Archive for 06/06/13

jeudi, juin 06, 2013

Fruits Basket

Fiche technique

Fruits Basket est un shôjo de 23 tomes (hors tomes supplémentaires explicatifs) écrit pas Takaya Natsuki et publié en 2002 par Delcourt. Les premiers tomes furent adaptés en animé avec 26 épisodes. Les mangas sont disponibles dans le commerce pour 6.99 euros et est conseillé pour les 12 ans et plus.








Synopsis

Tohru, mignonne et courageuse lycéenne, vivait sous une tente dans les bois après la mort de sa mère. Elle finira par rencontrer le propriétaire du terrain, Shigure Sôma ainsi que Yuki Sôma, un camarade de classe et le prince du lycée, qui la recueilleront. S’ajoutera à cela un troisième garçon dans la vie de la jeune fille : Kyo Sôma. Ce qu’elle ignore cependant, c’est que cette famille est victime d’une malédiction : certains membres, dont ces trois jeunes gens, sont possédés par l’esprit des animaux du zodiaque chinois, plus le chat et se transforme en l’animal quand ils sont enlacés par quelqu'un du sexe opposé. Comment la jeune fille va-t-elle gérée cet étrange phénomène ainsi que ses nouveaux sentiments ?

La légende
Une très vieille légende raconte l’origine des 12 signes du zodiaque chinois, ainsi que celle du chat, 13e signe. Un jour, le dieu des animaux les invita tous à se rendre à une grande fête le soir même. « Ne soyez surtout pas en retard », précisa-t-il. Alors, le rat malicieux alla voir le chat et lui mentit : « La fête aura lieu demain, tu as bien compris ? ». Le chat naïf le remercia de l’information, et alla sagement dormir. Tous les animaux arrivèrent, sauf le chat, qui, trompé, dormait encore, en rêvant de la fête qu’il allait faire le lendemain. Ils firent la fête toute la nuit. Dieu récompensa les 12 premiers arrivés : le rat (qui était monté sur le dos du bœuf) sauta de son dos pour arriver en premier à la fête, puis le bœuf, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, le mouton, le singe, le coq, le chien, et enfin le sanglier. Ainsi, ces douze animaux devinrent la représentation des signes du zodiaque chinois.
(Une autre version de la légende est raconté mais pour la découvrir, il faut lire cette série jusqu’à la fin)

Avis

Fruits Basket a été un des mangas qui a bercé mes débuts de lectrice. J’ai tout de suite accroché avec cette histoire très originale reprenant les douze animaux du zodiaque Chinois, plus le chat. Une légende revisitée et remise au goût du jour avec des personnages aussi drôle qu’avec un passé lourd à porter, même pour notre héroïne qui se retrouve orpheline. Les premiers tomes sont très léger, basés sur l’humour de cette situation assez comique qui est, pour les possédés, de se transformer en leur animal au contact d’une personne du sexe opposée. Nous voyons donc défiler toute une ribambelle de personnages hauts en couleur. Mais une ombre vient obscurcir se tableau de nouveau bonheur : Akito Sôma, le chef de famille, qui s’opposera violemment aux changements qu’apporte Tohru au sein de cette famille. Petit à petit, les masques tomberont, le passé refera surface quand l’avenir en dépendra. Une histoire de douleur et de rancœur, d’une malédiction qui pèse lourd sur le cœur des protagonistes et qui pourtant, montre des gens qui s’épanouissent petit à petit et apprennent à se battre pour lutter et attraper le bonheur qui leur est dût.

Le ton premier de ce manga est léger, plein d’humour, de gentillesse et de bonheur. Au premier abord oui, au moins au début de la série. Pourtant, cela deviendra plus dur quand les vérités éclateront au fur et à mesure et la malédiction deviendra plus un problème qu’une source d’amusement.

Le scénario nous donne une lecture fluide et une bonne compréhension du manga, nous permettant de suivre correctement les personnages au fur et à mesure.

Les illustrations sont simples sans que cela pose problème avec ici et là des passages sublimes. Ce qui me marque le plus ici, c’est que l’on voit l’évolution des personnages… sans la voir. Comme une fleur qui s’ouvre, on sait que le processus est là mais on ne parvient pas à le capter. Ici c’est pareil, on sait que physiquement les personnages évoluent, grandissent, deviennent plus adultes (toujours physiquement) mais on ne voit pas l’évolution de façon trop brusque, c’est en comparant les premières apparitions aux derniers tomes que l’on se rend compte de la différence. C’est ici que je tire le plus mon chapeau à l’illustrateur.

L’édition donne une lecture fluide, sans réflexion particulière nécessaire.

En conclusion, si vous voulez un shôjo original qui vous fera balancer le cœur du début à la fin, vous trouverez votre bonheur dans ce manga presque culte.

Scénario : 9/10
Illustration : 8/10
Intérêt général : 10/10

Arkanne

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -