Archive for 11/05/16

samedi, novembre 05, 2016

5 ans pour le site c'est le mois anniversaire

Le 21 novembre prochain le blog va fêter ses 5 ans officiel. En effet, ayant des difficulté à démarrer il a commencé à être enfin connu en février de l'année d'après la création.










Tout d'abord, il est vrai qu'au début, j'ai crée ce site/blog dans le but d'écrire pour me changer de mon quotidien et pour sortir d'une période difficile. Ensuite, j'ai pris goût au fait d'écrire et de faire des reportages. Je dois dire que même si ces derniers temps j'ai plusieurs fois songé à fermer le blog finalement je suis encore là et cela me fait très plaisir.

5 ans c'est à la fois long et court, je dois dire que malgré un démarrage difficile et quelques passages à vide ainsi que des projets avortés, je n'ai pas vu le temps passé et je ne me vois pas arrêter même si certains changements vont se faire mais je ferai un article pour faire le point sur cela.



J'avoue que je n'aurai jamais pensé pouvoir participer à certains événements, ni rencontrer certains grands noms, ni avoir la confiance de partenaires. Cela me touche beaucoup et c'est toujours de grands moments.

Voilà j'ai fini cette longue introduction et je commencerai par remercier les lecteurs. En effet, le blog est pour vous et j'espère que vous continuerez à le lire et à commenter. J'espère aussi agrandir la base de lecteurs car plus j'aurai de lecteur, plus je pourrai avoir de partenaire et d'accès pour pouvoir faire de plus beaux articles et aussi plus de concours.
N'hésitez pas à me faire part de vos remarques et de vos suggestions.



Merci à vous. Arigato Gozaimasu.



Après moult perturbations et changements je tiens aussi à remercier ma jeune collaboratrice Shiki qui m'aide beaucoup et qui sera de plus en plus présente.

Pour vous remercier des concours vont être organisés d'ailleurs un est en cours donc suivez bien les réseaux sociaux. Je veux vous gâter.



Je remercie beaucoup tous les partenaires, les personnes qui me font confiance, les responsables presses et interprètes qui travaillent régulièrement avec moi ils se reconnaîtront et je remercie tous les artistes qui acceptent de me rencontrer.

Je remercie aussi le blog pour m'avoir permis de rencontrer des gens que j'aime beaucoup et que j'espère pour certains et certaines qui se reconnaitront que malgré mon caractère un peu ours sauvage deviendront de bons amis car ils sont de très bonnes personnes.



Je ne sais pas si le blog est devenu une référence, s'il a un grand impact mais j'espère vraiment qu'il vous plait.


samedi, novembre 05, 2016

Lockdown chez Ki-oon

Les éditions Ki-oon annoncent  Lockdown, un nouveau thriller au rythme frénétique !!

Roman de l’écrivain Michio YazuLockdown nous plonge dans un huis-clos inquiétant qui joue avec nos nerfs... Aucun répit n’est donné au lecteur, entraîné dans un complot complexe et obligé de jongler avec plusieurs lignes narratives toutes plus captivantes les unes que les autres.



Se délectant à construire les rôles de méchants, qu’il trouve plus intéressants que les gentils, l’auteur nous offre un récit aux personnages aussi sombres que charismatiques… Servi par le trait dynamique et moderne du talentueux NykkenLockdown est une chasse à l’homme palpitante dans laquelle rien n’est acquis.

Lycéens vs terroristes : que le carnage commence.

Lockdown Sortie simultanée des deux premiers tomes de la série le 9 février 2017.

Synopsis

Un combat sans merci éclate dans un laboratoire gardé par l’armée... Sous une pluie de balles, les assaillants s’enfuient tant bien que mal avec un échantillon d’une arme biologique ultra-secrète ! Pendant ce temps, c’est le début d’une journée comme les autres pour les élèves de la classe de 1re A du lycée Kaishin... jusqu’à ce que le groupe de voleurs en cavale débarque dans l’établissement ! Ils se barricadent à l’intérieur, prenant professeurs et élèves en otage. Qui sont ces terroristes armés jusqu’aux dents ? Pour quelle cause se battent-ils ? Mystère...
Leur leader, une jeune femme appelée Hozuki, arrive gravement blessée à l’infirmerie. C’est son bras droit, un soldat masqué, qui prend les rênes des opérations. Son message est clair : s’opposer à ses ordres signifie la mort ! Mais les terroristes sont joueurs et, plutôt que de fusiller les rebelles, ils préfèrent manipuler leurs victimes pour les monter les unes contre les autres et ainsi mieux les asservir... La situation dérape quand Hozuki décide de faire usage de l’arme biologique dérobée : le virus se répand, sans espoir de traitement ! Même pour des soldats entraînés, la situation échappe à tout contrôle...

Source : Ki-oon

samedi, novembre 05, 2016

Pierre Sery nous présente Kotoji lors de Japan Expo

Lors du dernier Impact de Japan Expo, la maison d'édition Kotoji était présente. C'est à cette occasion que j'ai rencontré Pierre Sery co-créateur de la maison d'édition.







Voici l'interview :

- Pouvez-vous nous présenter la maison d'édition ? 
Je suis Pierre Séry je suis co-fondateur des éditions Kotoji qui sont plutôt connues pour  le label Asian District, qui est un label dédié à nos licences asiatiques, puisqu'à la base on est plutôt un éditeur de BD franco-belge, même si Kotoji c'est un nom plutôt japonais que l’on avait choisi pour notre amour pour le Japon. Asian District c'est un label qui publie des titres pour le moment qui viennent de Chine, Hong-Kong, Taïwan, avec des séries comme Blood&Steel, Crystal sky of yesterday, Dragon Axiom ou encore Oldman. On est distribué dans toute la France depuis 2012.
  - Comment choisissez-vous un titre ?

La société est divisée en deux parties, il y a les deux fondateurs, il y a moi-même et mon associé Pierre Nicolas Taillardat qui lui, est plus chargé de l’administratif et du financier. Je suis chargé de l'éditorial,  nous notre idée si on part vraiment de base sur Asian District, c'est de sortir des titres qui ont leur place dans le rayon manga des libraires. C'est-à-dire que, quand on parle de la bd chinoise, certains de nos concurrents ou même d'autres encore qui ont disparus aujourd'hui, ils avaient un problème c'est que la bd chinoise c'est une bd qui n'a pas en soi une vraie identité. Du coup, quand ils sortaient des titres, le libraire il ne savait jamais où mettre cela. J'ai fait vraiment un effort pour sortir des titres qui peuvent rentrer dans le rayon manga. D'autre part mon idée aussi est de montrer que dans ces pays là, on a des titres qui peuvent être d'une qualité équivalente à ce que l'on peut trouver au Japon. On va essayer de dénicher des perles, que ce soit du shônen, du seinen et peut être bientôt du shôjo.  Mais disons qu'on est dans une vision très subjective du responsable éditorial, c'est-à-dire moi même, des titres qu'on a envie de lire tout simplement. Après on attache une grande importance à la qualité graphique du titre et à leurs histoires. Je dirai comme tout le monde. Mais on est aussi confronté à des réalités économiques, pour nous il serait difficile de sortir une série qui a déjà 40 ou voir 50 tomes. Donc, on cherche aussi des titres plutôt cours, même si une série comme Blood&Steel  sera entre 30 et 40 tomes. Mais c'est juste parce que la série est géniale et que l'on a envie d'aller au bout des choses. 

   - Comparé à d'autres éditeurs vos sorties sont limités dans le mois, est-ce un choix ou il y a-t-il une raison ?

 C'est avant tout un choix car en ce qui nous concerne, nous sommes tous les deux des salariés à temps plein dans des activités qui nous prennent déjà beaucoup de temps. Du coup, plus on multiplie les sorties plus on doit travailler,  en l'occurrence moi avec Kotoji c’est mes nuits, mes week-ends, sachant que je ne dors que trois heures par nuit. Donc on a une limite physique qui s'impose en elle-même, d'autre part, on ne veut pas brûler les étapes. C'est-à-dire qu'à un moment on a choisi d'aller sur une niche bien particulière qui faisait de la bd de langue chinoise et pour pouvoir imposer des titres. Par contre, dans ce domaine là c'est quand même extrêmement difficile, du coup on essaie d'imposer petit à petit nos bd chinoises,pour que, à terme la qualité des titres que l'on sortira sera suffisamment reconnue pour que l'on puisse en sortir beaucoup d'autres ensuite. 

  - Quelle est l'évolution de votre ligne éditoriale ?

 Alors, déjà avec Kotoji on travaille avec plusieurs territoires, donc si on prend pays par pays : 
En Chine, on a une problématique qui est que c'est un pays censuré, qui censure ses artistes. Par conséquent, trouver des très bonnes histoires à l'internationale, c'est très difficile. Alors qu'on a des dessinateurs juste hyper talentueux, on a la chance de travailler depuis le début avec un auteur qui s'appelle Pocket Chocolate. Que l'on adore, mais aussi Nie Chongrui qui lui est l'auteur de La belle du temple hanté chez nous, mais qui est aussi connu pour sa série Juge BAO aux éditions Fei. Donc, nous on souhaite retravailler avec ces auteurs, on est en grande discussion avec Nie Chongrui par exemple. Mais avec Pocket Chocolate, en gros on a une sorte de contrat moral entre nous dans lequel Kotoji à un droit de préférence sur les titres parce qu'on est devenu juste des supers amis. Nous on a vraiment envie de mener une politique d'auteur, je prends un exemple d'un autre compteur chinois, Golo Zhao qui a fait La ballade de Yaya aux éditions Fei, qui a fait des sorties chez Casterman et Pika. On nous a proposé des titres de lui. Mais je n'ai pas envie d'être le cinquième éditeur qui passe derrière c'est pas dans ma politique de faire des choses comme cela. Nous ce que l'on veut c'est que l’on soit identifié par le travail que l'on fait avec des auteurs et ça c'est le côté formidable de la chose. 
Du côté de Taiwan, on est entrain de développer de plus en plus ce secteur là parce que c'est un pays qui n'a pas de limitation dans sa liberté d'expression. Avec des artistes qui sont nés depuis des décennies avec les codes du manga et c'est un vivier de talent et d'histoires exceptionnelles. Mais, on essaie dans un premier temps de proposer de la bd taïwanaises, avec des histoires qui sont plutôt universelles. C'est pour cela que le premier titre que l'on a sorti c'est Oldman, un titre médiéval, qui n'est surtout pas taïwanais. Par contre, on a montré au lecteur de quoi Taiwan est capable, on a fait Alice in Mechaland donc, une suite d'Alice aux pays des merveilles. C'est vraiment des titres assez universels, une fois qu'on aura réussi à imposer cela et pour le moment c'est entrain de marcher, on va essayer de proposer des titres qui seront et qui iront plus dans la culture taïwanaise. Comme l'ont fait les japonais finalement, mais cela prend du temps.
Et enfin du côté de Hong Kong, on a toujours la série Blood&Steel qui pour moi est ma série préférée et pour laquelle je suis très fier d'être l'éditeur français. En ce qui concerne de nouveaux titres, on est en discussion sur certains parce qu'alors il y a un petit, on va dire, réseau là-bas, d'auteurs d'inspiration manga parce que ce n’est pas forcément ce qui est majoritaire en termes de création. C'est plutôt des choses comme ce que l’on avait avec le Tigre et Dragon chez Tonkam à l’époque, qu'on voit majoritairement. Donc nous, on essaie de travailler avec ce groupe là pour essayer de faire émerger d'autres titres et notamment des titres dans le genre Seinen. 

  - Est-ce qu'il y a des problèmes pendant l'adaptation en français ? 

 Si, typiquement cela pose vraiment des problèmes donc on a un énorme travail d'adaptation à faire. Déjà parce que les chinois sont un peu cul cul la praline on va dire, dans leurs vies quotidiennes. Donc parfois quand on a des expressions pures, des sentiments vraiment exprimés de manière excessive,on est obligé de mesurer un peu les propos et de retravailler le texte. D'autre part je prends un exemple, le titre "That moment maybe", qui est un titre qui se passe dans le milieu de psychologie. Il faut savoir que les écoles et les concepts de psychologie en Chine ne sont absolument pas les mêmes que ceux qu'on a en France. Du coup, ça nous a demandé énormément de temps d'adaptation, on a travaillé avec une psychologue française du coup pour pouvoir adapter des termes, pour pouvoir vraiment encrer cela avec des termes qui soient compréhensibles par des vrais professionnels aussi de psychologie. Au-delà de ça, comme je le disais tout à l'heure, je pense qu'on a au départ des titres japonais avec leurs codes très japonais, un background très japonais. Cela a mis du temps à s'imposer dans le public, mais aujourd'hui tout le monde c'est ce que c'est du « kawai » et que le japon ne se résume pas au sushi et à Toyota. Et nous ce qu'il nous manque, avec la bd chinoise c'est d'être présent sur d'autres médias. Le jour où on aura peut être une adaptation en dessin animé, de l'un des titres que l'on fait et pour peu que ce titre puisse être connu en France peut être que là, on pourra peut être vraiment connaître un vrai succès. 

  - Est ce qu'à travers le fait de présenter quand même cette particularité de Chine ou de Taiwan, est-ce aussi une manière de faire connaître cette culture ? Par exemple, je pense à :  Comprendre la chine en bd.

 Tout à fait, parce qu'en même temps la Chine lorsqu’on en parle, on parle de la pollution, on parle de la censure, du parti communiste, des conflits avec le Japon, etcétéra... C'est un peu le péril jaune quoi. Alors certes c'est vrai, la Chine c'est cela. On ne peut pas le nier mais la Chine c'est aussi autre chose et à un moment nous, est-ce qu'on ne peut pas à notre petit niveau, essayer d'amener des lecteurs à avoir une autre vision plus complexe que celle qui est véhiculée globalement par les médias. Donc, je pense que dans ce sens on a aussi un rôle à jouer dedans et c'est aussi ce que l'on essaie de faire. 

  - Quand vous parlez de la censure, est-ce que du coup quand vous faites l'adaptation en français est-ce que l'auteur a quand même un droit de regard, un peu dans le sens vis à vis de la censure aussi ? 

Non parce qu'en fait la censure ne s'applique que lorsqu'on a une sortie sur le territoire chinois. Donc déjà dans tout les cas, la censure elle a déjà était faite en Chine, si elle a eu lieu. Mais je dirai que globalement de toute façon, ce sont les auteurs qui ce censurent eux-mêmes pour ne pas avoir de problèmes. Donc nous, là dessus on a jamais eu de soucis et je dirais même que de toute façon certains de nos auteurs chinois ne lisent pas le français. Donc, pour le moment on n’a pas eu de problèmes là dessus et on a jamais n'ont plus étaient infidèles aux textes qui ont été donnés par les auteurs. On garde l'esprit, on change certaines petites choses pour les adapter mais jamais on ne les mettra non plus en difficultés avec des titres qui pourraient être un peu délicats. 

  - Est-ce que vous pouvez nous faire un petit bilan?


 Alors Kotoji, c'est une boîte qui a été crée il y a cinq ans, par une bande de copains, on s'est dit qu’est-ce qu'on va faire si on veut faire nos propres titres. Puis, j'ai dit on crée une boîte, tout à commencé là. Après, ça n'a pas arrêté de grandir, on a  failli mourir deux, trois fois puis on a lancé Asian district. Et là d'un coup, on n’arrête pas de voir grandir notre chiffre d'affaire chaque année, on est bien parti pour cette année. Du coup, ça y est on commence enfin à être connu, les professionnels nous reconnaissent, les libraires aussi et ils nous font de plus en plus confiance. A tel point qu'on dépasse souvent les prévisions qu'on avait faites sur nos tirages, pour se retrouver avec des ouvrages qui se retrouvent en rupture de stock au bout de quelques jours, voire de quelques semaines. Donc, on est sur cette phase positive maintenant cela reste une société fragile, on est indépendant, on est petit, on est sur une niche dans le manga qui est en soit une niche, une toute petite niche. Maintenant ce que j'espère c'est que les concurrents qui font de la bd chinoise feront bien le boulot et qu'ils iront au bout de leurs séries, qu'ils sortiront des titres de qualité, et qu'ils montreront que dans ces pays là, on peut faire des très bons titres et plus on sera de monde à montrer qu'il y a des bons titres dans ces pays là, plus cela marchera pour nous de toute façon. 


Je remercie beaucoup Pierre Sery d'avoir bien voulu répondre à mes questions.

samedi, novembre 05, 2016

Novembre 2016 chez Kana

Voici ce que nous réserve Kana pour le mois de novembre.

4/11/2016

A l'assault du roi tome 2



Entre toi et moi tome 4



Fairy Tail - collection tome 2

Fairy Tail fait face à une menace jamais connue : la guilde clandestine de Tartaros et E.N.D., le pire démon des livres de Zeleph...
Pour sauver le village des géants, Natsu et ses amis affrontent l’ennemi qui lui barre la route. Mais ce combat n’est-il que le prélude à un terrible événement qui va ébranler le monde de la magie ?!




Lesson of the evil tome 9



Naruto tome 72



Naruto - Artbook Uzumaki Naruto

Au programme, 114 pages en couché mat de 130gr avec des illustrations originales, des couvertures grand format mais aussi des commentaires de Kishimoto sensei sur certains dessins. 
A la fin vous pourrez, pour rappel, également lire un échange entre Masashi Kishimoto et Avi Arad, le producteur de Amazing Spider-Man.




Naruto - Le roman de Kakashi tome 3

L’histoire du roman de Kakashi prend place peu après la fin de la 4° guerre ninja.
Alors que Kakashi doit être intronisé « Hokage », celui-ci doute. Il n’a plus son sharingan et se demande s’il va pouvoir protéger le village. Une mission va l’entraîner au cœur des conflits entre les pays et il devra ainsi faire un choix…




Ninja Slayer tome 5



School Judgement tomes 1 à 3 et coffret

Pour enrayer les problèmes de persécutions et les châtiments corporels dans les écoles, le gouvernement japonais a introduit dans les programmes d’enseignement 1 heure de "tribunaux scolaires". Il s'agit d'un nouvelle forme de justice, organisée par les enfants et pour les enfants !




15/11/2016

Fairy Tail - Magazine - Coffret intégrale

Magazine entièrement dédié à la saga Fairy Tail, basé sur la revue mensuelle éponyme lancée au Japon en juillet 2014 accompagné de dvd d'épisodes spéciaux (Arcs : Éclipse des esprits stellaires & La Créature mystérieuse) soit 52 au total 
et en bonus les manga spin-off
Fairy Tail Zero d'Hiro Mashima
Tale of fairy tail Ice Trail de Rui Watanabe
En bonus 24 stickers, 11 cartes couleurs
Nombre d'épisodes : 52
Durée : 20h48
Nombre de DVD : 13




18/11/2016

Atlantid tome 3



Atom - The beginning tome 2



Daytime Shooting Star tome 10



Devil's Line tome 6



Gintama tome 40



Hayate the combat butler tome 31



Ichiko et Niko tome 5



Save me Pythie tome 5



Sky high Survival tome 4


samedi, novembre 05, 2016

Animé - Kotoura-san

Fiche

Titre : Kotoura-san
Pays : Japon
Format : Série TV
Auteur : Enokids
Saison : Hiver 2013
Épisodes : 12





Diffusion terminée : 11/01/2013 au 29/03/2013
Thèmes : Ecole
Genres : Comédie, drame, romance, surnaturel, Yonkoma, slice of live,
Durée par épisodes : 23 mn
Licencié en France : non

Synopsis

Haruka Kotoura est une jeune fille qui vient d'être transférée dans une nouvelle école. Il se trouve que Kotoura-san a le don de lire dans les pensées des gens. Pour certains, c'est un don, pour d'autres une malédiction et à cause de son "don", elle n'arrête pas d'être rejetée par tous le monde, elle est traitée de monstre et bien d'autres choses. Elle ne fréquentait personne jusqu'à sa rencontre avec Yoshihisa Manabe, son camarade de classe.

Avis

Une histoire émouvante

Notre héroine nous dévoile petit à petit sa vie avec beaucoup de timidité.
Oui, encore une héroine kawai, timide et maladroite mais n'est ce pas ce que beaucoup aiment voir.
Dans cette histoire on vit les jours avec l'héroine et on ressent sa tristesse.
Son désespoir et son mal être, elle nous permet de voir à nouveau la cruauté dont peut faire preuve l'être humain.
L'histoire est parsemée de scènes comiques, d'amour, d'amitié, de tristesse, de chagrin, de rivalité, de combats et de pleins d'autres choses que je vous laisse découvrir.

Du comique

Grâce au héros, Yoshihisa Manabe l'histoire ne reste pas triste ou baser sur l'amitié.
Après, il est vrai que ses fantaisies hérotiques ne sont pas toutes drôles, moi je n'ai pas aimé ses délires mais plus les réactions de notre héroine.
L'héroine est très mignonne et Manabe aiment énormément la rendre génée, c'est vrai qu'elle est encore plus mignonne quand elle rougit.
Il y a le grand père de l'héroine aussi qui rajoute du comique.
Les autres personnages qui apparaîtront au fur et à mesure rendront le tout plus drôle mais aussi plus intéressant.

L'amitié

La relation entre nos deux protagonistes débutent par de l'amitié qui va très vite se changer en quelque chose de plus fort.
Au fur et à mesure d'autres personnages les rejoignent et Kotoura se sent enfin accepté.
Elle a enfin trouver sa place après toutes ces années ou elles c'étaient résolus à finalement faire sa vie seule dans un coin.
Certes, il y aura encore quelques personnes qui la blesseront en la traitant de monstres etcetera... mais grâce au soutien de ces nouveaux amis, elle trouvera la force de ne plus
Surtout que l'un des personnages secondaires a aussi eu un passé vraiment triste.
J'aurais aimé en savoir plus sur Manabe et les autres personnages.

Conclusion

C'est un très bon animé même si on aurait aimer en savoir plus sur certains personnages.
Le tout reste très intéressant, doux et on passe un agréable moment devant cet animé.
C'est un coup de coeur pour moi, j'espère qu'il vous plaira également.

18/20

Shiki

samedi, novembre 05, 2016

Citrus tome 4

Fiche

Titre : Citrus
Catégorie : yuri
Auteur : Saburouta
Illustrateur : Saburouta
Editeur français : Taifu Comics
Date de parution : 22/09/2016
Nombre de tomes en France : 4 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 4  ( en cours )
Prix : 7, 99 euros



Synopsis

Depuis le soir de Noël, où Mei s’est confiée à Yuzu, les deux demi-sœurs ne font que se croiser.
Comme le lycée organise un voyage scolaire, Yuzu décide de profiter de cette occasion pour redonner du peps à leur relation.
Malheureusement, elle arrive en retard le jour du départ, et se voit obligée de prendre le train suivant.
Elle y rencontre une jolie jeune fille, appelée Sara, qui, à force d’encouragements, lui permet de reprendre confiance en elle. Enfin prête à avouer ses sentiments à Mei, Yuzu se retrouve malencontreusement face à de nouveaux obstacles...

Avis

Déclarer sa flamme

Cela semble si simple dans l’absolu mais en réalité cela est beaucoup plus compliqué. Notre héroïne ne cesse d’hésiter. Un pas en avant et en voilà deux arrière. Les circonstances ne l’aide pas et cela ajoute aussi bien de l’émotion que de l’humour à ce titre qui nous touche et nous fait rire. Cela permet aussi de voir ce que pense et ressens notre héroïne.

Peurs

Les personnages principaux ici sont remplis de peurs et ces dernières empêchent l’histoire d’amour d’éclore. Cela donne aussi bien un côté touchant qu’à-côté un peu dramatique du style : amour impossible. Ainsi, la force des émotions ne cesse de se renforcer au et à mesure que les événements passent et que certains personnages viennent perturber l’équilibre. 

Rivale

Voilà que les rivales et les éléments perturbateurs ne cessent de contrecarrer les plans de notre jeune fille qui ne sait plus quoi faire. Cela rajoute du piment et du dynamisme et permet de faire évoluer l’histoire ainsi que les personnages. 

Revirement de situation

A chaque fois que l’on pense que tout va aller, un nouvel élément arrive pour bouleverser cela. C’est ainsi que se fait le dynamisme de la série. Cela donne aussi de l’intensité aux émotions et plus de force au récit. 

Les illustrations sont bien faites et agréables à regarder.

L’édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Ce nouveau tome de Citrus continue dans la lancée des précédents et l’émotion est fortement présente. Cela nous touche et ce tome est à la fois celui de l’espoir mais surtout celui de l’amour impossible. Un beau récit pour une belle histoire d’amour. 


15/20