lundi, novembre 21, 2016

Posted by : Loïc Poupou lundi, novembre 21, 2016


Rendez-vous au Centre International de Congrès Vinci à Tours pour un weekend japonais au cœur de l’Hexagone, du vendredi 24 au dimanche 26 février 2017.
















Le plus grand festival de culture japonaise et geek de la Région Centre-Val de Loire a accueilli plus de 16 000 visiteurs en 2016. En 2017, encore plus de folie, d’animations, d’expositions, de conférences avec plus de 100 exposants et une cinquantaine d’invités renommés.
Ce festival est l’occasion de découvrir les traditions japonaises, l’univers du manga, la culture geek et l’univers musical japonais, via nos invités d’exception, des ateliers et des conférences. C’est un lieu de rencontres privilégiées pour tous les passionnés, avec une programmation dense et variée qui séduira autant les adolescents technophiles que les adultes passionnés de culture japonaise. 
Le site web du Japan Tours Festival fait peau neuve et vous présente d’ores et déjà une grande partie de la nouvelle programmation. Venez découvrir tout cela sur notre site. Mais nous gardons d’autres surprises pour plus tard.
Cette année sera sous le signe de l’animation Japonaise et des Robots. On vous propose pleins de surprises, d’invités et un programme hors du commun :

L'invité d'honneur

C’est avec beaucoup de joie et un grand honneur que nous accueillerons M. Shinji Aramaki, le réalisateur du film Albator, Corsaire de l’espace sorti en 2013 et qui a fait un tabac dans les salles françaises.
Shinji Aramaki, aujourd’hui mondialement connu, débute sa carrière à l’aube des années 80 en tant que mecha-designer, sur des animés tel que Mospeada (Robotech en occident), ainsi que sur les séries franco- américaines Pole Position et MASK, produites par la DIC et réalisées par Bernard Deyriès. Entre le milieu des années 80 et le début des années 90, il collabore, à des postes divers, (mecha-designer toujours, mais aussi créateur et réalisateur) à de cultissimes productions OAV parmi lesquelles Megazone 23 et Bubblegum Crisis. Tout au long de sa carrière, il continue à contribuer au design de nombreuses séries comme Gasaraki, Wolf's Rain, Naruto ou Fullmetal Alchemist. Mais c'est surtout en tant que réalisateur de cinéma qu'on le connaît, grâce à la trilogie Appleseed (2005) - / Appleseed Ex-Machina(2007) - / Appleseed Alpha (2014), ainsi qu'à Starship
Troopers : Invasion (2012) et Albator, Corsaire de l'Espace (2013)

Une édition aux multiples anniversaires

Alors que 2017 sera l’année des 100 ans de l’animation Japonaise, nous proposerons une exposition hommage, autant technique qu’historique.
Cette édition Japan Tours Festival aura également l’honneur d’accueillir une partie de l’équipe de Oban Star-Racers pour fêter dignement les 10 ans de cette co-production franco-japonaise d’excellente qualité. Réalisée par Savin Yeatman-Eiffel (également au scénario) et Thomas Romain, elle a été produite par les studios Sav! The World Productions et Jetix Europe et diffusée sur France 3. Sans oublier Ulysse 31 et son équipage qui fêtent leur 35ème anniversaire : vous découvrirez le programme surprise qui vous est tout spécialement réservé.
Une exposition spéciale sur les techniques de l'animation japonaise. Une exposition des artistes Bureau 21 sur les RobotsUn cycle de conférences spécialiséesDes projections, des rencontres et des événements ponctuels 

Le Nô

Un invité exceptionnel cette année, pour découvrir l’art ancestral du NôNotre invité d’honneur Umewaka Motonori 梅若基徳, Maître Umewaka est détenteur du titre de trésor culturel national vivant, titre décerné par le ministère japonais de la Culture pour désigner des personnes certifiées conservateurs des biens culturels immatériels importants. Né dans la famille Umekawa dont la lignée se perpétue depuis le Moyen Age, il commence à monter sur scène au cœur de la région du Kansai, à 3 ans. Il se produit à plusieurs reprises à travers le monde notamment en France, en Angleterre, en Suisse, en Italie, aux Pays-Bas et en Grèce. Il ne pratique pas uniquement les arts traditionnels japonais puisqu'il collabore à de nombreux projets et ouvrages relatifs à l'art, à la musique et à la mise en scène, et, œuvre à travers le monde à la promotion des arts scéniques.   
Cette forme théâtrale prend sa source au XIIIe siècle dans l'art de Zeami, acteur, dramaturge et théoricien du Nô, protégé par le shogunat. Cette proximité avec le pouvoir permit au théâtre de Nô d’être soutenu par de nombreux mécènes et rendit longtemps inaliénable des sphères politiques japonaises. Les pièces de Nô sont jouées devant les représentants militaires (les shoguns et les samouraïs) et les acteurs sont protégés par les gouverneurs féodaux, daimyo. La composition d’une pièce de Nô est très caractéristique. Les représentations, dont le jeu est figé depuis le 16e siècle, s’étalent sur plusieurs jours et reprennent des chroniques en vers ou des drames lyriques. Ces performances requièrent une concentration particulièrement soutenue. Les scènes sont intercalées de petites scènes comiques : kyogen. Esthétiquement, le Nô se présente sur une scène épurée avec seulement quelques paravents peints. Les acteurs sont habillés somptueusement et portent des masques. Le changement de masque symbolise le changement de personnage. Les scènes sont ponctuées de danses. L’accompagnement musical s’effectue avec des petits tambours japonais otsuzumi et nagauta shime daigo. Actuellement, les acteurs de Nô se raréfient car l’art ne se transmet qu’à de rares disciples. On compte aujourd’hui seulement 116 acteurs de ce style théâtral. Il est cependant à l’origine d’autres formes théâtrales comme le kabuki. En 2008, le Nô fut une des premières formes d’art dramatique à être inscrit sur la liste du patrimoine culturel et immatériel de l’Unesco. 

La musique Japonaise au Japan Tours Festival : du Rock au Kitsch !

Tobi et Miya forment un duo de chanteurs japonais très particuliers : Les Romanesques.

Source : Japan Tours Festival

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -