis de lire beaucoup de mangas bien au chaud.





5ème : Blood Lad tome 4 de chez Kurokawa.

Humour, action le tout dans un univers délirant.

















4ème : Lord of Chaos tome 1 de chez Pika.


Esotérisme, mystère et action dans un manga palpitant.



















3ème : Electric Delusion tome 1 de chez Taifu Comics.

Un yaoi qui sort de l'ordinaire. Passez le rite initiatique.




















2ème : Rex Fabula tome 1 de chez Doki-Doki.

Entrez dans un monde étrange et terrifiant. Une lutte pour la vie passionnante.

















1er : Zéro pour l'éternité de chez Akata.

La Seconde Guerre mondiale vu à travers des souvenirs touchants et émouvants.














Et vous quel est votre top de ce mois ?

dimanche, février 24, 2013

Zéro pour l'éternité tome 1

Fiche

Zéro pour l'éternité est un seinen écrit par Naoki Hyakuta et illustré par Souichi Sumoto. Le manga est issu du roman paru chez Ohta Publishing Company et Kodansha Bunko. Il est édité par Akata. Le premier tome est sorti le 16 janvier 2013.
En France un tome est disponible et cinq le sont au Japon où la série est finie.
Ce tome comporte 224 pages regroupées en sept chapitres. Il est vendu au prix de 7,99 euros.
Il est déconseillé aux moins de 14 ans.









Synopsis

Kentarô est un étudiant désabusé, peu motivé par les études ou la vie active. A la demande de sa soeur Keiko, journaliste et jeune écrivain, il va se plonger dans son passé familial... mais aussi celui de son pays ! En effet, Kyûzô Miyabe, son grand-père, était aviateur au sein de l'armée japonaise. Ce dernier mourut en tant que Kamikaze quelques jours avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais était-il un héros ou un lâche ? A travers des témoignages douloureux d'anciens combattants, Kentarô va découvrir un homme complexe, très différent de l'image qu'il s'en faisait...

Avis

Un voyage émouvant dans le passé.

L'histoire de cette nouvelle série est vraiment belle et touchante. On est propulsé dans une période de troubles et de violence : la Seconde Guerre mondiale afin d'y découvrir en même temps que Kentarô et sa soeur la vie d'un homme qui a dû subir cette guerre alors qu'il voulait tout simplement vivre. C'est une quête que mène nos deux héros afin de découvrir la vérité et de mieux comprendre cette époque.

On voit à travers les souvenirs des anciens combattants toute l'idéologie qui animait les japonais durant cette guerre. C'est vraiment passionnant de mieux comprendre une partie de l'histoire du Japon à travers un manga  qui à la base est là pour divertir. Le divertissement devient ici instructif. Le terme manga prend dès lors une toute autre ampleur et gagne en noblesse. Cela montre que le manga peu être aussi bien instructif, divertissant ou autre. Il n'y a pas de règles à ce niveau là, tout dépend du scénario. Ainsi, on va contre les clichés et les idées préconçues  D'autres mangas comme Thermae Romae avaient ouvert la porte à cette possibilité là et cela est vraiment une bonne chose.

Le thème de la Seconde Guerre mondiale nous parle et nous rapproche ainsi de la culture japonaise dont on semble si éloignée. C'est un  thème qui touche aussi bien les jeunes que les plus âgés. Ainsi, à travers ce manga on réunit toutes les générations et toutes les cultures à travers un évènement commun. Cette série serait donc l'idéal pour quelqu'un qui n'a pas l'habitude de lire des mangas dans le sens où il ne serait pas perdu et pourrait apprécier le manga à travers un univers connu. De plus ce thème a été peu abordé dans les mangas et de ce fait Zéro pour l'éternité se démarque des autres séries.

Zéro pour l'éternité a donc deux points forts : un thème que tout le monde connaît et qui peut intéressé toutes les générations et de faire découvrir une autre facette du manga.

La trame narrative nous présente un personnage principal Kentarô qui semble peu adapté à la culture japonaise mais qui va découvrir à travers un récit touchant et émouvant sur quoi repose cette culture. La recherche de la vie de son grand-père devient alors la recherche de la vérité sur les faits qui se sont passés lors de la Seconde Guerre mondiale afin de nous faire découvrir cette période qui nous permettra de mieux comprendre l'idéologie japonaise. C'est une belle aventure riche en sentiments forts.

Du côté des illustrations rien à redire, c'est vraiment très beau. Le tout s'accorde bien avec le ton de la série et montre un grand travail. C'est plaisant à regarder. C'est fin, clair, détaillé et réaliste.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable. Sur la quatrième de couverture on peut voir combien de tomes possède cette série. Cela est une bonne idée ainsi on sait d'avance si cela va être long ou pas. Cela peut ainsi influencer dans le fait d'acheter ou non.

En conclusion, Zéro pour l'éternité est une très bonne série qui peut plaire à des amateurs ou non de mangas. Elle s'adresse à tout le monde. C'est instructif et touchant. C'est un coup de de coeur.

Scénario : 10/10
Illustrations : 9/10
Intérêt général : 10/10


samedi, février 23, 2013

Soul Eater Not ! tome1


Fiche

Soul Eater Not ! est un shônen issu du studio Square Enix. Il est dessiné et scénarisé par Ohkubo Atsushi. Il est publié en France chez Kurokawa depuis 11 octobre 2012. On peut le trouver au prix de 6.60 euros.
Ce premier opus est composé de 192 pages divisées en 6 chapitres.
Actuellement, au Japon, deux tomes sont sortis.
 Il est déconseillé au moins de 12 ans.










Synopsis

C'est la rentrée des classes à Shibusen, la célèbre école pour faucheurs d'âmes dirigé par le Dieu de la mort en personne ! Qui dit nouvelle année dit aussi nouveaux élèves et Tsugumi, une arme démoniaque fraîchement débarquée du Japon, va intégrer les rangs du prestigieux institut. La jeune fille rêve de faire équipe avec un valeureux Meister mais va se heurter à la dure réalité des cours et de la vie en communauté. Grâce à Tsugumi et ses amies, Death City n'aura bientôt plus de secret pour vous. Et qui sait, vous croiserez peut-être quelques visages connus au détour d'un des couloirs de l'institut?

Avis

Avec Soul Eater Not ! on suit  Tsugumi, une jeune fille un peu naïve, qui fait ses premiers pas à Shibusen. En effet,  Tsugumi est une arme démoniaque, qui dans les mains d’un meister, fauche les âmes malfaisantes.
Le point fort de cette série c’est le caractère des différents protagonistes notamment celui des trois personnages principaux. Tsugumi est  tout à fait banale : physiquement elle passe partout et elle n’est pas dotée d’une personnalité forte en soi. Et c’est en cela qu’elle attachante. On se rencontrait presque en notre héroïne sans particularité apparente. De plus, Tsugumi recherche l’amour et l’affection de ses camarades. Et cette quête va être sujette à beaucoup de scènes cocasses : un vrai régal ! Question humour, ses  deux camarades ne sont pas en reste. L’une d’elle,  Mémé est jeune demoiselle plantureuse, un peu « lente », avec de légères absences et qui se retrouvera  souvent nue… La dernière, et non la moindre c’est  Anya. Cette dernière, issue d’une bonne famille, aspire à s’intégrer. Cependant elle vite rattraper par ses manies bourgeoises et son orgueil. Notre trio provoque, à la lecture de ce titre, une bouffée de bonne humeur.  On prend vraiment plaisir à les suivre dans leur vie de tous les jours. Ainsi on découvre l’académie de Shibusen et Death City sous un angle nouveau.
Soul Eater Not ! est un spin-off de la série Soul Eater. D’ailleurs Soul eater Not ! est antérieur à son grand frère.  Mais les aventures de Tsugumi sont indépendantes de celles de Maka et Soul. Ainsi les non-initiés à la série d’origine ne seront pas perdus  notamment car toute la mécanique arme-meister est ré expliquée.  Pour les lecteurs de Soul Eater, c’est un vrai bonheur de croiser Maka et les autres surtout que ce premier volume reprend le début du partenariat entre Kim et Jacqueline. On peut trouver pleins d’autres de petits clins d’œil qui disséminés au travers de ces pages. 
Les traits sont fins ce qui participe à la fluidité du tire. On est bien loin des premier Soul Eater qui étaient un peu brouillon.  Ici tout est clair et limpide. Les scènes d’action sont également très agréables à suivre.
Du côté de l’édition, c’est un bel ouvrage que nous livre ici Kurokawa !
Soul Eater not ! est vraiment amusant. Il est évident que ce spin-off est moins sérieux que son grand frère et qu’il est plus tourné vers la vie quotidienne que vers l’action. Cependant, l’apparition d’ennemis sur la fin de ce tome relance l’intrigue et laisse présager plus de fougue pour le prochain volume. Seule ombre au tableau, le rythme de parution est plutôt lent.
Malgré tout, Soul Eater Not ! vous feras passer un bon moment même si vous ne connaissez pas la licence Soul Eater  car vous tomberez vite sous le charme de ce trio pétillant. 




Koyuki

vendredi, février 22, 2013

Nouvelle licence pour Taifu Comics : Saezuru Tori w a Habatakanai

Saezuru Tori wa Habatakanai qui est à peine sorti au Japon avec un tome arrive en France grâce à Taifu Comics qui vient d'acquérir cette nouvelle licence.





Il s'agit d'un yaoi de Yoneda Kou.

Il s'agit s'une série sombre avec de beaux graphismes.

L'histoire est basée sur le one shot : Don't Stay Gold.

On plonge ici dans le milieu sombre et dur de la pègre japonaise le tout est ponctué de touches d'humour.

Synopsis

Masochiste et gay depuis l'adolescence, Yashiro est un yakuza qui tente de combler son plaisir insatiable et son amour caché pour son ami Kageyama, par des relations éphémères.
Doumeki, ancien policier tout juste sorti de prison, est un jeune homme silencieux et maladroit, qui ne pas savoir sourire. Maintenant devenu le garde du corps personnel de Yashiro, ce dernier découvre qu'il est également impuissant. Mais cela n'empêchera pas  les deux hommes de tisser des liens beaucoup plus forts, que ceux d'un maître et son chien.

Succomberez-vous au plaisir ?




vendredi, février 22, 2013

Les démons débarquent chez Kana avec : Hell's Kitchen

Le mois de juillet sera chaud comme l'enfer avec la nouvelle licence de Kana : Hell's Kitchen.

Cette série est de : Gumi Amaji et Mitsuru Nishimura.

La série est en cours avec 8 tomes au Japon et Kana fera coup double en juillet avec la sorties en simultanée des tomes 1 et 2.








Synopsis

Dogma est un démon qui veut dévorer l'âme du plus grand cuisinier. Les âmes qu'il a dévoré étaient remplies d'orgueil, d'ambition et d'égoïsme. Il décide donc de créer ce grand cuisinier. Dogma entre donc dans la vie de Satoru qui est un garçon banal ne s'intéressant pas à la cuisine. 

Bien loin de Top Chef et de Masterchef cette nouvelle série va nous plonger dans l'enfer de la cuisine.

Succomberez-vous à la tentation ?

Source : Kana

jeudi, février 21, 2013

Sweet Guilty Love Bites

Fiche

Sweet Guilty Love Bites est un yuri écrit et illustré par Shuninta Amano. Il est édité par Taifu Comics. Il est sorti le 21 février 2013.
C'est un one-shot.
Il comporte 200 pages regroupées en 3 chapitres. Il est vendu au prix de 7,99 euros.
Il est déconseillé aux moins de 16 ans.









Synopsis

Une hôtesse pour qui le jour est trop éblouissant et qui a du mal à trouver se place s'entiche d'une mystérieuse jeune fille en fugue et la recueille comme on adopterait un chat perdu.
Sweet Guilty
L'amour entre une hôtesse mûre célibataire et une indépendante maîtresse d'école.
Guilty Love
L'histoire d'amour entre deux hôtesses. L'une a du succès et du caractère l'autre est jeune et cherche encore un but à son existence, elles vont mûrir ensemble.
Love Bites
Voici un recueil qui rassemble trois histoires mettant en scène des jeunes filles qui vivent dans le présent.

Avis


Petites histoires entre femmes !

Ce recueil d'histoires courtes publiés par Taifu Comics nous permet de découvrir des romances diverses et variés entre femmes. En effet, il s'agit d'un yuri mais le tout est soft et placé sous le signe de l'amour au niveau sentimental et non physique même s'il y a certaines scènes osées.
Chaque histoire correspond à un chapitre et mets en scène divers protagoniste. Ainsi on ne peut pas se lasser. On est comme dans des journaux intimes de jeunes femmes qui nous feraient découvrir un moment de leur vie. On est comme des voyeurs espionnant ces femmes  dans leur intimité. C'est amusant et divertissant. Les histoires sont plutôt bien construites et sympathiques.
Les personnages sont amusants et touchants. On se prend d'affection pour certains d'eux et on compatit à leurs peines ou à leurs joies. C'est la vie réelle qui est retranscrite dans ce manga. Ce qui arrive pourrait arriver dans la vie de tous les jours. C'est la rencontre de personnes qui se découvrent des sentiments et qui de ce fait créent des liens.
C'est doux et mignon. Tout est placé au niveau des sentiments. C'est l'amour qui prime à chaque fois. Cela permet d'apporter un peu de douceur lorsque l'on commence ou finit la journée. On se détend et on se calme en lisant ce manga. C'est en cela qu'il est agréable à lire.
Les illustrations sont belles et agréables à regarder. C'est très féminin et fin. On sent la touche féminine et le fait que l'on est dans un monde féminin ou règne douceur et calme.
L'édition est bien faite garantissant ainsi un bon moment de lecture.
En conclusion, ce petit yuri est fort sympathique et divertissant. Je le recommande à tous ceux qui aiment ou non les yuris du moment qu'ils veulent se divertir en lisant des petites histoires remplies de doux sentiments.

Scénario : 8/10
Illustrations : 8/10
Intérêt général : 8/10

jeudi, février 21, 2013

Darling tome 1

Fiche 

Darling est un yaoi écrit et illustré par Yuzuha Ougi. Il est édité par Taifu Comics. Le premier tome est sorti le 21 février 2013.
En France un tome est disponible et quatre le sont au Japon où la série est finie.
Le tome comporte 192 pages regroupées en 7 chapitres. Il est vendu au prix de 8,99 euros.
Il est déconseillé aux moins de 14 ans.









Synopsis

Rio vivait une vie de lycéen parfaite, jusqu'à l'arrivée d'un nouvel élève, Tomo-Chan. Tout aurait pu continuer à aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, si Tomo n'avait pas ramassé par hasard la pochette de Rio qui contenait une photo de son professeur préféré. Convaincu que Rio est gay, Tomo décide de le "soigner" en lui imposant un "Programme spécial pour guérir de l'homosexualité" ! 

Avis


Je veux te guérir !

Cette nouvelle série de chez Taifu Comics est un yaoi tout ce qu'il y a de plus conventionnel. En effet, on retrouve le système du dominant et du dominé. On retrouve l'homme viril avec celui qui est efféminé. Cela se passe dans un lycée entre deux lycéens. Jusque là tout laisse présagé d'un yaoi comme on a l'habitude d'en voir.
Cependant ce qui est surprenant dès les premières pages c'est qu'aucun des deux que se soit Rio ou Tomo n'est attiré par les hommes. Cela est plutôt intriguant dans un yaoi. De plus, on ne peut pas vraiment parler d'amour ou d'attirance mais plutôt d'une sorte d'obligation. Leur relation semble basé sur une certaine obligation. Tomo veut guérir Rio qu'il pense être homosexuel et ce dernier lui obéit par crainte de ce que pourrait raconter Tomo à son sujet au lycée. C'est donc une relation étrange qui les lie. On ne sait plus trop si c'est de l'amour, de l'attirance ou autre chose qui fait qu'ils sont ensemble.  C'est étrange et c'est un peu je t'aime moi non plus.
Tout ceci attire le lecteur par la curiosité. On veut savoir ce qu'il en est vraiment et de ce fait on prend plaisir à lire les aventures de nos deux amis. Le tout est placé sous le signe de l'humour. On ne se prend pas au sérieux, on est là pour passer un bon moment et c'est le cas.
Certaines sont assez explicites mais cela est normal vu que l'one st dans un yaoi. C'est assez cru mais sans être vulgaire. Le tout reste donc tout à fait convenable et n'entache pas le plaisir de lecture. On est très loin du pornographique ou de toutes choses extrêmes. Les scènes osées demeurent courtes et bien intégrées à l'histoire.
Les dessins sont beaux, fins et détaillés. C'est toujours un plaisir que de voir ce genre de graphisme typique des yaois. Cela donne un côté féminin et délicat à l'oeuvre.
L'édition est bien faite permettant une lecture agréable et plaisante.
En conclusion, cette nouvelle série est fort sympathique et je la recommande à tous ceux qui aiment les yaois. Darling est prometteur.

Scénario : 8/10
Illustrations : 8/10
Intérêt général : 8/10

mercredi, février 20, 2013

Yu-Gi-Oh ! Zexal chez Kana

En garde, êtes-vous prêt pour de nouveaux duels ? Alors sortez vos cartes car Kana publiera en juin un nouveau spin-off de Yu-Gi-Oh ! : Yu-Gi-Oh ! Zexal.
La série est en cours avec 4 tomes.






Synopsis

Yûma est une jeune garçon âgé de 13 ans qui aime relever des défis sans jamais baisser les bras. Après un duel contre Shark un petit voyou, le pendentif de Yûma ouvre une porte mystérieuse.
C'est alors qu'apparaît Astral un génie du duel. 
Les souvenirs de ce dernier sont éparpillés dans des cartes spéciales.

L'animé est diffusé sur la chaîne Gulli.

Serez-vous prêt à relever le défi !

Source : Kana

mercredi, février 20, 2013

Preview : Lucifer and the biscuit hammer Samidare tome 6

Fiche

Lucifer and the biscuit hammer Samidare est un seinen écrit et illustré par Satoshi Mizukami. Il est publié par Ototo. Le sixième tome sortira le 21 février 2013.
En France six tomes seront disponibles et dix le sont au Japon où la série est finie.
Ce tome comporte 192 pages regroupées en 6 chapitres. Il sera vendu au prix de 7,99 euros.
Il est déconseillé aux moins de 12 ans.









Synopsis

Yûhi Amamiya est un étudiant à l'université tout ce qu'il y a de plus normal... ou presque.
Il se réveille un matin devant un mystérieux lézard qui lui demande de sauver la Terre de la destruction. Avant qu'il n'ait le temps de refuser, il se voit confier un anneau au pouvoir télékinésie...
Mais c'est sa voisine, Samidare, qui vient lui sauver la vie face aux marionnettes de boue qui tentent de le tuer. Yûhi jure alors loyauté à cette jeune diablesse dont le seul objectif est de faire disparaître la Terre de ses propres mains. Il s'entraîne quotidiennement pour devenir un chevalier digne de ce nom.
Tous les chevaliers mystiques se réunissent et entament leur combat contre l'Incantateur ultime. Anima se réveille brusquement et transforme le chevalier cheval en chevalier légendaire... C'est alors que fait son apparition devant le reste de la troupe la neuvième marionnette de boue... !

Avis


Le pouvoir de l'amour !

Ce sixième tome de Samidare nous plonge de nouveau au coeur de la lutte entre les marionnettes de boue et les chevaliers. Le pouvoir des marionnettes augmentent ainsi que ceux des chevaliers. On continue à apprendre plus sur les chevaliers et sur ce que chacun ressent. Des liens étroits commencent à se tisser laissant profiler certains changements.
L'intrigue se complexifie et prend en profondeur. Entre flashbacks et déclarations, l'auteur arrive à nous tenir en haleine et prouve que l'histoire ne se résume pas à une lutte entre le bien et le mal. Samidare et Yûhi ne sont pas sur le devant de la scène même si se sont les personnages principaux ainsi on constate que tous les protagonistes sont importants et ont une place de choix suivant les tomes.  Le tout devient de plus en plus sérieux et grave montrant que cette série est plus sombre et plus adulte qu'il n'y paraît dans les premiers tomes.
Certains personnages demeurent assez mystérieux comme l'Incantateur ultime cela laisse présager une suite riche en rebondissements et en révélations. Le tout s'enchaîne avec fluidité et sans fausse note. Ainsi notre plaisir de lecture est intact et renouvelé à chaque tome. L'action est prenante et bien dosée. Les moments d'action et de révélations sont harmonieux et se suivent sans vide ni sans que rupture brusque. Il y a un bon dosage des deux. Cela permet de ravir les amateurs d'action et les amateurs de mystère. Tout cela prouve que cette série est vraiment bonne.
Les illustrations sont agréables à regarder. Elles s'accordent parfaitement avec le ton du manga. Le tout est clair sans surcharge permettant ainsi de prendre un certain plaisir à les regarder.
L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable. De plus, on a le droit à une page en couleur représentant la nouvelle jaquette du tome. C'est vraiment une bonne idée.
En conclusion, c'est toujours un plaisir que de lire cette série qui est vraiment de qualité. C'est un grand coup de coeur comme pour tous les tomes.

Scénario : 8/10
Illustrations : 8/10
Intérêt général : 10/10

mercredi, février 20, 2013

Saint Seiya - The Lost Canvas - Chronicles : nouvelle licence chez Kurokawa

Le cosmos n'a pas fini de brûler chez Kurokawa. En effet, nos bons chevaliers reprennent du service dans une nouvelle série qui fait suite à Saint Seiya - The Lost Canvas ( éditée chez Kurokawa ).

Cette fois l'histoire va être centrée sur les chevaliers d'or et leur passé . Elle mettra en scène les chevaliers d'or que l'on a rencontré lors de : Saint Seiya - The Lost Canvas. Le premier tome sera consacré au beau et emblématique chevalier d'or des poissons Albafica.

Le premier tome sortira le 7 mai 2013 et le second en juillet 2013.

Synopsis du premier tome

Le chevalier d'or des poissons, Albafica va affronter son passé en allant sur l'île des docteurs sur ordre du Grand Pope afin de se libérer de la malédiction du sang empoisonné des Poissons. Cependant cette île possède un terrible pouvoir maléfique prêt à s'abattre sur la Terre...

C'est donc un retour aux sources que nous propose Masami Kurumada et Shiori Teshirogi.

Voici la couverture du premier tome :




Il est à noter que la mangaka sera présente à Cartoonist le 20 et 21 avril 2013.

Source : Kurokawa

mardi, février 19, 2013

Card Captor Sakura


Card Captor Sakura (abrégé CCS) est un manga du studio CLAMP, publié par Pika Edition. La série d’abord parue en octobre 2000 (12 volumes)  puis elle a bénéficié d’une réédition sous forme de volume double dès octobre 2008 (6 volumes à 10 euros).
















Synopsis 

Alors qu'elle feuillette un livre mystérieux, Sakura, jeune élève de CM1, disperse aux quatre vents des dizaines de cartes magiques, qu'elle va devoir essayer de récupérer au plus vite. Accompagnée de Kélo, un petit animal étrange, et de son amie Tomoyo, la jeune fille devra apprendre à maîtriser au mieux ses pouvoirs magiques. C'est que les esprits des cartes, enfin libres, sont peu enclins à se laisser capturer... Mais toute la détermination et l'ingéniosité de Sakura feront d'elle une vraie héroïne !

Avis 

CCS c’est un titre plein de bonne humeur qui a su devenir un incontournable du shôjo !

L’histoire est des plus banales pour un shôjo de magicial girl : une petite fille doit retrouver des cartes magiques avant que celles-ci fassent des ravages.  Cette intrigue simpliste est bien menée tout au long de la série et va même gagner en qualité. Si dans les premiers tomes, les aventures de Sakura tournent uniquement autour de la capture des cartes de Clow, notre héroïne va bientôt avoir d’autres préoccupations… En effet,  le manga va ensuite s’attacher aux sentiments des différents protagonistes en particulier à l’amour.   Ce dernier prend de multiples formes complexes sous la plume des CLAMP.  Il y a bien entendu la relation « classique » entre Sakura et Shaolan, mais Sakura s’intéresse aussi à Yukito, un garçon beaucoup plus âgé qu’elle. De plus La relation d’amitié de Tomoyo et Sakura devinent ambiguë au fil des tomes. On peut encore mettre en avant la relation que Rika et son professeur entretiennent. Bien sûr ces éléments sont traités avec légèreté puisqu’il s’agit d’un manga s’adressant à un lectorat d’une dizaine d’année. Néanmoins tous ces sous-entendus rendent la série beaucoup adulte et montrent qu’il n’y a pas qu’une seule façon d’aimer. 
L’impact de ce manga reste fort puisqu’il a marqué tout une  génération de petite fille qui s’est identifiée à Sakura.  Au cours de la série on est souvent témoin de scènes du quotidien où l’on peut observer l’héroïne se  chamailler avec son frère ou encore aller à l’école. Ainsi les lectrices ont pu  retrouver un univers qui leur est proche.
CCS contient également une bonne dose d’humour ! On a le droit à des scènes plutôt sympathiques lorsque Sakura a affaire à la gente masculine. Pour exemples,  elle est toute niaise lorsque que Yukito est dans les parages ou alors elle met des « vents » à Shaolan. Le studio Clamp n'hésite pas non plus à utiliser des chibis pour  donner un côté encore plus amusant à leur œuvre.
Un autre aspect de la série : le mignon. Le dessin de Clamp y est pour beaucoup : tous les personnages sont magnifiques. De plus la « mascotte » Kélo ressemble à un nounours et donne envie d’avoir le même à la maison.  Les tenues de la chasseuse de cartes sont très travaillées et participe à l’identité du manga.  Il est de même pour les dites cartes qui présentent un graphisme unique pour chacune d’entre elle.
Le dessin est représentatif d’un shôjo à savoir de grands pétillants, des visages expressifs et des personnages dessinés avec beaucoup d’attention. A contrario les décors sont peu travaillés laissant des cases parfois presque blanches. Les scènes d’actions quant ’à elles sont fluides et très dynamique.
 Niveau édition, j’ai opté un l’édition simple. Cette dernière a son sens de lecture  dans le sens occidental, ce qui à mon avis dénature un peu le manga. Cependant la version double, plus récente, est dans le sens de lecture original. Pour en revenir à la première édition, elle est simple. Les planches utilisent  vraiment toute la page ce qui est idéal pour l’immersion.  A chaque tome, il y a de superbes couvertures présentant Sakura dans ses différents costumes.
Card Captor Sakura est LE titre qui a bercée mon enfance. Ce fut d’ailleurs la première série que j’ai acheté. On suit une héroïne pleine d’énergie avec qui on partage sa bonne humeur, son envie de vivre et d’aimer.  Certes ce manga est un peu « simplet » puisqu’il s’adresse à des enfants cependant ses différents niveaux de lecture peuvent enchanter les plus grands.  D’ailleurs CCS est l'une des meilleurs série dans le  genre Magical Girl, elle a sus prendre la relève de Sailor Moon. Je vous  conseille donc grandement ce titre ne serait-ce que pour les splendides illustrations des CLAMP.  


Koyuki

lundi, février 18, 2013

Yokozuna : nouvelle licence chez Kana

En mai, les éditions Kana vont éditer une nouvelle série sur le sumo : Yokozuna. Il sera disponible dans la collection Made In.

Jérôme Hamon et Marc Van Straceele sont les auteurs de ce manga. C'est une série en deux tomes

Il s'agit d'une fiction inspirée d'un des plus grand sumo étranger.












Synopsis

Yokozuna est l'histoire de Chad, George Ha'aheo Rowan, le premier sumotori non-japonais à accéder au grade de yokozuna, le plus élevé dans la hiérarchie des sumos. On va suivre le parcours de ce jeune hawaïen qui va tout quitter, son île et sa famille, pour se consacrer à cet art martial typique de la culture japonaise. Ce qu'il ignore, c'est qu'il y a eu que 63 yokozunas dans toute l'histoire de ce sport, que tous sont japonais et que les 800 sumos du circuit professionnel partagent le même rêve que lui !   

Source : Kana

lundi, février 18, 2013

Interview d'Izu


Mercredi 30 janvier 2013 avait lieu au Manga Café V.2 une séance de dédicaces des auteurs de Lord of Chaos pour la sortie du tome de ce manga.

Cette séance a permis de voir en direct les performances d'illustrateur de Shonen qui a fait une dédicace sous forme d'illustration pour chaque personne. C'était un moment enrichissant et fort sympathique.










Lors de la séance de dédicaces au Manga Café V.2 d'Izu et de Shonen les auteurs du manga Lord of Chaos édité chez Pika, j'ai eu la chance de pouvoir interviewer le scénariste Izu.

- Quel a été votre parcours ?

Depuis le début des années 90, j'ai été dans le milieu du manga.  On faisait du fanzine, les premières conventions de Japanim en France. Après, j'ai travaillé dans le jeu vidéo. Puis j'ai été amené à travailler pours Les Humanoïdes Associés qui est une maison d'édition de bandes dessinées. Pour eux, j'ai fait pas mal de mangas. Après, je suis devenu scénariste. J'ai fait beaucoup de bandes dessinées. Je fais pas mal de mangas car c'est mon plaisir. C'est ma passion depuis que je suis tout jeune.

- Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec Shonen  ?

Après B.B Project qui fut la première série de Shonen, on a eu envie de faire une série qui soit différente. On voulait que ce soit un seinen. On a donc travaillé dans un autre style, un autre genre d'univers.  On en est venu à travailler ensemble sur Omega Complex qui devait prendre ce que savait faire Shonen en tant que dessinateur de mangas avec une histoire plus réaliste et plus science-fiction. Après Les Humanoïdes Associés, on a été accroché par Pika et on a réussi à monter le projet Lord of Chaos qui est passé par plein d'étapes intermédiaires.

- D'où vous est venue l'idée du thème pour Lord of Chaos ?

Il y a plusieurs choses. La première,  c'est quand on a rencontré Pierre de Pika, l'idée était de faire quelque chose à la Bleach et qui se passe à Paris ou en tout cas en France. Très vite, on a cherché quel genre de pouvoirs on pourrait exploiter, et c'est là qu'on a sorti tout ce qui touche à la Kabbale, à la mystique juive, à la chrétienneté... Cela avait été utilisé dans des mangas des années 90 comme Angel Sanctuary. Cependant, là on l'exploite sous une autre forme. On creuse plus dans les textes apocalyptiques que l'on essaye de transformer pour que cela corresponde plus au style manga. Voilà comment la base du projet est née. L'idée c'était de faire une sorte de Bleach à paris pour le côté conceptuel de ce genre de mangas mélangé avec une touche de romance, ce qui est rare dans les mangas du même genre tout en ajoutant un peu d'humour comme on voit beaucoup dans les shônens de ce type là.

- Que pensez-vous justement des mangas de ce style là ?

Je sais que dans Bersek, il s'inspire pas mal de la Kabbale sauf que lui il le déguise. Dans tout les mangas, la plupart du temps les gens vont s'inspirer d'une mythologie. Les mythologies de types shinigamis ou asiatiques sont hyper exploitées logiquement dans le manga japonais. Maintenant la Kabbale qui est très particulière n'a pas été exploitée de cette manière-là. Dans Lord of Chaos, il y a pas mal de choses vraies enfin qui sont héritées de choses réalistes que l'on mélange avec des trucs purement fantasques et fictionnels. Le lecteur ne sait jamais ce qui est vrai ou faux par exemple le Leviathan es t une mythologie qui existe, mais l'origine que l'on en donne est imaginaire. C'est ce qui se fait effectivement dans énormément de mangas. On a choisi cette mythologie et on la prend d'une certaine manière. Dans X de Clamp, c'était l'apocalypse selon saint Jean, on n'est pas les premiers à prendre ce genre de thème et on ne sera pas les derniers.

- Cela a-t-il nécessité beaucoup de recherches ?

J'avais déjà fait un manga en 2010 qui s'appelait Crusades qui n'a aucun rapport mais qui parlait quand même de la Kabbale même si se n'était pas exploité pareil. Cela m'a permis d'avoir pas mal de renseignements et de documents sur le sujet. Après, il faut approfondir en fonction de l'histoire. Ce qui n'est pas évident à trouver c'est les descriptions de démons... Les noms et ce qu'ils font, on le sait. L'idée c'est de partir de leurs descriptions dans les livres et après Shonen, s'en inspire pour faire son design. On part toujours d'une base réelle. C'est transcrit de manière fantasque mais le fond est réel.

- Vous attendiez-vous à ce que même avant sa sortie, on parle autant de Lord of Chaos ?

Je pense que cela tient en deux choses : le travail de Shonen a été apprécié sur ses séries précédentes donc je pense que les gens étaient contents de le retrouver avec un nouveau titre et je pense que Pika a bien fait son travail. On en est très heureux et fiers.

- Pensez-vous que ce sera une série longue ou courte ?

C'est une série en arc. Là, il y a un arc de 4 tomes qui est donc un premier arc avec une pseudo fin mais qui s'ouvre évidement. C'est pas compliqué si ça continue, il y aura un deuxième puis un troisième arc et ainsi de suite. L'éditeur est super confiant. Cela dépendra de l'engouement des lecteurs. On est comme les mangakas japonais qui sont dépendants des lecteurs tout simplement. On a créé un univers relativement ouvert. Avec l'intrigue, on a au moins deux/ trois arcs d'avance. On sait que l'on peut l'arrêter relativement quand on veut et avoir une fin qui sera plaisante pour les lecteurs sans que se soit parachutée.

- En tant qu'auteur français de mangas, est-ce difficile de s'imposer face aux japonais ?

C'est pas pareil. C'est moins dur aujourd'hui, il y a cinq/six ans, c'était si c'est pas japonais par définition, ce n'est pas bien. Je pense que des titres comme  Dreamland qui sont des titres qui se sont très bien vendus et qui sont de qualité corrects ont  renversé l'image. Il n'y a plus le cliché de dire que c'est réservé aux japonais, si un bouquin est il est bien c'est tout. Maintenant, les lecteurs ont cette ouverture d'esprit et savent le reconnaître. Le mangaka français ne peut se contenter d'être moyen, il doit être bon sinon, il sera totalement noyé dans le flot de titres. En terme de dessins qui est déterminant surtout pour le tome 1 dans la volonté ou non d'acheter, il faut que le dessinateur soit au-dessus du lot. Les bons mangakas français se comptent sur les doigts d'une main.

Je tiens à remercier l'équipe du Manga Café et de Pika pour leur accueil. Je remercie également Izu pour sa gentillesse et le temps qu'il m'a accordé et je remercie Shonen également.

Voici ma chronique sur Lord of Chaos.

dimanche, février 17, 2013

Zoom sur la Japan Expo Sud 5ème vague

Japan Expo Sud fêtera cette année ses 5 ans d'existence et nous propose un programme plus qu'alléchant.
Pour rappel ce festival aura lieu du vendredi premier mars au dimanche trois mars 2013, au parc Chanot à Marseilles.

Au programme : showcases, démonstrations, conférences, jeux, stands, initiations, dédicaces...




Voici quelques showcases à ne pas manquer :

Amaranyx ( visual key ), Man With a Mission ( rock alternatif ), Neko Light Orchestra ( musique de jeux vidéos) et la violoncelliste et chanteuse Kanon Wakeshima.

Voici quelques stands à ne pas manquer :

Discount Manga, nobi nobi !, Isan Manga, Manga Café, Taifu Comics, Ototo, Nolife, Kana et JapaNIdols.

Voici la liste de quelques invités : 

Naoyuki Onda, Worcruft Apolysme, Kia Asamiya, Keiko Ichiguchi, Le Visiteur du futur et Kumihiko Ikuhara, Another Hero...

Vous pourrez retrouver des défilés de mode et de cosplay avec les Japan Fashions Days et le tremplin mode jeunes créateurs 100% My Oppa.

DJ O-ant sera en live et vous pourrez assister à un concert de Koto et de flûte traversière.

Vous pourrez trouver un espace culturel et un espace arts martiaux.

Les arts martiaux présents seront nombreux et variés : karaté-dô, kendô, aikibudô, aikidô, kyudô...

Le 3 mars les japonais fêtent "les petites filles" c'est Hinamatsuri. A cette occasion, venez décorer avec des modèle de poupée l'arbre à cet effet.

Une exposition sur l'univers de Gundam sera là.

Vous pourrez vous initier :

Au cosplay avec l'association Aoi Sora Cosplay, au shiatsu, au go...

Vous pourrez voir en projection :

Another Hero et Raconte-moi un manga.

Différents jeux seront faits et vous pourrez vous initier à certains jeux comme le sohei ou le go.

Les souverains seront en conférence.

Plusieurs concours sont présents sur le site officiel de la Japan Expo Sud.

Site officiel

samedi, février 16, 2013

Man With a Mission

Il s'agit d'un groupe de rock alternatif japonais. Leur particularité : ils portent un masque de loup. Le groupe est composé de 5 membres.

Ils ont commencé leur carrière en 2010. Ils sont sous le label Nippon Crown. Leurs influences sont des groupes tel que : Red Hot Chili Peppers, the Smashing Pumkings...

En 2012 ils ont fait un showcase lors de la Japan Expo 13ème impact.







Page Facebook 
Site officiel

Plusieurs clips sont disponibles sur le site de la Japan Expo.

Date des concerts et du showcase

27 février à Cologne ( concert ).

2 mars à Japan Expo Sud ( showcase compris dans le prix de vente du billet pour le festival ).

3 mars à la Machine du Moulin Rouge à Paris (concert).


Vente de billets  ( pour le concert sur Paris )
Concours Man with a Mission avec Japan Expo

Irez-vous au concert ?

vendredi, février 15, 2013

Deux nouvelles licences chez Kana

Kamisama Dolls

Il s'agit d'un shônen de Hajime Yamamura. Au Japon la série est en cours avec 11 tomes.

Il sera publié en mai 2013 dans la collection Dark Kana. Les tomes 1 et 2 sortiront le même jour.







Synopsis

Kyohei voulait tirer un trait sur son passé, mais sa destinée va le rattraper ! Il existe des « Dieux », sorte de méchas appelés « kakashis » qui peuvent être manipulés par les humains qui en ont la capacité. Ces Dieux sont censés aider les gens, mais selon la personne qui les pilote, ils peuvent devenir des armes dangereuses. Ainsi, Aki, l’ami d’enfance de Kyohei a causé un massacre dans son village. Se sentant responsable, Kyohei a abandonné le droit de manipuler son kakashi, qui a été repris par Utao, sa petite sœur. Aki s’est enfui du village, alors Utao vient réclamer l’aide de son frère ! Petit à petit, des machinations vont être révélées, entraînant dans une grande bataille tous ceux qui sont concernés par les pouvoirs des Dieux !

Blue Spring Ride

Il s'agit d'un shôjo de Io Sakisaka. Au Japon la série est en cours avec 6 tomes.

Le premier volume sortira en juillet 2013.







Synopsis

À son entrée au lycée, Futaba s’est transformée. Douce et féminine au collège, elle devient plus énergique et garçon manqué. La jeune fille veut changer pour ne plus être mise à l’écart par ses camarades. Mais ses nouvelles amitiés sont artificielles et Futaba va bientôt remarquer les limites de son changement de personnalité… Un jeune homme va l’aider à prendre un nouveau départ. Ce garçon ressemble étrangement à son premier amour, serait-ce lui ?

Ces séries vous tentent-elles ?

Sources : Kana et Manga News ( pour les synopsis ).