mardi, juin 09, 2015

Posted by : Loïc Poupou mardi, juin 09, 2015

 Fiche

Titre : Marmalade Boy
Genre : Shôjo.
Auteur : Yoshizumi Wataru.
Illustrateur : Yoshizumi Wataru.
Éditeur français : Glénat.
Date de parution en France : Novembre 2001.
Nombre de tomes en France : 8 ( terminée ) .
Nombre de tomes au Japon : 8 ( terminée ) .
Prix : 6 euros 90








Synopsis

Miki Koishikawa est une écolière banale, qui va voir sa vie chamboulée par l’annonce soudaine du divorce de ses parents à un retour de voyage. Pourtant cette première surprise n’est rien comparée au fait que ses parents veulent se remarier avec un autre couple, les Matsura.
Depuis que ses parents ont divorcé, la petite Miki vit désormais dans une maison où ces derniers font ménage à quatre avec ses beaux-parents. D'abord choquée par cette situation plutôt inhabituelle, Miki va se montrer plus tolérante, aidée en cela par l'arrivée du fils de ses beaux-parents, Yû, beau blondinet au charme ravageur. Miki va également devoir gérer les avances de Ginta, un vieil ami qui avait jadis refusé de sortir avec elle. Heureusement, notre héroïne peut toujours compter sur son amie Meiko pour partager ses doutes et ses secrets.

Avis

Marmalade Boy est le manga romantique par excellence.

C'est un manga qui peut paraître assez surprenant. Tout d'abord les dessins, typiques du shôjo, sont assez jolis et correspondent bien à l'univers, ils s'améliorent d'ailleurs au fur et à mesure de la série. Ensuite, l'histoire, bien que classique, est réussie et tout à fait plaisante.                                      Publié au Japon avec beaucoup de succès depuis plusieurs années, il fait même l'objet d'une adaptation en dessin animé pour la télévision.
Puis, en drama chinois en 2002 qui comporte 30 épisodes.
Autour, l'auteur tente d'agrémenter la série par quelques couples subsidiaires et autres ruptures aussi douloureuses que traumatisantes pour les protagonistes concernés. En revanche, les personnages ont une vraie personnalité, sont attachants et parfois plus complexes qu'ils ne le paraissent. Donc de ce côté-là, rien à redire. La série est courte ce qui empêche les longueurs. Un peu d’humour, et une histoire qui tient plutôt la route, c’est l’archétype du shôjo. Classique mais efficace, car chacun peut s’approprier une relation parmi l’éventail des liens et déchirements proposés avec clarté dans le dialogue et douceur du crayon. Une comédie sentimentale non seulement riche d’une intrigue principale : les sentiments naissants entre Miki et Yû, dont les parents respectifs se sont échangés leurs conjoints pour se remarier (juste une situation insolite, mais rien de salace), mais également de la relation de Meiko, la meilleure amie de Miki, avec son professeur, M. Namura, ainsi que de des rivaux de Miki :  Arimi qui est brièvement sortie avec Yû et qui en est toujours amoureuse, et pour Yû : Ginta, un très bon ami de Miki, à qui elle s’est maladroitement déclarée, sans réciproque, pensait-elle.  En oubliant pas un élément du récit qui dramatisera l’intrigue dans les derniers volumes : La recherche du père de Yû qui est persuadé depuis la lecture d’une vieille correspondance entre son père et sa mère que celui-ci n’est pas véritablement son père.
C’est dire qu’en 8 tomes, le récit a peu de temps morts. L’histoire est globalement drôle mais avec une bonne part de drames, rejets, séparations et de découverte de sentiments. Certains éléments comme la mise en commun des 2 foyers recomposés semble de prime abord bizarre, mais trouve une explication comme toutes les intrigues développées au long des 8 volumes sans que le moindre personnage secondaire soit oublié.
Les parents paraissent immatures, mais on se prend tout de suite d’affection pour Miki et Yû, Arimi et Ginta, ainsi que pour Meiko prête à sacrifier un avenir prometteur par amour.
Le seul bémol reste le dessin, pas mauvais en soi dans la mesure où il ne bloque pas la lecture, mais assez pauvre et très conventionnel dans son découpage, malgré un excès vain de bravoure dans la représentation d’un match de tennis, entre autres.
Une série qui de mon avis est dans la moyenne de ce que l’on peut lire en shôjo. Pour les débutantes et les fans exclusives de shôjo uniquement.

Les illustrations sont belles, ont voir au fur et à mesure le travail qui y a été fourni. Grâce à l'évolution du dessin et cela rend la lecture très agréable.

L'édition est très bien faites, très agréable et fluide.

En conclusion, Marmalade Boy est un excellent shôjo, un de mes nombreux coups de cœur côté shôjo.   Avec l'histoire pleine de retournements de situation, d'émotion, de tragédies, d'amour et d'amitié. Ce shôjo m'a beaucoup émue, il est juste excellent d'après moi bien sûr.

Note : 4/5.

Shiki.

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -