Archive for 10/21/14

mardi, octobre 21, 2014

Les French J-Music Awards

Après une année de pause, les French J-Music Awards sont de retour. Plusieurs changements sont intervenus mais l’objectif est le même : récompenser les groupes et artistes les plus populaires en France.



Les fans français sont donc invités à participer à ce grand sondage, le premier par son envergure en France. Les résultats seront communiqués aux professionnels du secteur, japonais et occidentaux.

Les French J-Music Awards sont organisés dans un cadre totalement bénévole, indépendamment de toute organisation officiel à but lucratif et animé par la passion de la J-Music.

Cette année, les French J-Music Awards se font en 3 étapes :

1 – Les pré-nominations

Afin d’être au plus proche du marché, cette année, c’est les fans qui font les pré-nominations. Soutenez vos artistes et vos groupes pour les faire gagner un French J-Music Awards.

Vous avez jusqu’au 15 décembre 2014 pour effectuer vos pré-nominations ici : http://www.frenchjmusicawards.fr/pre-nominations/

2 – Les votes

Du 26 décembre 2014 au 26 janvier 2014, vous voterez pour vos artistes et groupes préférés.
A partir de vos pré-nominations, les 6 personnalités avec le plus de votes seront désignés comme nominés aux French J-Music Awards ’15.

3 – Les résultats

A partir du 1er février 2015, les résultats seront publiés et communiqués aux décisionnaires occidentaux (Bishi Bishi, B7Klan, JPU Records et Neo Tokyo) et japonais (Avex, Johnny’s, Sony, EMI, KING RECORDS, Victor, Toy’s Factory et STROKE RECORDS).

Une seule adresse pour voter et effectuer ses pré-nominations : www.frenchjmusicawards.fr


mardi, octobre 21, 2014

La tour fantôme tome 4

Fiche

Titre : La tour fantôme
Genre : seinen
Auteur : Taro Nogizaka
Illustrateur : Taro Nogizaka
Editeur français : Glénat
Date de parution : 17 septembre 2014
Nombre de tomes en France : 4 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 8 ( en cours )
Prix : 7,60 euros









Synopsis

Le labyrinthe souterrain de la Tour fantôme a été détruit, ensevelissant l'horloge de la mort. Mais aucun cadavre n’a été retrouvé et les soupçons se portent sur Taïchi et Tetsuo. Les deux jeunes gens doivent fuir. Déguisés en jeune couple, ils parviennent à se soustraire aux enquêteurs. Seulement, leur cavale les conduit dans un village coupé du monde. Un village où des secrets séculaires pourraient bien les retenir prisonniers à jamais !

Avis

Le piège ! 

Ce quatrième tome de La Tour fantôme, nous plonge dans une intrigue qui se glisse à l'intérieur de l'intrigue principale. Cela fait comme une sorte de parenthèse permettant de mieux découvrir notre duo et d'approfondir les liens qui les unissent. Avec le temps, les sentiments se modifient et s'intensifient, c'est ce qui est mis en avant dans ce tome. Notre jeune héros nous apparaît sous un autre jour et commence à modifier sa façon de penser, on a l'impression qu'il devient enfin un homme, un vrai. Le mystère et le danger sont toujours omniprésents et cela permet de donner beaucoup d'intérêt à ce tome.

L’atmosphère ici est digne d'un bon petit film d'horreur. On a des frissons et on frémit pour nos deux amis qui sont dans une situation plus que délicate. Les montées d'adrénalines sont de mises et on peut dire que l'auteur sait jouer avec nos nerfs. On est pris dans l'action et dans l'histoire comme jamais. A cela s'ajoutent la dose d'émotion et une certaine sensualité qui adoucissent l'histoire et nous font sourire.

L'action et le suspens sont au rendez-vous pour nous faire vibrer tout au long de la lecture. La rythme est soutenu et le dynamisme est présent. L'intrigue principale fait une petite pause pour nous en proposer une autre intriguante et passionnante.

Les illustrations sont de bonnes qualité et dégagent une certaine féminité et sensualité.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, La tour fantôme est vraiment un bon thriller qui part son évolution nous surprend, nous intrigue et nous passionne. Un bon moment de lecture.

Note : 16/20


mardi, octobre 21, 2014

Kenshin - Le vagabond - Restauration tome 2

Fiche

Titre : Kenshin - Le vagabond - Restauration
Genre : shônen
Auteur : Nobuhiro Watsuki
Illustrateur : Nobuhiro Watsuki
Editeur français : Glénat
Date de parution : 15 octobre 2014
Nombre de tomes en France : 2 ( terminée )
Nombre de tomes au Japon : 2 ( terminée )
Prix : 6,90 euros













Synopsis

Un mégot abandonné conduit Kenshin à l’ “Akabeko” où il retrouve Hajimé Saïto, un ancien membre du Shinsengumi devenu policier.
Dans le même temps, l’homme d’affaires Kanryu Takeda cherche à se venger de Kenshin en envoyant un tueur à ses trousses, lui aussi ancien membre du Shinsengumi où il officiait sous le nom de “Jinné l’assassin”. Cet adversaire doit occuper Kenshin pendant que Kanryu attaque le dojo Kamiya…


Avis

Vivre en paix ! 

Ce second tome de Kenshin - Le vagabond - Restauration est un bel hymne à la paix. Entre combat, lutte idéologique et mise en avant de bonnes valeurs, ce tome nous entraîne dans un Japon ancien et fascinant. Les samouraïs et les luttes du Japon d'autant nous fascinent et nous en mettent plein les yeux. Quel plaisir de retrouver de nouveau , Kenshin et toute sa bande. Ce personnage emblématique du shônen est vraiment charismatique et à part. Une belle conclusion pour une belle mini série qui aura su nous faire vibrer et chavirer nos cœurs.

L'atmosphère du Japon post médiéval est toujours aussi envoûtant et enivrant. On aime s'y perdre et le découvrir. Notre esprit s'y égare et on s'imagine dans ce monde qui regorge à la fois de beauté, d'espoir, de brutalité et de mystère. Le ton mélancolique laisse de plus en plus place à l'espoir et au renouveau. Ce passage sert de pont entre la Japon médiéval et le Japon moderne. On sent la fin d'une époque pour q'une autre puisse arriver.

L'action est de mise et les combats plus que des affrontements représentent une lutte idéologique voir une lutte entre le passé et le futur. Ces derniers, sont spectaculaires et nous en mettent plein les yeux. Une petite dose d'émotion vient couronner le tout. L'intrigue monte en intensité et nous offre un beau final.

Les illustrations sont belles et très bien travaillées pour un manga du genre. Le style élancé et le souci du détail sont de bonnes choses.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, Kenshin - Le Vagabond - Restauration avec ce second tome conclut magnifiquement la série. Un final à ne pas louper. C'est un grand coup de coeur.

Note : 18/20



mardi, octobre 21, 2014

Spice & Wolf tome 10

Fiche

Titre : Spice & Wolf
Genre : seinen
Auteur : Hasekura Isuna
Illustrateur : Kôme Keito
Editeur français : Ototo
Date de parution : 25 septembre 2014
Nombre de tomes en France: 10 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 10 ( en cours )
Prix : 7,99 euros













Synopsis

Lawrence se retrouve pris au piège des négociations en cours dans la ville de Ghelbe et se voit obligé de jouer le rôle d'intermédiaire entre l'adjoint de la coopérative de Rowen et la mystérieuse marchande Ève...

Avis

Entre deux feux !

Ce nouveau tome de Spice & Wolf commence très fort et nous propose une situation bien complexe dans laquelle notre Lawrence montre ses faiblesses et ses limites. Ainsi, le personnage d'Holo reprend les rênes. Ainsi, cette dernière nous apparaît plus forte, plus imposante et plus charismatique que jamais. Cependant, on la découvre tendre et douce aussi. Ce duo semble capable de surmonter toutes les épreuves. A cela, s'ajoute manipulations et tractations. Autant dire, que ce tome est riche et palpitant.

Le ton de ce tome oscille entre sentimentalisme et action. Tout se complexifie et les rapports entre nos deux héros sont de plus en plus ambigus. L'émotion alliée à l'action donne une atmosphère unique dans laquelle on s'immerge avec plaisir. C'est beau et cela nous fait rêver. Découvrir ce monde vaste et mystérieux qui regorge de danger et de merveilleux est toujours un plaisir.

L'action est bien sûr au rendez-vous, comment pourrait-il en être autrement dans Spice & Wolf. Le monde des marchands, regorge de secrets, de trahisons, de manipulations et de tractations. L'intrigue est toujours aussi intéressante et passionnante. L'évolution de cette dernière est prometteuse et on hâte de voir comment notre duo va évoluer car le rapprochement se fait de plus en plus.
Les illustrations en un mot Waouh. Que du plaisir.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, vous l'aurez compris ce nouveau tome de Spice & Wolf  est un grand coup de cœur et à ne pas manquer. En un mot : excellent !


Note : 18/20


mardi, octobre 21, 2014

Et même si je me perds... à la MCJP

Représentations : vendredi 21 et samedi 22 novembre 2014 à 20h
Texte et mise en scène : Shiro Maeda
Avec Shiro Maeda, Takeshi Oyama, Junko Miyabe, Asuka Goto, Saho Ito
Production : GOTANNDADAN (Tôkyô)



La représentation du 22 novembre sera suivie d’une rencontre avec Shiro Maeda.

Synopsis

Michiru Suzuki, une jeune trentenaire, vit avec ses parents à Tokyo. Elle n’a pas de problèmes financiers ou matériels, ni de soucis particuliers. Mais elle a la sensation que quelque chose manque à sa vie. Un jour, elle rencontre sa soeur qui, en réalité, n’a jamais existé, et son enfant qui n’est pourtant pas encore né.
Ces rencontres lui font découvrir un autre monde, qui se déploie en elle. Elle commence alors à réfléchir à sa vie, quitte son amoureux et, tout en acceptant ses sentiments confus, décide que sa vie prenne un tout nouveau chemin.




Et même si je me perds... est un voyage dans l’inconscient de Michiru Suzuki, une jeune trentenaire
de Tôkyô. Au fil de ses rencontres imaginaires avec ses parents, la soeur qu’elle n’a pas
eue, son ex petit ami, etc., se dessinent son mal être, ses regrets et ses espoirs. En pénétrant
dans le cerveau de cette femme désorientée, Shiro Maeda explore le malaise de toute une génération
de Japonais qui peinent à trouver leurs repères dans les grandes villes.

Dans cette pièce particulièrement remarquée au Festival Tokyo en 2010, Maeda prend une fois
de plus pour héros des gens ordinaires sur lesquels il pose un regard plein de tendresse. Cet
auteur, metteur en scène et romancier, qui a reçu le prestigieux prix Kunio Kishida en 2008 et le
prix Yukio Mishima en 2009, affectionne les situations surréalistes et les scènes à l’humour
décalé. Avec pour tout décor quelques chaises et un lit, il réussit à nous plonger dans un univers
étrangement onirique, reflet de son imagination sans bornes. Invité avec Suteru Tabi au
Kunstenfestivaldesarts de Bruxelles et au Festival d’Automne à Paris, il revient à la MCJP avec
cette pièce où l’on découvre qu’il est parfois bon de se perdre.




Quand j’écrivais « Et même si je me perds… », j’étais dans l’embarras. J’étais en effet devenu trop habile dans l’écriture de pièces de théâtre. A l’époque où cette tâche m’était encore pénible, je parvenais à écrire si je ne pensais plus à rien, comme si j’avais perdu mon chemin. Mais lorsqu’on commence à bien écrire, cela n’est plus possible. Quand on déménage dans un nouveau quartier, une fois qu’il nous est devenu familier, ne finit-on pas par toujours emprunter le même chemin ? Ne plus se perdre fait gagner du temps. Mais cela m’est désagréable, c’est comme si des choses se rétrécissaient. Des choses dont on avait la certitude, à propos de soi, de son passé, etc…Ces choses, peut-être qu’on ne les connait pas autant qu’on le croit, qu’elles sont plus vagues, incertaines. Voilà, c’est une pièce comme ça que j’ai écrite. Shiro Maeda

Shiro Maeda

Le Japonais Shiro Maeda, né en 1977, étudie à la Wako University. Il forme la compagnie Gotanndadan en 1997 à l’âge de dix-neuf ans. Le charme de son travail théâtral réside dans son naturel décontracté, son sens de l’humour et sa façon bien à lui de créer un temps et un espace particuliers. Ses textes se situent souvent à la frontière entre réalité et fiction. Gotanndadan est l’une des compagnies de théâtre contemporain les plus populaires de Tokyo. En s’appropriant la technique du « datsuryoku-kei », une manière de parler dépourvue d’énergie, Shiro Maeda est parvenu à capter les valeurs et les modes de vie d’une génération désabusée. Son public aime les excentricités de ses personnages et leur manière de considérer l’existence et la mort. Sa pièce Ikiterumono wa inainoka (Isn’t Anyone Alive ?), dans laquelle ses personnages meurent les uns après les autres, a été commentée comme un « remarquable exemple du théâtre contemporain de l’absurde ».
Populaire à Tokyo, mais peu connu à l’étranger, Gotanndadan et Shiro Maeda ont été particulièrement remarqués lors de l’édition 2009 du Kunstenfestivaldesarts de Bruxelles 2009 avec la pièce Suterutabi. Shiro Maeda publie régulièrement dans des magazines et plusieurs de ses textes et nouvelles ont été nominés pour des prix littéraires. En 2008, il remporte le Kishida Drama Award. Mais surtout, en 2009, il remporte le prestigieux prix Mishima pour Natsu no mizu no Hangyo-jin (The Mermen in Summer Water). Shiro est l’invité du Festival Tokyo en 2010 et présente à cette occasion une nouvelle pièce intitulée Maigoni Naru wa (Going On The Way To Get Lost / Et même si je me perds...), très bien reçue par un public de plus de 2000 personnes. Sa plume est mise à contribution pour la série télévisée Maigo (Lost), et pour un film basé sur son roman, Okike no Tanoshii Ryokou (A Newly Weds Pleasant Journey to the Hell), dont la sortie japonaise aura lieu en mai 2011.
Après la catastrophe de mars 2011, il s’est rendu à Fukushima plusieurs fois et a créé et dirigé une nouvelle pièce avec des élèves du lycée de la ville où il a donné une représentation ainsi qu’à Tokyo.
Il a écrit une nouvelle pièce Understandable?.
Depuis février 2012, un film basé sur son texte Ikiterumono wa inainoka (Isn’t Anyone Alive ?) a
été présenté dans plusieurs salles à travers tout le Japon.

mardi, octobre 21, 2014

Alice au royaume de Joker chez Ki-oon

Les éditions Ki-oon  annoncent l’arrivée dans leur catalogue de la suite des aventures de la jeune et jolie Alice Liddell avec la sortie d’Alice au royaume de Joker.



Après ses déboires avec le chapelier, le chat du Cheshire ou encore le chevalier de Cœur, Alice est confrontée à un nouvel habitant de Wonderland : le Joker.

Le temps de l’insouciance est terminé : complots, secrets et manipulations sont au centre du jeu que ce mystérieux personnage impose peu à peu à la jeune fille…



Alice au royaume de Joker – sortie du tome 1 le 8 janvier 2015

Synopsis

Alice décide de s’installer chez Vivaldi, dans le château de Cœur, où elle coule des jours paisibles jusqu’à l’arrivée de Joker et de son étrange cirque. Si Alice ne sait trop que penser de ce nouveau venu, les habitants de Wonderland semblent inquiets : le retour de l’énigmatique clown marque le début d’une période de faux-semblants qui pourrait bien être fatale à la jeune fille… Qui est Joker, et quel est ce mystérieux jeu qu’il compte imposer à Alice ?

Choisissez soigneusement vos cartes et suivez Alice dans une partie des plus périlleuses au royaume de Joker.


Source : Ki-oon