Archive for 01/15/15

jeudi, janvier 15, 2015

Rencontre avec Midori Yamato lors de la 18ème édition de Paris Manga

Lors de la 18ème édition de Paris Manga, j'ai pu rencontrer la character designer de Fairy Tail : Midori Yamato.

C'est lors d'une table ronde avec d'autres médias que j'ai pu lui poser quelques questions.










Voici la table ronde :

- Comment avez-vous décidé de devenir character desingner ?

Quand j'étais au collège je voulais devenir mangaka, au lycée je suis partie sur autre chose, j'avais même trouver un travail que j'ai arrêté au bout de quelques années. C'est à ce moment que j'ai vu la première saison de Fullmetal Alchemist à la télévision et j'ai été ébloui par la qualité de cet anime. C'est là que je me suis dit que je voulais travailler dans le monde de l'animation.
Normalement pour devenir character desingner, on doit passer par l'étape de directeur de l'animation après avoir été animateur clé. J'étais animateur clé sur Michiko & Hatchin et Fullmetal Alchemist à l'époque et c'est le réalisateur de Fairy Tail  qui m'a demandé de devenir character designer.

- Pouvez-vous nous expliquer votre métier de character designer ?

C'est de rendre le plus facile à animer des dessins. C'est transformer en simplifiant pour permettre l'animation de ces dessins.

- Quand vous effectuez une modification, est-elle personnelle ou nécessaire ?

J'ai été un peu peinée car je trouve qu'à cause de mon manque de technique, je n'ai pas réussi a être aussi proche que ce que j'aurai voulu du manga originel.

- Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur Fairy Tail ?

Cela a fait suite à une audition interne à laquelle j'ai postulé suite à la demande du producteur de Final Fantasy VII pour lequel j'étais déjà character desingner. Ce dernier est aussi le réalisateur de Fairy Tail.

- Comment s'effectue votre travail avec Mashima Hiro ?

Il s'est développé en deux partie : il a donné des fiches sur certains personnages avec des croquis et des explications. Par la suite des correctifs ont été fait sur les poitrines et les jambes.

- Est-ce que travailler sur ces énormes poitrines a été une épreuve pour vous ou avez-vous trouvé cela amusant ?

J'avais travaillé sur des gros seins mais je ne savais pas comment il fallait les équilibrer. J'ai donc demandé conseil à ma manager qui m'a conseillé pour bien les faire évoluer comme il faut dans ce domaine. Je travaille actuellement comme directrice d'animation pour Ikktousen et maintenant je n'ai plus de problème pour dessiner les gros seins.

- Vous avez travaillé sur beaucoup d'OAV de Fairy Tail, avez-vous eu plus de liberté sur ces derniers ?

On avait déjà une bonne base donc le travail a été plutôt simple.

- Quel est votre personnage préféré de Fairy Tail ?

C'est Zara, il a la classe et c'est un beau mec, il a une beau visage.

- Comment trouvez-vous le nouvel anime de Fairy Tail ?

Je le trouve encore plus proche du manga, il est encore plus shônen que ce que nous avons pu faire nous à l'époque avec un design très proche.

- Avec quel personnage de Fairy Tail, avez-vous le plus de difficultés ?

Lucy a été le plus difficile à dessiner alors que c'est un personnage que j'adore.

- Avez-vous d'autres projets ?

Actuellement, je travaille comme directrice d'animation sur Ikkitousen et sur un autre projet qui n'a pas encore été dévoilé mais dans lequel, je suis character designer.

- Quels sont vos impression suite au succès de Fairy Tail en France et sur votre venue à Paris Manga ?

La première fois que j'ai pris conscience de la popularité de Fairy Tail en France, c'était en 2011, lorsque qu'il a reçu le Japan Awards du meilleur shônen. Ce fut une grande surprise et un grand honneur.
Je suis tellement contente de ma venue ici que je n'arrive pas à exprimer d'autres mots que : je suis contente.



Je remercie beaucoup Midori Yamato d'avoir répondu aux questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew son agent de liaison et traducteur ainsi que A1-Pictures et Satelight et aussi le staff de Paris Manga qui m'ont permis d'assister à cette table ronde.

jeudi, janvier 15, 2015

Rencontre avec Chihiro Tamaki lors de la 18ème édition de Paris Manga

Lors de la 18ème édition de Paris Manga, j'ai pu rencontrer la mangaka : Chihiro Tamaki qui lors d'une table ronde avec Le Journal du Japon a bien voulu répondre à quelques questions.















La table ronde :

- Pouvez-vous vous présenter et nous dire quelles sont vos influences ?

Je m'appelle Tamaki et je suis une mangaka japonaise.
A la base, je n'ai pas qu'une seule influence mais je pense tout de suite à une femme qui dessinait des mangas pour homme : Takachi.

- Pour vos deux mangas, avez-vous trouvé l'inspiration dans des faits réels ou est-ce totalement imaginaire ?

Il est plus facile de construire une histoire une histoire autour d'une dualité, rivalité autour de complexe. C'est pour cela que j'ai utilisé des complexes pour construire mes histoires autour de ces derniers.

- Vous êtes une femme forte avez-vous cette force en vous ou est-elle venue en écrivant ?

Je ne suis pas une femme aussi forte que cela. C'est juste une image.

- Quel est votre processus de création ?

En premier, je crée les personnages puis leur personnalité, ensuite les relations entre eux et enfin l'histoire.

- Le fait d'avoir fait autant de manga différents, cela vous a-t-il appris quelque chose sur vous ou sur votre métier ?

Ce n'est pas impossible car cela fait 13 ans que je suis dans ce métier. Les premières années, j'ai un peu tourné autour du pot, je ne savais pas trop ce que je faisais.

- Pouvez-vous nous parler de vos différentes collaboration ?

Le premier scénariste avec qui j'ai travaillé a refusé 15 personnes, ce qui embêtait beaucoup l'éditeur et c'est par dépit que l'éditeur a montré son manga et le scénariste a fait : c'est ça que je veux. On s'entendait très bien et on avait la possibilité de travailler facilement ensemble.

- Malgré le fait que les histoires abordent des thèmes dures, il y a une sorte de positivité, est-ce un message ?

Il y a beaucoup de gens complexés au Japon, c'est évident que je m'en suis inspiré pour écrire et pour leur dire que l'on peut sortir de ses complexes.

- Avez-vous un thème préféré ?

Je ne supporte pas les histoires d'amour, ensuite le sport, je préfère car c'est plus facile : les histoires sentimentales. J'adore lire tout ce qui est du style : horreur.

- De plus en plus de femmes au Japon, contribue au style shônen, qu'en pensez-vous ?

Je pense que c'est une bonne chose car les femmes vont avoir plus d'aisance à écrire tout ce qui est en rapport avec les sentiments.

- La mode est-elle un milieu qui vous attire ?

J'aime beaucoup la mode et ce qui tourne autour.

- Vous revenez en France, est-ce rare pour un mangaka de venir autant en France ? Y-a-t-il une raison particulière à cela ?

Shozaki est déjà venu quatre fois. Autour de moi, cela est assez rare de ce fait je prends cela comme un très grand honneur. J'ai un petit rêve, se serait de faire une vraie BD essayiste en France.

- Comment percevez-vous le fait que le manga devient de plus en plus international ?

J'ai envie que cela augmente encore plus.

- Quels sont vos futurs projets ?

Je publie une série comique en ce moment.



Je remercie beaucoup Chihiro Tamaki d'avoir répondu aux questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew son agent et traducteur  ainsi que le staff de Paris Manga qui m'a permis d'assister à cette table ronde.

jeudi, janvier 15, 2015

Revenge Classroom chez Doki-Doki

Publié chez Futabasha, Revenge Classroom compte à ce jour 3 volumes au Japon (série en cours) et bénéficie d’une excellente dynamique, à l’image de deux autres titres dans la même lignée édités par le même éditeur : King’s Game et La Cité des esclaves.  

Le tome 1 de ce survival paraîtra le 11 mars 2015.



Synopsis

La vengeance est un plat qui se mange saignant !
Ayana est élève en troisième dans un collège comme les autres. Violences, menaces, racket… les élèves de sa classe font de sa vie un véritable cauchemar. Mais après une grave agression, elle décide de prendre sa revanche : ils doivent subir le même enfer ! Elle ne tarde pas à découvrir qu’un meneur inconnu est à l’origine de ses mauvais traitements : s’agirait-il d’une de ses anciennes amies ? Ayana se lance dans une croisade vengeresse implacable qui risque de déraper à tout moment… Et vous, tiendrez-vous le choc ?



Source : Doki-Doki

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -