Archive for 04/23/16

samedi, avril 23, 2016

PureBlood Boyfriend tome 10

Fiche

Titre : PureBlood Boyfriend
Catégorie : shôjo
Auteur : Shouoto Aya
Illustrateur : Shouoto Aya
Editeur français : Kurokawa
Date de parution : 14/07/2016
Nombre de tomes en France : 10 ( terminée )
Nombre de tomes au Japon : 10 ( terminée )
Prix : 7,65 euros









Synopsis

Kana a finalement vu apparaître sur son corps le Stigma manquant de l'envie. Aki décide d'affronter Eriya pour la protéger et doit partir pour Tsubakiin.

Avis

Vérité

Voilà le maître mot de ce tome. Fini les faux semblant et les cachotteries. On apprend enfin la vérité sur notre couple de vampires et sur les stigmas. Cela permet contrairement à ce que l'on peut penser de donner plus d'intérêt et de rythme à cette histoire qui paraît enfin clair et limpide. De ce fait, on accroche mieux et cela permet de rentrer encore plus dans l'histoire.

Histoire de famille

On voit que toute cette histoire est avant tout une histoire de famille. Le tout est rempli de nostalgie et de tristesse. Ainsi, nos vampire paraissent plus fragiles et deviennent donc plus attachants. Le tout devient à la fois plus dur et plus tendre. Ce mélange de sentiments procure une atmosphère unique renforcée par le côté mystique de l'histoire.

Fidélité

Ce tome met en avant les sentiments et surtout celui de fidélité à l'être aimé. Ce dévouement voir ce sacrifice est vraiment beau et bien en scène. Cela est touchant et renforce le sentimentalisme. Cela renforce l'intrigue.

La fin d'une époque

Tout cela conduit inévitablement à des changements et à la fin d'une époque. Une page se tourne et rien ne pourra être comme avant. Tout retour en arrière est impossible. Cela conduit forcément a une succession d'action et de rebondissements qui donnent un rythme soutenue à ce tome et quelques montées en puissance.

Les illustrations sont toujours aussi belles. Le tout est élancé, fin et possède une sorte de sensualité féminine.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Ce nouveau tome de PureBlood Boyfriend est sans contexte un des meilleurs de la série. C'est ultra dynamique et enfin on comprend tout. Les secrets et mystères s'éclaircissent et tout devient limpide ainsi que plus intéressant. On dévore les pages. C'est un coup de coeur.

Note : 16/20


samedi, avril 23, 2016

Dilemma tomes 4 et 5

Fiche

Titre : Dilemma
Catégorie : seinen
Auteur : Hajime
Illustrateur : Tôji Tatsuya
Editeur français : Komikku
Nombre de tomes en France : 5 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 8  (terminée )
Prix : 7,90 euros











© 2013 Hajime, Tatsuya Touji (AKITASHOTEN)

Synopsis

Naoto Sugimoto, un ancien camarade de classe de Tasuku, convie ce dernier à un jeu de négociations aux risques de plus en plus grands. Pour découvrir la vérité, Tasuku devra miser sa propre vie !

Avis

La vérité

Cette quête d cela vérité prend une nouvelle tournure ici et semble être sur le point d'aboutir. Les obstacles sont nombreux et de plus en plus macabres. Les jeux redoublent de violence. A cela s'ajoute le mystère lié au passé de notre jeune héros qui semble être la clef de tout. Certes on commence à en savoir plus mais on n'est encore qu'aux balbutiements de la vérité. Le tout demeure mystérieux et le suspens est de mise durant tous les tomes.

Épreuves

Les épreuves ici sont présentés comme des rédemptions. Ainsi, cela donne un côté mystique à l'histoire. Cette dernière est de plus en plus complexe et riche. Le tout monte fortement en puissance et les jeux sont de plus en plus sadiques. Entre souffrance et choix, notre duo a bien du mal à surmonter tous les obstacles.

Souvenirs

Les fragments de souvenirs que nous voyons permettent de mieux comprendre les personnages et les interactions. Le tout semble se transformer et se modifier par rapport à l'idée que l'on se faisait à la base de ces épreuves. Cela est surprenant et rend le tout encore plus intéressant.

L'union fait la force

Cette série montre que l'union fait la force. Cela permet de rajouter de la complexité à l'intrigue avec le notion de duo ou trio qui surpasse celle de solo. Ainsi, touts les personnages dépendent le suns des autres. Ces derniers ne cessent de gagner en force et en charisme.

Les illustrations sont toujours de même qualité.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Dilemma continue ces jeux macabres et sadiques. Cela conduit à de choix cornéliens. Le tout est très intense et on commence à mieux percevoir ce qui se trame derrière. Le tout est toujours aussi haletant et on frissonne avec les personnages. On est suspendu aux pages du début à la fin. C'est un coup de coeur.

Note : 17/20


samedi, avril 23, 2016

Rencontre sous le signe de la bonne humeur avec Masahiko Komino

Lors de la dernière édition de Paris Manga, le character designer Masahiko Komino fut un des invités de cette édition. Lors de cet événement il a bien voulu répondre à quelques questions lors d'une table ronde.











Table ronde

-    Vous avez occupé plusieurs postes différents dans le secteur de l’animation. Quel est celui que vous préférez ?

J’aime tous les postes car chaque poste à des fonctions particulières qui sont nécessaires à la réalisation d’un anime. Comme j’aime tous les postes, je veux tout faire.

-    Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Le fait de travailler sur différents titres, m’aura apporté des expériences très différentes. Cela m’aura surtout apporté la compréhension de chacun des postes. Cela m’a donné une expérience et un professionnalisme sans pareil.

-    Pour Jojo Stardust Crusaders, vous vous êtes occupé de tout le projet presque tout seul. Pouvez-vous nous parler de cette expérience ?

Pour les parties 1 et 2, c’est vraiment une volonté de la production. C'est eux qui m'ont contacté pour que je participe au projet. Pour la partie 3, c’est différent, après avoir vu le travail que j’ai effectué sur le 20ème épisode de la partie 2, la production m’a demandé de participer à l’audition pour devenir le character designer de la partie 3. C’est ainsi que je le suis devenu.

-    Comment êtes-vous arrivé sur le projet et comment l’avez-vous appréhendé ?

Ma première réaction fut : "Vous allez vraiment le faire ?"

-    Vous avez travaillé sur différents styles d’animes. Est-ce un choix et y en a-t-il un qui fut plus difficile que les autres ?

J’ai eu la chance de pouvoir travaillé sur plusieurs genres différents. Celui qui me va le plus à mon avis, c’est celui de Jojo.

-    Pourquoi pensez-vous que c’est ce style qui vous convient le plus ?

J’aime cela tout simplement.

La première fois que j’ai lu Jojo, j’avais huit ans. C’était la partie 2 de Jojo. C’était au moment de Joseph. J’ai lu cela puis un peu de temps s’est écoulé et je suis revenu dessus avec la partie 3. Je me suis dit j’aimerai bien lire ce qui a été écrit avant. J'ai donc acheté la partie 1. J'ai commencé  à la lire et je me suis dit :  c’est Jonathan et non ce qui s’est passé avant, cela n’a rien avoir. C’est cela qui m’a surpris dans Jojo.

-    Avez-vous un personnage que vous aimez plus que les autres ou qui est plus facile à dessiner ?

Le plus simple à dessiner et à mettre en animation c’est : Polnaref qui a des gestes et des expressions qui sont plus expressif à la base. Le staff l’aime particulièrement pour les mêmes raisons.

-    Avez-vous une anecdote à raconter ?

Lors de la scène finale de la partie 3, à l’aéroport, qui est une scène chargée en émotions, l’équipe était vraiment sur les rotules. C’est à ce moment que la manager arrive et dit : "Je vous ai ramené quelques petits trucs". Cela nous a boosté. C’est un très bon souvenir. Cela a été vraiment limite, limite.

-    Quel effet cela fait d’avoir travailler sur de grands animes ?

Je n’ai pas arrêté de me dire que c’était cool. J’ai adoré faire cela.

-    Si vous aviez le choix, quel serait l’adaptation manga sur laquelle vous aimeriez travailler ?

J’ai envie de travailler sur une œuvre originale. Là, on essaye de se réunir, on est une petite équipe et on a déjà une idée.

-    Quel est votre stand favori ?

Celui que j’ai le plus aimé c’est le platinium et le plus difficile à travailler et celui de Edy car il y a beaucoup de détails.

-    Comment choisissez-vous les projets sur lesquels vous travaillez ?

Autant que possible, je m’efforce de choisir et je fonctionne beaucoup au coup de cœur.

-    Comment avez-vous appréhendez les différentes positions des différents personnages dans Jojo ?

Les choix pour appréhender les stands, ont été fait en commun. La question pour chaque stand fut : quel impact souhaitons-nous mettre en avant. La réussite vient surtout de Monsieur Kôta qui est un spécialiste des effets spéciaux dans les scènes d’action. Il avait les compétences nécessaire pour insuffler l’essence.



Je remercie beaucoup Masahiko Komino d'avoir répondu aux questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew son agent de liaison et traducteur ainsi que le staff de Paris Manga qui m'ont permis d'assister à cette table ronde.

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -