Archive for 09/11/13

mercredi, septembre 11, 2013

Interview de Saïd Sassine lors de Japan Expo 2013

Lors de Japan Expo 2013, j'ai pu rencontrer l'illustrateur du manga Wakfu : Saïd Sassine qui a bien voulu répondre à quelques questions.

Quel a été votre parcours ?

Je suis Saïd Sassine, je suis éducateur de rue à la base. J'ai commencé la bande dessinée il y a une dizaine d'années avec Didier Tarquin mais juste comme assistant ou apprenti. Ensuite, j'ai fait quelques projets avec les éditions Bambou dans la collection Grand Angle. Ensuite, j'ai fait un manga : Cassius publié chez Kami. Aujourd'hui, je fais Wakfu avec Ankama.









Quelles sont vos influences ?

C'est Shingo Araki pour le graphisme, je n'en ai pas beaucoup.

Comment vous est venu l'idée de Wakfu ?

Je ne connaissais absolument pas la série, c'est Ankama qui m'a démarché pour me faire faire des tests sur l'univers de Dofus y compris Wakfu. Quand j'ai vu la charte graphique de Wakfu, je me suis senti à l'aise car elle ressemblait beaucoup à celle que je connaissais des années 80 à travers Ranma 1/2 par exemple. Là, j'ai fait  des tests sur Wakfu plus précisément avec l'idée de lancer éventuellement un manga sur cette série. En ayant vu les dessins que j'avais proposés cela semblait intéressant.

Comment faites- vous pour vous appropriez cet univers ?

J'évite de trop regarder la série télé pour me détacher de son visuel et pour essayer d'amener mon style. Je regarde la série quand je m'éloigne trop de cette dernière.






Comment procédez-vous pour élaborer un chapitre ?

Je commence par voir le story-board fait par le scénariste pour voir le découpage. Ensuite, je story-board sur une quinzaine de pages voir un chapitre en entier et je fais valider cela. Ensuite, si tout va bien on part sur quelque chose de définitif. Il peut y avoir des modifications à tout moment.






Est-ce choix que de choisir de travailler sous le format du manga ?

J'avais déjà eu une expérience avec Cassius et j'étais de ce fait rodé. J'ai donc été très à l'aise pour travailler sur du format A4 car tout est confiné sur une toute petite page, ainsi on a une vue d'ensemble et donc cela est plus pratique que de travailler sur un format A3. Le format manga fut imposé.






Le manga complète-t-il l'animé ?

Je pense que les fans s'y retrouvent. Je pense que cela complète l'animé d'autant plus que c'est Tot qui écrit le scénario de ce fait le lecteur va retrouver les caractères des personnages en lisant le manga. Grâce à Tot, l'esprit de l'animé est présent dans le manga.

Aimez-vous à la base l'univers sur lequel est basé Wakfu ?

Oui, car cela laisse beaucoup de liberté et c'est très fun graphiquement. Je n'ai pas eu le temps d'exploré l'environnement de Wakfu mais plus tard on va rentrer dans des lieux inédits avec le manga.

Avez-vous un personnage préféré ?

J'aime beaucoup Ruel.

Quel est votre avis sur le monde du manga ?

J'ai l'impression qu'il y en a pour tout le monde et chacun y trouve son bonheur. Les titres sont de qualité, les auteurs surtout français ont l'air d'être très investi et mettent beaucoup d'énergie dans leur travail et cela se ressent.

En tant que mangaka français la comparaison avec les mangakas japonais n'est-elle pas trop dure ?

Au contraire, c'est plutôt un privilège.

Comment avez-vous vécu Japan Expo ?

J'ai pu revoir des fans que j'avais vu l'année dernière. J'ai pu constater qu'ils n'étaient pas insensible à l'évolution graphique que l'on trouve dans le tome 2 de Wakfu. Cela leur a fait plaisir. Cela m'incite à alléger plus pour que la lecture soit moins compliqué.

Avez-vous d'autres projets en tête ?

J'ai d'autres projets mais je ne peux pas en dire plus.

Avez-vous un messages pour vos fans ?

Merci de me suivre. On fera de notre mieux pour sortir le tome 3 rapidement.

Je remercie beaucoup Saïd Sassine d'avoir bien voulu répondre à mes questions et le staff d'Ankama qui m'a permis de faire cette interview.


mercredi, septembre 11, 2013

Kotori, le chant du moineau

Fiche

Titre : Kotori, le chant du moineau
Genre : album de jeunesse
Auteure : Samantha Bailly
Illustratrice : Shigatsuya
Editeur français : nobi nobi !
Date de parution : 12 septembre 2013
Prix : 13,75 euros
Age recommandé : 6 ans et plus














Synopsis

Un jour qu’il partait chercher du bois, le vieux Yûjirô découvre un moineau blessé dans la forêt. Bien décidé à le sauver, le paysan le ramène chez lui afin de lui prodiguer tous les soins nécessaires. Il baptise le petit rescapé Kotori, et une très belle amitié se noue rapidement entre le vieil homme et l’oiseau. Néanmoins, possessive et jalouse, l’épouse de Yûjirô ne voit pas le nouvel arrivant d’un très bon œil...

Avis

La vraie richesse réside dans la beauté du cœur !

Ce nouveau conte que nous propose nobi nobi ! est rempli de beauté, de magie et nous plonge dans un Japon qui paraît intemporel. Il s'agit d'une époque à la fois proche et éloignée de nous. Cela est le cas pour beaucoup de contes. Dès la première page est on est envoûté par la beauté des illustrations et l'histoire qui éveille en nous tout ce qu'il y a de plus beau et de meilleur.

Il s'agit d'un conte qui nous plonge dans un univers fantastique et merveilleux. Cela permet de toucher aussi bien les enfants que les adultes. La force de cet album réside dans le fait qu'il éveille en nous des sentiments en nous émouvant. Cette communion entre l'Homme et la nature nous rappelle à tous la beauté de ce qui nous entoure. C'est une belle leçon de vie.

Le symbolisme est omniprésent : le chiffre 7, la jeune femme moineau et le vieil homme symbolisent le début et la fin de vie... Cela donne une force particulière à cet album qui peut se lire à plusieurs degré. Le texte possède une touche poétique sans que l'on tombe dans de la poésie pure et dure cela permet à ce dernier de nous toucher tout en restant narratif.

On voit dans ce conte beaucoup de sentiments opposé que l'on nous présente afin de montrer lequel est le mieux et le plus beau ( bonté/cruauté, jalousie/amour). Cela avec la morale permet à ce conte de nous expliquer pourquoi il faut agir avec bonté plutôt que par avarice comme le ferait une fable.

On y trouve aussi des références à des légendes européennes comme : Les douze travaux d'Hercule. Cela rend ce conte plus proche de nous et plus accessible.

Les illustrations semblent illustrer les paysages d'automne ce qui va à merveille avec l'époque de la sortie de cet album. Les personnages sont magnifiquement dessinés et sont très expressifs afin de nous toucher encore plus. On a l'impression qu'il s'agit d'êtres vivants peints. Les jeux de lumières sont vraiment très bien faits.

L'édition est bien faite permettant une lecture agréable et fluide. A la fin on a le droit à une petite biographie de Samantha Bailly et de Shigatsuya ainsi qu'un des croquis et des illustrations en rapport avec les personnages de ce conte.

En conclusion, Kotori, le chant du moineau est un album magnifique contenant une très belle histoire et de sublimes illustrations. Il s'adresse aussi bien aux petits comme aux grands. C'est un grand coup de cœur.

Scénario : 10/10
Illustration : 10/10
Intérêt général : 10/10

mercredi, septembre 11, 2013

Septembre 2013 chez Doki-Doki

Voici ce que nous réserve Doki-Doki pour ce mois de septembre :

Le 11 septembre

Servamp tome 3

Kuro, le vampire le plus casanier de la création, grand traine-savate devant l'éternel, et no-life patenté... est prisonnier du C-3 ! Son maître, Shirota Mahiru, va faire la connaissance de Tetsu, un garçon plutôt étrange, puisqu'il se balade avec un cercueil publicitaire sur l'épaule... Pour notre héros, c'est un nouvel allié qui tombe à pic, car Tsubaki avance ses pièces sur l'échiquier !










Tales of Xillia Side : Milla tome 2

Luse rejoint Milla et ses compagnons dans leur périple. Mais la jeune enfant est poursuivie et met le groupe en danger. Entre placer la priorité sur sa mission ou assurer la sécurité de ses amis, Milla devra faire un choix…Vivez la suite de ce sommet de la fantasy à travers les yeux de Milla Maxwell !








Taboo Tatoo tome 6

Après avoir réussi à entrer en contact avec l’âme de BB, Seigi découvre le passé de son ami et le secret qui entoure la naissance d’Âryabhata, princesse du royaume de Sélinisthan. Bien décidé à perpétuer la volonté de BB, Seigi décide alors de vivre caché en compagnie d’Izzie et de ses compagnons pour se préparer au combat final contre la princesse.







Quel sera votre choix ?

Source : Doki-Doki

mercredi, septembre 11, 2013

Lovely Complex

Fiche technique

Lovely complex est un shôjo publié chez Delcourt Akata et est écrit par Aya Nakahara. Il comporte 17 tomes à 6,99 euros en magasin. C'est une série terminée, adaptée en film et en animé de 24 épisodes.



  












Synopsis

Risa, une grande perche, et Atsushi, haut comme trois pommes, sont les comiques involontaires du lycée à cause de leurs disputes légendaires. Tous deux sont complexés par leur taille et ils ont peur de ne jamais trouver l’amour… Ils en font forcément des tonnes pour faire oublier leur mal-être ! Mais un jour, Atsuhi propose à Risa de l'aider à séduire le grand et beau Suzuki, si elle accepte de lui présenter sa meilleure amie, la calme et jolie Chiharu...

Avis

Lovely Complex fait parti de mes shôjos favoris, ce fut un pur coup de cœur pour ma part. C'est un manga qui m'a remontée le moral par son humour et sa légèreté. Il parle de l'acceptation de soit tel que l'on est et la peur de ne jamais trouver l'amour. Risa se trouve trop grande et pas assez féminine, elle passe ses nuits à jouer aux jeux vidéos, cherchant parfois son prince charmant à travers eux. Pourtant, on découvre, sous ses airs de femmes forte, une jeune fille fragile et complexée qui désespère de trouver réellement l'âme sœur. Atsushi, quand à lui, est frustré par sa petitesse qui lui met souvent des bâtons dans les roues, surtout lorsque la fille dont il est amoureux lui annonce qu'elle ne le considère pas comme un homme à cause de sa taille. Cependant il est un basketteur exceptionnel, gentil est attentionné. Parviendront-ils à trouver chaussures à leur pieds ?

Le ton du manga est léger et comique. On s'attache rapidement à ces personnes excentriques qui nous feront rire aux larmes. Mais il n'y a pas que les héros qui devront s'accepter ainsi, tout du long, de nouveaux personnages arriveront avec leur propre particularité. Nous nous retrouvons ici confronté à l'adolescence par laquelle nous passons tous, avec les doutes qu'elle apporte, les craintes, les peurs... On passe par l'acceptation de soit, de ses particularités physique par laquelle passe la confiance en soit. On redécouvre des histoires d'amour simple, sans vulgarité, tout dans les émotions, que nous avions (avons/ aurons) à leur âge, un peu timide, que l'on découvre parfois pour la première fois.

L'histoire se déroule au lycée, personnellement ce furent les plus belles années de ma vie, et nos protagonistes en profitent tout autant. La beauté de l'amitié, du soutiens de ses proches est présente, les premiers émois également, et la réalité de la vie pour ce qui est des études et de l'argent, aussi. Atsushi n'est pas le garçon super canon comme on en trouve souvent dans les shôjos, grand et fort sur qui toutes les filles craquent. Risa n'est pas non plus la petite mignonnette super féminine que l'on a envi de protéger à chaque instant. Voici donc un petit chef d'oeuvre empreint d'une agréable réalité dans laquelle on peut se reconnaître au fil du temps, rompant les clichés des shôjos. On ressent que la mangaka ne se prend pas au sérieux et fait tout dans la légèreté et la simplicité.

Le scénario permet une lecture fluide avec une parfaite compréhension du manga qui permet d'apprécier tout du long chaque scène et les sentiments qui en résultent.

Les illustrations sont simples mais très agréables. On remarque l'évolution de l'auteur tout du long par son coup de crayon. Les expressions sont souvent exagérées pour donner un aspect comiques à certaines situations, et cela marche parfaitement. Outre cela, on parvient à ressentir les émotions des personnages simplement en regardant le dessin ce qui rend ce manga particulièrement vivant.

L'édition donne une lecture fluide, sans réflexion particulière à avoir pour savoir quelle bulle lire avant l'autre.

En conclusion, si vous avez envie de bien rigoler et d'évacuer votre stresse en vous détendant, ou simplement de passer un bon moment, je vous conseil Lovely Complex qui vous épargnera une histoire dans un monde, certes dont on peut rêver, mais qui n'existe malheureusement pas, mais qui vous fera apprécier la vie telle qu'elle est.

Scénario : 10/10
Illustration : 10/10 
Intérêt général : 10/10


Arkanne

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -