Archive for 07/30/13

mardi, juillet 30, 2013

Focus sur : ABYstyle

Aujourd'hui je vous propose un petit zoom sur une marque que vous connaissez sans doute : ABYstyle. Je connaissais cette marque depuis un moment via le web et les réseaux sociaux mais j'ai pu la découvrir lors de Japan Expo et se fut un coup de coeur.









En 2007, ABYstyle est née de la volonté d'apporter aux fans de licences manga, cinéma, séries TV et jeux vidéo des produits de qualité.








Aujourd'hui la marque, créatrice de textile, déco et objets du quotidien, tire sa force de son expertise en la matière. Initiée par des fans, pour des fans elle met un point d'honneur à proposer une sélection de visuels pointus et au plus proche des attentes de ceux-ci.



C'est grâce à de nombreux produits qu'ABYstyle nourrit cet univers de passions : t-shirts, sweat-shirts, bagagerie, posters, collector artprints, stickers muraux, tapis de souris, mugs... 










Bien plus qu'un simple visuel de personnage, c'est une composition unique qui prend vie sur chacun des produits imaginés par ABYstyle. Dans le respect de l'esprit de chaque licence, l'équipe artistique au savoir-faire confirmé retravaille avec attention les éléments des chartes graphiques officielles, donnant ainsi naissance à un produit où le fan pourra se retrouver et ainsi afficher et partager sa passion.

Les licences 

ABYstyle possède plus de 30 licences pour que chacun y trouve son bonheur.

Voici quelques exemples : Star Wars, Le Seigneur des Anneaux, The Hobbit, One Piece, Saint Seiya, Dragon Ball, Naruto Shippuden, Black Butler, Bleach, Blue Exorcist, Albator, Game of Thrones, The Simpsons, South Park, Dexter, NCIS, Assassin's Creed, Tomb Raider, God of War, Castlevania, Les Lapins Crétins, Sonic, Street Fighter...










Les produits

Les t-shirts sont imprimés en sérigraphie et non en transfert et ils sont composés de matières adaptées.
Les mugs sont en porcelaine de haute qualité et peuvent être mis au micro-ondes.
Les posters sont imprimés en haute qualité en offset.

Pour en savoir plus voici le site : ABYstyle

Ma collection que je compte agrandir en image :






















Source : ABYstyle

mardi, juillet 30, 2013

Kimi ga koi ni oboreru tome 2

Fiche

Titre : Kimi ga koi ni oboreru
Genre : yaoi
Auteur : Hinako Takanaga
Illustrateur : Hinako Takanaga
Editeur français : Taifu-comics
Date de parution : 27 juin 2013
Nombre de tomes en France : 2 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 3 ( finie )
Prix : 8,99 euros
Age recommandé : 14 ans et plus.










Synopsis

Kazushi Jinnai est employé chez Fujino, une boutique de kimonos dont le gérant est Reiichirô Shudô, le fils du PDG. Alors qu'au début Jinnai ne supportait pas Reiichirô, ils finissent par devenir amants. Survient alors Kijima, un ami de Jinnai qui s'immisce entre les deux amoureux. Reiichirô ne prête pas du tout attention aux agissements de Kijima, ce qui met Jinnai hors de lui. Pour couronner le tout, il apprend que Reiichirô s'apprête à rencontrer une femme pour un mariage arrangé. Quelles péripéties amoureuses vont vivre nos deux héros maladroits ?

Avis


Je ne veux pas te perdre !

Ce second tome de Kimi ga koi ni oboreru rentre plus en profondeur dans la relation amoureuse entre Jinnai et Reiichirô. L'aspect psychologique aura donc une part importante dans ce tome qui nous montre que rien ne peut ébranler un véritable amour.

L'introduction de Kijima dans la trame scénaristique sert de catalyseur à l'histoire d'amour. En effet, ce nouveau personnage qui pourrait créer un triangle amoureux ne fait en fait que renforcer l'amour entre nos deux héros. Cela est assez original et bien mené car on ne passe pas par les phases de doutes ou de tromperies ce qui est peu courant dans ce genre de situation.

Ainsi, on voit bien que le point central de l'histoire est cette fameuse histoire d'amour qui fait évoluer et murir nos deux héros. C'est beau et on se prend au jeu. C'est avec plaisir et douceur que l'on suit l'évolution de la situation.

On sent une touche de féminité et de douceur dans ce manga et cela se voit aussi à travers les personnages. On découvre leur intimité et leur pensée. Ainsi on a l'impression d'être leur confident, leur ami. C'est agréable et cela permet une meilleur immersion dans le manga.

Les illustrations sont vraiment très belles et sont une des grandes forces du manga. C'est fin, détaillé et empreint de sensualité ainsi que de féminité.

L'édition est bien permettant une lecture fluide et agréable de l'oeuvre.

En conclusion, ce nouveau tome de Kimi ga koi ni oboreru nous prouve que ce titre est un excellent yaoi et un bon manga. C'est vraiment à lire pour tout ceux qui aiment les belles histoires d'amour. Il reste prometteur pour la suite.

Scénario : 8/10
Illustrations : 9/10
Intérêt général : 9/10

mardi, juillet 30, 2013

Woodstock tome 2

Fiche

Titre : Woodstock
Genre : seinen
Auteur : Yukai Asada
Illustrateur : Yukai Asada
Editeur français : Glénat
Date de parution : 3 juillet 2013
Nombre de tomes en France : 2 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 15 ( en cours )
Prix : 7,60 euros
Age recommandé : 14 ans et plus














Synopsis

Son secret révélé, Gaku doit désormais, trouver les membres qu'il manque à Shiina et lui pour donner corps à "Charlie".
Mais les deux personnes vers qui leurs regards se portent ne sont pas les plus simples à approcher...

Avis

La formation du groupe !

Ce second tome de Woodstock nous entraîne toujours dans le monde de la musique avec la formation du groupe Charlie. On voit dans ce tome toutes les difficultés que cela engendre. Cela permet de rentrer dans les dessous de la musique. Ainsi, on voit que le quotidien et les débuts d'un groupe ne sont pas toujours facile même si le son qu'il produit est bon et acclamé par le public.

L'univers de ce second tome est toujours le même c'est à dire la musique avec la formation du groupe Charlie. C'est toujours aussi palpitant et enrichissant. Cela paraît tellement réel que l'on est pris au jeu et que l'on suit ce groupe avec le plus grand intérêt. On aimerait même entendre le son qu'il produit. L'immersion est totale pour nous permettre de passer un très bon moment de lecture.

La trame narrative est toujours aussi bien menée et rythmée. C'est cohérent et intéressant. L'évolution se fait normalement avec une telle fluidité que l'on ne rend compte de rien tout coule de source tout seul. Les nouveaux personnages permettent de donner une touche de fraîcheur et de nouveauté renouvelant sans cesse l'intérêt du lecteur. Le fait de suivre le quotidien de nos héros cela les rend plus réel et attachant. L'intérêt réside aussi dans le fait de voir comment se forme un groupe et tous les tracas quotidiens que ce dernier peut connaître. Rien n'est facile ni couru d'avance. Le suspens est bien maintenu et à la fin du tome, on se dit non je veux lire le suivant.

Les personnages jouent aussi pour beaucoup dans ce manga. Ils lui donnent vie et force afin de nous offrir le meilleur. Chaque personnage est différent et s'affirme à sa manière. Chacun est bien travailler lui permettant de jouer un véritable rôle et d'avoir du charisme.

Les illustrations sont toujours d'aussi bonne qualité pour donner encore plus de force au manga.

L'édition est bien faite permettant au lecteur de prendre un réel plaisir lors de la lecture. Les notes permettent d'en apprendre plus sur l'univers de la musique et cela est vraiment enrichissant et intéressant.

En conclusion, ce second tome de Woodstock confirme que cette licence est de qualité et qu'elle tient bien la route. C'est à découvrir et à lire. Ce titre est excellent. C'est un grand oui et un coup de cœur.

Scénario : 10/10
Illustrations : 9/10
Intérêt général : 10/10


mardi, juillet 30, 2013

Ame et Yuki : les enfants loup (roman)

Fiche technique

Les enfants loup : Ame et Yuki (ôkami kodomo no ame to yuki) est un roman de 320 pages tiré du film d’animation de Mamoru Hosoda et écrit par ce dernier ainsi que par Kurasuba Ame. Sorti en 2013, il comporte qu’un seul tome disponible à ce jour chez Kazé à 13.29 euros. L’âge conseillé serait de 12 et plus.
















Synopsis

Hana et ses deux enfants, Ame et Yuki, vivent discrètement dans un coin tranquille de la ville. Leur vie est simple et joyeuse, mais ils cachent un secret : leur père est un homme-loup. Quand celui-ci disparaît brutalement, Hana décide de quitter la ville pour élever ses enfants à l'abri des regards. Ils emménagent dans un village proche d'une forêt luxuriante…

Avis

SUPERBE ! Autant je fus un peu déçue par le manga qui se contentait de retranscrire à la lettre le film, autant ce roman fut une agréable surprise avec des annotations qui nous permettent de mieux comprendre certains passages de l’histoire et de remarquer plus de détails. Il complète à merveille ce merveilleux film sur l’histoire d’une mère qui élève seule ses petits biens différents de nous puisqu'ils peuvent se changer en loups.

Le message reste le même : savoir s’accepter soit même et se faire accepter avec ses différences aussi étranges soient elles, le combat d’une mère seule pour élever ses enfants, et l’image du Loup meurtri par les préjugés et la cruauté des Hommes. Autant Yuki est une petite fille guillerette, fofolle, et très curieuse qui accepte parfaitement son côté loup, autant Ame est un petit garçon peureux, fragile et renfermé qui rejette au départ sa nature animale. Il est très intéressant de suivre leur évolution qui n’est pas celle que l’on penserait au premier abord et c’est ce que j’ai beaucoup aimé également : suivre le cours des pensées de chacun, voir leur façon de penser évoluer, et découvrir quelle sera leur priorité au final. C’est une histoire vraiment touchante qui nous fait rire autant que monter les larmes aux yeux à travers ces lignes parfaitement écrites.

Le scénario est fluide, permettant une compréhension parfaite de chaque point. Le petit plus des romans c’est qu’il est possible, à travers les mots, de rajouter des détails impossibles de formuler sous forme de dessin : des pensées, le pourquoi de certaines réactions, certaines réflexions…

En conclusion : courez vite vous acheter ce roman que je conseille de lire après le film pour le coup (contrairement au manga) car c’est un vrai plus que je ne regrette vraiment pas d’avoir acheté.

Scénario : 10/10
Intérêt général : 7/10

Arkanne


mardi, juillet 30, 2013

Un petit tour du côté de Japan Expo

Comme chaque année, au début du mois de Juillet, je saute dans le train, direction la capitale, puis dans le RER. Dès que j’entraperçois les affiches géantes de Ki-oon dans la station RER je sais que je me rapproche du festival. Cette année j’ai eu la chance de parcourir ces allées pendant trois jours, à savoir du Jeudi au Samedi. Mais tout commence par la file d’attente à l’extérieur. Et là je ne peux que pousser des exclamations devant les superbes cosplay que je vois. Puis sitôt mon billet validé à l’entrée, mes yeux se mettent à briller comme ceux d’une enfant découvrant ses cadeaux de noël. Japan Expo me voilà !
Retour sur quelques éléments qui m’ont marqué :

-          - Le spectacle d’Ikebana contemporain était exceptionnel. On voyait toute l’expérience de Yuko AkiyaL'événement était très vivant et le spectateur était invité à participer notamment grâce à des petits ballons en papier qui volait d’une personne à l’autre. Le résultat final était harmonieux et bien pensé.  






-          - L’atelier cuisine moléculaire sur le stand de Kana était simplement excellent ! Les intervenants et le staff étaient sympathiques et proposaient des expériences originales. La dégustation de ces expériences apportait un petit plus non négligeable. Au programme sorbet instantané au la griotte avec sucre pétillant ou encore cocktail fumant qui vous explose aux lunettes.   En prime un superbe tablier Hell’s Kitchen (Kana) attendait les participants à la sortie. 

-          - Un stand entier était consacré à Doraemon (disponible chez Kana). On y apprenait pas mal de chose sur l’étrange chat bleu notamment qu’il sera la mascotte des jeux olympiques 2020 si Tokyo est sélectionnée pour les organiser. De plus un petit goodies était offert pour tout passage sur le stand. 





-          - Etant accro à la série Secret Service – Maison de Ayakashi (Kurokawa),  j’ai beaucoup apprécié son omniprésence lors du salon. Le stand Square Enix était le plus présentatif avec une exposition d’illustrations dont certaines étaient inédites. L’auteur,  Cocoa Fujiwara, avait même réalisé un dessin tout spécialement pour l'événement.  







-          - Et bien entendu, j’ai fait mon pèlerinage annuel sur le stand de Nolife. En passant plusieurs fois dans la journée on pouvait croiser et discuter avec tout le staff de la chaîne. Bien sûr toute l’équipe était super accueillante. 






- Mais Japan Expo c’est également la course aux dédicaces. Pour ma part j’ai obtenu un ticket dédicace pour  Koume Keito pour Spice & Wolf, le jeudi. D’ailleurs un grand merci au staff d’Ototo et de la brigade SOS qui étaient vraiment à l’écoute. Le Vendredi,  j’ai pu rencontrer Rann, l’auteur de Memento Mori  (Tonkam). C’était un plaisir d’échangé quelques mots avec elle et avec les autres fans de la série. L’ambiance sur le stand dédicace était vraiment conviviale malgré l’attente et la chaleur.  De plus, Rann avait un ventilateur ce qui était fort appréciable lors de Japan expo !! 






Puis grâce au concours facebook de Ki-oon, j’ai eu l’occasion de rencontrer Mamiya Takizaki, scénariste et dessinatrice d’ Ash & Eli (Ki-oon) . Il y avait également une bonne ambiance dans la file d’attente. De plus l’auteur était sympathique et rapide en ce qui concerne les dédicaces.

Japan expo fut aussi l’occasion pour moi de compléter mes différentes séries en cours et de profiter des exclus comme Puella Magi Madoka Magica – the different story, Hanayamata(Doki Doki) et le dernier Spice & Wolf. Et bien sûr, pas de Japan Expo sans chasse au goodies ! 









Ce petit listing n’est qu’un petit aperçut de ce qu’offrait Japan Expo cette année. La convention proposait encore une fois une grande diversité d’activités. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et je suis repartie déjà convaincue de revenir l’année prochaine. Pour preuve en sortant du hall d’exposition je n’ai pas pu m’empêcher de dire : «  On se revoit dans un an !!! » 


  ** Le bonus de Koyuki **:
Voici la vue que j’avais depuis ma chambre d’hôtel sur le parking de l’hôtel d’à côté… 







Koyuki