Archive for 04/27/16

mercredi, avril 27, 2016

Konshoku Melancholic

Fiche

Titre : Konshoku Melancholic
Catégorie : yaoi
Auteur : Yuki Ringo
Illustrateur : Yuki Ringo
Editeur français : Taifu Comics
Date de parution : 24/03/2016
Nombre de tomes en France : 1 ( terminée )
Nombre de tomes au Japon : 1 ( terminée )
Prix : 8,99 euros










Synopsis

Miyashita, un lycée introverti et timide, rencontre Nishimura, le meilleur coureur sur piste du lycée. Miyashita ne parvient à exprimer ses sentiments pour son ami qu’à travers ses toiles, jusqu’au jour où ce dernier découvre par hasard un de ses dessins inavoués...
Tout un tas de jeunes et fringants garçons compilés dans un recueil d’histoires fraîches et touchantes

Avis

Un magnifique recueil 

Ce manga est en fait un recueil d’histoires courtes comme on peut en avoir l’habitude en matière de yaoi. Cela permet de créer des histoires intenses et de ne ps lasser le lecteur. De ce fait, le rythme est soutenu avec une bonne intensité. La premières histoire est la plus belle et la plus touchante mais chacune a son charme et on est pris dans les différents récits que l’on suit avec tendresse et plaisir. 

Amour et tendresse

Ce qui est frappant dans ces récits et surtout dans le premier, c’est la force et la profondeur des sentiments qui nous touchent dès le début et qui ne cessent de nous émouvoir tout au long de la lecture. On sent qu’ils sont sincères et justes ce qui leur donne encore plus de force. Le tout reste soft et cela permet de donner encore plus de force aux sentiments.

Des couples trop attachant

Les couple sont tous aussi attachant les uns que les autres. Tout les personnages sont charismatiques et touchant. Les histoires d’amour sont vraiment magnifiques et cela fait rêver. Il s’en dégage beaucoup de poésie et de bonheur.

La force des sentiments 

Tous ces éléments sont que les sentiments exprimés et qui se dégagent de ce recueil sont vraiment forts et beaux. Cela peut ressembler à des contes modernes et cela est criant de vérité ce qui fait que tout le monde peut d’identifier aux personnages et vivre cela.

Les illustrations sont fines, élancées et empreinte de sensualité ainsi que d’une touche de féminité. C’est très bien fait.

L’édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Cela fait vraiment du bien de lire un aussi beau et touchant yaoi. On sort des clichés pour rentrer dans un monde poétique avec des personnages vraiment touchant. C’est très plaisant et agréable à lire.


Note : 16/20

mercredi, avril 27, 2016

Mirai Moriyama à la MCJP

Il s'agit d'une une performance de 40min mais intense qui aura lieu le  samedi 30 avril à 15h.
Il s’agit d’un solo qui a été conçu pour le ZKM (Centre d'art et de technologie des médias) de Karlsruhe.
Mirai Moriyama est un danseur très réputé au Japon qui a participé à Tezuka de Sidi Larbi Cherkaou. Certains le connaissent en tant qu’acteur de cinéma.
Ne ratez pas cette occasion de le découvrir. 

Danseur et acteur, Mirai Moriyama aime brouiller les genres. « Upload a New Mind to the Body » est une per­formance solo qu’il vient de concevoir pour l’exposi­tion « NewSensorium – Exiting from Failures of Moderni­zation » du ZKM de Karlsruhe. Avec cette performance, il souhaite montrer le processus d’intégration dans un corps de nouvelles valeurs qui remplacent celles du mo­dernisme occidental, comparable à la mise à niveau du système d’exploitation d’un ordinateur.
Son corps est entièrement recouvert d’une sorte de membrane translucide, symbole de ces nouvelles valeurs. Dès que Moriyama se met à se mouvoir et à danser, la membrane se craquelle, parsemant la peau d’éclats bril­lants. Des lambeaux tombent, d’autres se mélangent à la sueur et pénètrent la peau du danseur. Plus qu’une chorégraphie conçue avec une intention précise, cette performance est une lutte entre la membrane et la peau, où le corps de Moriyama évoque un animal, l’ondulation d’une vague...

Chorégraphie, décor, performance solo : Mirai Moriyama
Musique : Koshi Miura
Co-chorégraphe : Ruri Mito

Mirai Moriyama

Né en 1984 à Kobe. Vit et travaille à Tokyo.
Mirai Moriyama a étudié divers styles de danse - jazz, claquettes, ballet classique, hip hop... - avant de faire ses débuts sur scène en 1999. Depuis, il a parti­cipé à une longue liste de spectacles, films et séries télévisées. Récemment, il a travaillé sur des dance-led performances. Il participe à « TeZukA » de Sidi Larbi Cherkaoui en 2012. L’année suivante, il est nommé pour une année Ambassadeur culturel par l’Agence nationale japonaise des affaires culturelles. Il se rend alors en Israël, en Belgique et dans plusieurs autres pays eu­ropéens afin de collaborer avec des groupes de perfor­mance.
Moriyama est plus qu’un simple acteur, il n’hésite pas à traverser les frontières de multiples disciplines artistiques.



© Still image from video "Upload a New Mind to the Body" by Mirai Moriyama, 2016. Videography: Yuichi Kodama

Source : MCJP

mercredi, avril 27, 2016

Bloody Delinquent Girl Chainsaw chez Akata

Akata annonce Bloody Delinquent Girl Chainsaw, de Rei Mikamoto. Geeko, délinquante au grand coeur, débarque dans notre collection WTF, et ça va saigner. Et avec son casting très féminin,Bloody Delinquent Girl Chainsaw s'imposera grâce à un univers bizarrement esthétique, à mi-chemin entre missiles vaginaux et autres tentacules.






Synopsis

Dans un monde ravagé par un ouragan d'atrocités, une chaîne d'acier vrombit… C'est le bruit de la tronçonneuse customisée de Geeko, délinquante au grand cœur ! Cette schoolgirl a vu son quotidien bouleversé quand une de ses camarades, la psychotique Nero, a décidé de transformer toute sa classe en zombies et autres monstruosités ! Tandis qu'une véritable armée de freaks se lève sur le pays, Geeko va devoir lutter pour sa survie... et celle de l'humanité ! 

Source : Akata

mercredi, avril 27, 2016

RUN and RUN de lyrical school

Lyrical school sort un nouveau single : "RUN et RUN". Il est sorti dans le monde entier aujourd'hui. La vidéo montre les membres du groupe hip hop pop qui fut inspiré groupe par le rap.
















Lors de la mise en lignede la vidéo, qui a déjà été vu plus d'un million de fois. des médias anglais tels que The Verge, Tech Times et Digiday ont commenté "Move over OK Go, a spunky Japanese girl group has officially made the coolest music video of the moment."



Tracklist:

1. RUN and RUN
2. Lyrisch No Uta
3. brand new day 2016
4. S.T.A.G.E 2016
5. RUN and RUN (Inst)
6. Lyrisch No Uta (Inst)


Source : JPU Records

mercredi, avril 27, 2016

Golden Kamui chez Ki-oon

Les éditions Ki-oon annoncent l’arrivée dans leur catalogue d’un titre singulier et rare tout juste auréolé du prix du meilleur manga au Japon : Golden Kamui.











Ce manga connaît un enthousiasme grandissant depuis ses débuts, son nom est sur toutes les lèvres des professionnels du secteur mais aussi sur celles des lecteurs depuis plus d’un an au Japon.
Le voici qui arrive en France avec à son actif une ribambelle de distinctions, parmi lesquelles un prestigieux prix du meilleur manga de l’année aux Manga Taisho, où il succède à Bride StoriesThermae Romae et Silver Spoon.

Signé par le talentueux Satoru NodaGolden Kamui se déroule à Hokkaido, la région la plus septentrionale du Japon, dont l’auteur est lui-même originaire.
Un récit dont le point de départ n’est autre que la propre histoire familiale du mangaka. En effet, le nom du héros, Saichi Sugimoto, n’est autre que celui de l’arrière-grand-père de Satoru NODA !
Avec pour fil rouge une chasse au trésor au rythme effréné, Golden Kamui nous offre bien plus qu’un simple récit d’aventures ; c’est aussi un véritable manuel de survie en milieu hostile ainsi qu’un bel ouvrage sur la culture méconnue des Aïnous, un peuple habitant sur l’île d’Hokkaido et vivant en harmonie avec la nature.

Doté d’une structure narrative atypique, Golden Kamui est un manga comme vous n’en avez probablement jamais lu.

Sortie du tome 1 le 25 août 2016
Synopsis

Saichi Sugimoto est une véritable légende de la guerre russo-japonaise du début du XXe siècle. Surnommé “l’Immortel”, il a survécu aux pires batailles menées dans les régions les plus sauvages qui soient. Mais quand le conflit se termine, il se retrouve seul et sans le sou… C’est alors qu’il apprend l’existence d’un fabuleux trésor de 75 kilos d’or accumulé par les Aïnous, peuple autochtone vivant en harmonie avec la nature. Hélas, le magot a été volé, puis caché par un homme désormais enfermé dans la pire prison d’Hokkaido. Les seuls indices menant au butin sont de mystérieux tatouages inscrits sur la peau de criminels évadés…
 Pour Sugimoto, la chasse au trésor est lancée… Cependant, seul, il a peu de chances de s’en sortir. À peine sa quête commence-t-elle qu’il manque de se faire déchiqueter par un ours brun ! Il ne doit la vie qu’à l’intervention providentielle d’Ashirpa, jeune indigène liée aux propriétaires légitimes du butin. Ils décident de faire équipe pour affronter les nombreux dangers qui les guettent sur la route de l’or des Aïnous…

Source : Ki-oon

mercredi, avril 27, 2016

Seven Short Stories

Fiche

Titre : Seven Short Stories
Catégorie : shônen
Auteur : Suzuki Nakaba
Illustrateur : Suzuki Nakaba
Editeur français : Pika
Date de parution : 6/04/2016
Nombre de tomes en France : 1 ( terminée )
Nombre de tomes au Japon : 1 ( terminée )
Prix : 8,05 euros









Synopsis

À travers sept histoires courtes, toutes plus étonnantes les unes que les autres, le talentueux Nakaba Suzuki vous fait partager les folles aventures de princesses et de chevaliers, mais aussi de cow-girls, de maîtres du kung-fu et de patineurs
artistiques ! De l’action, de l’humour, du sport et de la romance… Vous ne serez pas au bout de vos surprises !

Avis

Les Sins en ballade

Ce recueil d'histoires courtes permet de voir chacun des Sins dans une aventure originale et indépendante de la série d'origine. Cela se lit facilement. On y trouve une touche d'humour, une touche d'émotion et une touche d'action. Les chapitres correspondent à une histoire. Chacune est indépendante de l'autre. C'est assez dynamique et plus ou moins prenant suivant les histoires.

Voyage à travers le temps

Ces récits nous font voyager dans différentes époques avec différentes ambiances. C'est surprenant et déconcertant. Ainsi, on a le droit à des récits très différents avec des ambiances très différentes. Ces voyages temporels déconcertent un peu et on a parfois du mal à voir nos héros dans certaine situations.

Des styles différents

Les styles des histoires sont aussi très différents, amour, action ... Cela permet d'en avoir pour tous les goûts et de bien diversifié l'ensemble. Le tout étant court reste dynamique et intéressant. Cela permet aussi d'encore plus s'attacher aux personnages.

Eloignement du récit d'origine

Malheureusement, ces récits s'éloignent parfois un peu trop de celui d'origine et cela peut paraître trop étrange ou inhabituel. Cependant cela est aussi uen bonne chose d'un côté en nous proposant des histoires inédites et uniques.

Les illustrations sont bien faites et apprécie le souci du détail.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Seven Short Stories permet de voir les Sins dans des histoires courtes et surprenantes. Cela permet de les voir sous un autre jour. C'est drôle, frais et touchant. Cela n'a rien avoir avec la série de base mais c'est sympathique.

Note : 14/20

mercredi, avril 27, 2016

Geofront

Fiche

Titre : Geofront
Catégorie : yaoi
Auteur : Ike Reibun
Illustrateur : Ike Reibun
Editeur français : Taifu Comics
Date de parution : 24/03/2016
Nombre de tomes en France : 1 ( terminée )
Nombre de tomes au Japon : 1 ( terminée )
Prix : 8,99 euros










Synopsis

Un monde souterrain dans lequel résident tous les exclus de la société. Komugida veut quitter à tout prix les sous-sols de Geofront en s'inscrivant dans une université à la surface, mais revient finalement vivre sous terre pour travailler en tant que professeur particulier d'un jeune garçon possédant des dons de divination, du nom de Theo. Le père de ce dernier, Nagasa, est d'après lui un « tueur de la mafia » ! Une vie somme toute ordinaire pour les habitants de ces souterrains, qui tentent tant bien que mal de survivre dans un milieu hostile et exclu de la surface de la Terre.

Avis

Un univers sombre

Ce yaoi nous présente un monde souterrain et un univers sombre dans lequel la seule lumière semble être les sentiments qui relient les personnages. Cela créée un contraste intéressant et touchant. Dans cet univers glauque et rempli d’espoir, on découvre des personnages forts, charismatiques et attachants.

Des sentiments forts

Malgré ce monde dark, les sentiments sont exprimés avec force et le tout reste soft et dans le domaine sentimental. Ces sentiments nous touchent en plein coeur et l’amour qui se dégage semble fort et pur. C’est une très belle histoire d’amour qui montre que même dans un milieu pourri et dur, l’amour peut naître et exister dans sa plus belle forme.

Mafia

Bienvenue dans le monde de la mafia. Ce monde sans pitié régit ce yaoi et permet d’introduire de l’action et de l’intensité. Cela permet de donner du rythme et du punch à ce manga qui devient passionnant et qui se renforce grâce à cela.

Hétéro ou non ?

C’est la question que l’on se pose concernant notre héros durant toute la série. Cela est bien ficelé, ce qui permet d’introduire une notion de suspens. C’est intéressant, original et rare dans un yaoi. C’est très intéressant d’avoir introduit cette ambiguité.

Les illustrations sont détaillées et faites avec finesse. C’est beau et rempli de charme.

L’édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Geofront nous plonge dans l’univers de la mafia dans un monde sombre avec un univers mélangeant ce côté sombre et la tendresse exprimée à travers les sentiments. Les personnages sont charismatiques et attachant. C’est un coup de coeur.


Note : 17/20