Archive for 05/06/14

mardi, mai 06, 2014

Bandai Namco Games Europe Annonce sa line-up pour Japan Expo 2014

Les derniers jeux de Bandai Namco Games vont débarquer au plus grand salon européen de l'anime le 2 Juillet avec en prime de superbes événements et surprises pour les fans.

Bandai Namco Games Europe annonce sa présence à Japan Expo 2014, au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte, du 2 au 6 Juillet. Bandai Namco Games sera présent au stand BF76 Hall 6, avec des démos exclusives de ses prochains jeux, des activités en live pour les fans et bien plus encore. 






La line-up de cette année inclura : One Piece : Unlimited World RedTales of Xillia 2, Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Revolution, Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle, Rise of Incarnates et Pac-Man et les aventures de fantômes en plus des autres titres et sans oublier les nombreuses surprises à prévoir.
La boutique Bandai Namco Games permettra aux fans de mettre la main sur les produits du catalogue de la marque et surtout sur une large gamme d'objets encore jamais vendus en dehors du Japon.

Source : Namco Bandai Games Europe

mardi, mai 06, 2014

Kamui Fujiwara à Japan Expo

Les éditions Ki-oon annoncent la venue à Japan Expo 2014 de Kamui Fujiwara, l’auteur de Dragon Quest – Emblem of Roto.

Pour fêter la sortie en France de sa série et les 10 ans de Ki-oon, cet artiste reconnu et respecté au Japon, qui nous offre une adaptation en manga du célèbre jeu vidéo Dragon Quest, vient en France du 2 au 6 juillet.







Kamui Fujiwara

Né à Tokyo en septembre 1959, Kamui Fujiwara est un auteur accompli. Récompensé dès sa première œuvre en 1979 par les Tezuka Awards aux côtés de Tsukasa Hojo, il est apprécié des lecteurs japonais pour ses personnages élaborés et son grand sens du détail. Il cite régulièrement Mœbius et Katsuhiro Otomo comme ses maîtres à penser en matière de bande dessinée. Il connaît un succès incroyable avec Dragon Quest – Emblem of Roto et ses 19 millions d’exemplaires vendus, mais n’hésite pas à s’éloigner du shônen pour signer des œuvres beaucoup plus intimistes comme sa propre adaptation de la Genèse ou encore Unlucky Young Men, où il évoque la jeunesse nippone désabusée des années 60.
Kamui Fujiwara a également officié en tant que character designer pour des RPG cultes comme Terranigma ou Grandia Xtreme.


Source : Ki-oon

mardi, mai 06, 2014

Mai 2014 chez Komikku éditions

Voici ce que nous réserves les éditions Komikku pour ce mois de mai.

Le 15 mai

Oh my cats ! (one-shot)

“Chaque jour à m’occuper d’eux est un vrai bonheur… Mes chats sont des dieux vivants. ”
Découvrez le quotidien félin de la mangaka Kotsubu Sakaki, de ses deux chats Bobo (la mère) et Mini (le fils), ainsi que de tous leurs amis !















Kotsubu Sakaki :
femme, née en octobre, auteur de ce manga.
Ce qu’elle aime : les chats, l’alcool et les machines à sous.

Bobo :
femelle née en mars.
Douce à la maison, chef de gang à l’extérieur.
Point fort : la chasse. Sort souvent dehors vivre sa vie.
Ce qu’elle déteste : le vétérinaire, les chiens, la plupart des autres chats et quand je la caresse trop longtemps.

Mini :
mâle né en mai.
Avant, il pouvait déambuler en liberté mais comme il ne faisait que des bêtises, on le cantonne à l’intérieur.
Il adore s’évader de temps en temps.
Ce qu’il déteste : le vétérinaire et moi.



La main d’Horus tome 1

Horus est le nom latin d’une des plus anciennes divinités égyptiennes, le dieu faucon. Il est notamment connu pour son pouvoir de guérison. Cette faculté divine se retrouve entre les mains de Jûzaburô Kujô, chirurgien à l’hôpital général d’Ôedo.
Malgré un environnement de travail peu favorable et de nombreux soucis avec sa hiérarchie, Jûzaburô n’a qu’un objectif en tête : sauver la vie de ses patients ! Bien qu’il soit prétentieux, séducteur, arrogant et imbu de lui-même, son talent de chirurgien reste indéniable. Un personnage qui nous rappelle très clairement le fameux docteur House.










Source : Komikku éditions

mardi, mai 06, 2014

Hideki Noda : THE BEE (version anglaise)

Ces représentations seront les premières en France.

Mise en scène : Hideki Noda
Texte : Hideki Noda et Colin Teevan
D’après le texte de : Yasutaka Tsutsui

Avec :

Hideki Noda Ido
Petra Massey Femme d’Ogoro
Glyn Pritchard Ogoro
David Charles Dododyama






Hideki Noda

Ecrivain, acteur, metteur en scène et directeur du Metropolitan Theatre de Tokyo, Hideki Noda nous dévoile un théâtre d’action où les scènes se succèdent à un rythme haletant et nous plonge dans la psychologie de personnages pris au piège de leur propre logique.
En rentrant à son domicile après une journée de travail, Ido, un homme d’affaires japonais, découvre que son épouse et son fils ont été pris en otage. L’homme qui les retient s’appelle Ogoro. Il vient de s’évader de prison. En apparence, les revendications d’Ogoro n’ont rien d’excessif. Il souhaite juste revoir sa femme et son fils. Sauf que, comme les policiers l’expliquent à Ido, l’épouse d’Ogoro refuse catégoriquement de répondre à sa demande.
Pour Hideki Noda, auteur et metteur en scène de ce spectacle, ce point de départ en forme de fait divers n’est que le début d’un engrenage infernal. Ecrit avec Colin Teevan dans la foulée des attentats du 11 Septembre à New York, THE BEE évoque l’escalade de la violence qui a suivi la destruction des tours du World Trade Center. Le thème principal de la pièce s’articule autour de la notion de représailles. En effet, après avoir essayé en vain de la convaincre, Ido prend à son tour la femme d’Ogoro et leur fils en otage. Comme dans le cas du 11-Septembre, la violence engendre la violence dans une réaction en chaine qui semble ne jamais devoir prendre fin. Basé à Tokyo où il dirige le Tokyo Metropolitan Theatre,
Hideki Noda s’est notamment fait connaitre par ses adaptations modernes de kabuki. C’est la première fois qu’il est accueilli sur une scène française.
Hugues Le Tanneur








Petit mot d'Hideki Noda

A chaque fois que nous répétons la même erreur, nous en rions en disant : « Eh bien, faut croire que je suis comme ça. » Mais quand il s’agit de quelqu’un d’autre, nous nous hérissons : « mais pourquoi donc n’arrêtent-ils pas de faire ça ? »
Quelles créatures attentionnées sommes-nous vis à vis de nous-mêmes… et à l’inverse, combien intraitables sommes-nous envers les autres au fil de notre vie.
Je suis presque sûr que les professeurs des écoles primaires du monde entier disent à leurs élèves de « traiter les autres avec respect et compassion. » Je suis aussi presque sûr que dans ces moments-là, tous les enfants à travers le monde se disent en baillant : « Lâchez-nous, on sait, on sait ça. » Or, en grandissant, il s’avère qu’ils ne le savent pas et vivent en réalité leur vie selon un autre principe : « Gentillesse avec soi, mais pas avec les autres. » Si on comptait les fois dans l’année où la phrase « sois gentil avec les autres » (ou d’autres expressions semblables comme « ne frappe pas ») est prononcée dans les écoles primaires du monde, et qu’on la représentait chaque fois par un paquet de cigarettes, les empilant au fur et à mesure, ils atteindraient sans doute la lune (oublions un instant la légitimité d’introduire ici un paquet de cigarettes).
De même, si l’on considère le nombre de disputes conjugales qui ont lieu dans le monde tous les jours. Elles ne représentent guère la mise en pratique de la notion de gentillesse envers autrui. C’est ce manque de considération envers les autres, tel qu’il existe entre mari et femme, qui donne lieu à des expressions comme « va mourir » ou, dans une autre veine, « mais réponds-moi bon sang ! » Comptez un paquet de cigarettes chaque fois qu’un tel échange survient dans un couple, et vous vous retrouvez fissa sur la lune (non pas que la métaphore du paquet de cigarettes soit d’un grand secours ici).
Ce trait de caractère humain habituel – la gentillesse envers soi et l’incapacité à en témoigner aussi à autrui – n’a à mon sens pas changé depuis l’apparition de la religion dans le monde. De fait, s’il était si facile d’être gentil avec les autres, nous n’aurions pas besoin de religion au départ. Et il en va de même pour la philosophie, le droit, le conseil et les organisations à but non lucratif. Il vaut sans doute mieux pour nous que nous vivions selon le principe que nous avons une incapacité innée à traiter les autres comme nousmêmes.
D'ailleurs, nous serions peut-être plus bienveillants envers les autres si nous acceptions ce principe comme notre vraie nature. Au minimum, nous pourrions peut-être cesser de n’être gentil qu’avec nous-mêmes.
Après avoir dit cela sur la bonté humaine, vous devez vous imaginer que THE BEE, que vous vous apprêtez à voir, est un baume de gentillesse. Mais cette pièce traite de la violence des humains. Elle n’est en apparence pas liée à la bonté humaine.
C’est cet événement qui secoua le monde il y a plus de 10 ans, et l’engrenage incessant de violence qu’il a engendré, qui m’a poussé à écrire cette pièce. La violence et la gentillesse envers soi-même sont intimement liées. La bonté envers soi qui surgit lorsqu'on essaie de comprendre pourquoi nous avons été projetés dans un océan de chagrin se transforme en une intolérance qui nous empêche de comprendre les autres, avant de se transformer à son tour en violence. La bonté envers soi, lorsqu’elle est entachée de chagrin, se mue
littéralement en une violence qui nous assaille.
C’est pour exprimer ce sentiment que j’ai introduit la métaphore des paquets de cigarettes s’élevant jusqu'à la lune. C’est cela qui constitue l’art contemporain. C’est cela qui constitue la malveillance envers autrui. Mais au lieu d’empiler des paquets de cigarettes, j’ai écrit cette pièce. C’est ainsi qu’elle a vu le jour. Vous avez ma parole.
Quand vous aurez vu THE BEE, vous n’éprouverez ni réconfort ni désir ardent d’être bon. Néanmoins, je soupçonne que vous n’aurez pas non plus l’envie pressante d’être violent.







Renseignements pratiques : 

Grand Foyer
Du 13 au 17 mai 2014
19h Mardi 13, Mercredi 14, Jeudi 15, Vendredi 16,
15H30 Samedi 17
Durée 1h15
Spectacle en anglais surtitré
Renseignements : 01 53 65 30 00 / internet : www.theatre-chaillot.fr
Tarifs : 33 € plein tarif, 25 € tarif réduit, 11 € et 13 € tarifs jeunes






Sources : théâtre Chaillot et maison de la culture du Japon 

mardi, mai 06, 2014

Kakashi Hatake Xtra by Tsume


Dans le cadre du mois Naruto, Tsume vous présente sa toute nouvelle figurine de Naruto Shippuden : Kakashi Hatake en pleine attaque des Mille Oiseaux.


















Kakashi Hatake Xtra by Tsume est disponible en précommande sur le site de Tsume ou bien chez les revendeurs officiels Tsume.









Cette création intègre la collection Xtra by Tsume. Kakashi Hatake est la quatrième figurine de Naruto Shippuden dans la collection Xtra by Tsume. Elle poursuit l’orientation de leurs gammes PVC lancée avec Chun-­‐li.









Représentant Kakashi en pleine attaque, cette sculpture bénéficie d'une pose très dynamique où les lignes de forces mettent en valeur le mouvement insufflé par Masashi Kishimoto dans le manga.
Les courbures, en particulier sur la jambe gauche et le centre de gravité abaissé de Kakashi sont d'autres concrétisations de cette recherche cinétique dans la sculpture.
La peinture présente de nombreux dégradés sur la tenue ou les cheveux.
Enfin, l'attaque des Mille Oiseaux est réalisée en PVC transparente bleue.











Désormais vendues en boîte fenêtre, la nouvelle collection de figurines Xtra by Tsume propose des figurines encore plus fidèles et plus détaillées.

Fiche technique

Hauteur : 22 cm
Diamètre : ±17 cm
Échelle : 1/10e
Matière : PVC
Prix : 54,90€ TTC
Date de Sortie : 2nd semestre 2014
Sculpteur : Cyril Farudja
Peintre : Mickael Gros
Superviseur Artistique : Cyril Marchiol







Source : Tsume