samedi, avril 23, 2016

Posted by : Loïc Poupou samedi, avril 23, 2016

Lors de la dernière édition de Paris Manga, le character designer Masahiko Komino fut un des invités de cette édition. Lors de cet événement il a bien voulu répondre à quelques questions lors d'une table ronde.











Table ronde

-    Vous avez occupé plusieurs postes différents dans le secteur de l’animation. Quel est celui que vous préférez ?

J’aime tous les postes car chaque poste à des fonctions particulières qui sont nécessaires à la réalisation d’un anime. Comme j’aime tous les postes, je veux tout faire.

-    Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Le fait de travailler sur différents titres, m’aura apporté des expériences très différentes. Cela m’aura surtout apporté la compréhension de chacun des postes. Cela m’a donné une expérience et un professionnalisme sans pareil.

-    Pour Jojo Stardust Crusaders, vous vous êtes occupé de tout le projet presque tout seul. Pouvez-vous nous parler de cette expérience ?

Pour les parties 1 et 2, c’est vraiment une volonté de la production. C'est eux qui m'ont contacté pour que je participe au projet. Pour la partie 3, c’est différent, après avoir vu le travail que j’ai effectué sur le 20ème épisode de la partie 2, la production m’a demandé de participer à l’audition pour devenir le character designer de la partie 3. C’est ainsi que je le suis devenu.

-    Comment êtes-vous arrivé sur le projet et comment l’avez-vous appréhendé ?

Ma première réaction fut : "Vous allez vraiment le faire ?"

-    Vous avez travaillé sur différents styles d’animes. Est-ce un choix et y en a-t-il un qui fut plus difficile que les autres ?

J’ai eu la chance de pouvoir travaillé sur plusieurs genres différents. Celui qui me va le plus à mon avis, c’est celui de Jojo.

-    Pourquoi pensez-vous que c’est ce style qui vous convient le plus ?

J’aime cela tout simplement.

La première fois que j’ai lu Jojo, j’avais huit ans. C’était la partie 2 de Jojo. C’était au moment de Joseph. J’ai lu cela puis un peu de temps s’est écoulé et je suis revenu dessus avec la partie 3. Je me suis dit j’aimerai bien lire ce qui a été écrit avant. J'ai donc acheté la partie 1. J'ai commencé  à la lire et je me suis dit :  c’est Jonathan et non ce qui s’est passé avant, cela n’a rien avoir. C’est cela qui m’a surpris dans Jojo.

-    Avez-vous un personnage que vous aimez plus que les autres ou qui est plus facile à dessiner ?

Le plus simple à dessiner et à mettre en animation c’est : Polnaref qui a des gestes et des expressions qui sont plus expressif à la base. Le staff l’aime particulièrement pour les mêmes raisons.

-    Avez-vous une anecdote à raconter ?

Lors de la scène finale de la partie 3, à l’aéroport, qui est une scène chargée en émotions, l’équipe était vraiment sur les rotules. C’est à ce moment que la manager arrive et dit : "Je vous ai ramené quelques petits trucs". Cela nous a boosté. C’est un très bon souvenir. Cela a été vraiment limite, limite.

-    Quel effet cela fait d’avoir travailler sur de grands animes ?

Je n’ai pas arrêté de me dire que c’était cool. J’ai adoré faire cela.

-    Si vous aviez le choix, quel serait l’adaptation manga sur laquelle vous aimeriez travailler ?

J’ai envie de travailler sur une œuvre originale. Là, on essaye de se réunir, on est une petite équipe et on a déjà une idée.

-    Quel est votre stand favori ?

Celui que j’ai le plus aimé c’est le platinium et le plus difficile à travailler et celui de Edy car il y a beaucoup de détails.

-    Comment choisissez-vous les projets sur lesquels vous travaillez ?

Autant que possible, je m’efforce de choisir et je fonctionne beaucoup au coup de cœur.

-    Comment avez-vous appréhendez les différentes positions des différents personnages dans Jojo ?

Les choix pour appréhender les stands, ont été fait en commun. La question pour chaque stand fut : quel impact souhaitons-nous mettre en avant. La réussite vient surtout de Monsieur Kôta qui est un spécialiste des effets spéciaux dans les scènes d’action. Il avait les compétences nécessaire pour insuffler l’essence.



Je remercie beaucoup Masahiko Komino d'avoir répondu aux questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew son agent de liaison et traducteur ainsi que le staff de Paris Manga qui m'ont permis d'assister à cette table ronde.

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -