Archive for 12/21/16

mercredi, décembre 21, 2016

La valeur de ma vie chez Akata

Akata lance en février 2017, un nouveau "label" qui aura pour vocation de publier exclusivement des oneshots shôjo. Ce label, d'abord bi-annuel (à l'occasion de la Saint-Valentin et de la rentrée scolaire), sera signalé en couverture par un sticker détachable (les titres intégreront la collection principale), et permettra de publier autant de jeunes auteures que des vétéranes. Avis aux amateurs et amatrices de shôjo qui changent.







La valeur de ma vie, une histoire torturée d'amitié et de pardon construite ingénieusement, inaugurera parfaitement ce label.

Synopsis

Yuri rentre au lycée… Mais contrairement à d’autres, ce n’est pas le coeur léger qu’elle envisage les dernières années de sa vie d’adolescente. Ex-voyou, elle semble porter en elle le poids d’une mystérieuse culpabilité. Ce n’est pas pour rien, d’ailleurs, qu’elle a perdu en partie la mobilité de son bras droit. Chio, un de ses camarades, commence à lui tourner autour… Mais Yuri n’est pas disponible pour l’amour. Son leitmotiv reste inchangé : lors de ses années lycée, tout ce qu’elle souhaite, c’est « prouver la valeur de sa vie ». Pourquoi ? Et pour qui ?

Yoshimi Tôda commence sa carrière en 2007, chez l'éditeur Shogakukan. Elle se fait très vite remarquer par le ton psychologique et torturé de ses histoires. Ses protagonistes révèlent, au fil des pages, des fêlures et blessures qui les rendent profondément humains. Pour le moment, elle a signé principalement des histoires courtes, réunies dans des recueils de nouvelles. La valeur de ma vie est son récit complet (en 1 volume) le plus récent.

Rendez-vous le 9 février pour découvrir ce premier oneshot.

Source : Akata

mercredi, décembre 21, 2016

Les dernières annonces de chez Pika

MPD Psycho en couleur
Dès le 11 janvier 2017 retrouvez le tome 1 de MPD Psycho dans une nouvelle édition grand format tout en couleur.







Synopsis
La vie de l’inspecteur Kobayashi Yôsuke bascule le jour où il reçoit sur son lieu de travail une glacière contenant le buste de sa petite amie démembrée et maintenue articifiellement en vie. Il finit par traquer le déséquilibré qui a fait ça, mais alors qu’il le tient en joue avec son arme, un changement inattendu s’opère en lui : Kobayashi devient une autre personne et abat froidement le meurtrier. Lors de son procès, il affirme que Kobayashi Yôsuke est mort et qu’il est maintenant Amamiya Kazuhiko. Quelques années plus tard quand il sort de prison, Amamiya intègre directement un institut criminalistique fondé par Machi, une ex-inspectrice de police.
Dragon Head

Synopsis

Lors d’un voyage scolaire, un train déraille sous un tunnel provoquant un terrible accident ! Seuls trois élèves échappent à la mort. Pris au piège dans le souterrain qui s’est effondré, plongés dans l’obscurité, parmi les cadavres en décomposition de leurs camarades, jusqu’où iront-ils pour survivre ?


 


Huit ans avant Walking Dead de Robert Kirkman et Tony Moore, Minetaro Mochizuki crée avec Dragon­ Head un univers inquiétant et anxiogène, et pose une question simple : comment les êtres humains, seuls face à eux-mêmes et à un monde hostile qui n’a plus ni repères ni lois, se comportent-ils ? Violente, inquiétante, oppressante, l’œuvre de ­Minetaro Mochizuki révèle une force d’évocation inouïe liée à l’attachement grandissant que l’on ressent, au fil des volumes, à l’égard des personnages principaux.
Edité en 1995, Dragon Head a été prépublié dans le Young Magazine de l’éditeur japonais Kodansha.  La série originale comportait 10 volumes. Cette nouvelle édition comprendra 5 volumes, chacun regroupant 2 volumes de l’édition originale.
Comme pour tous les titres de la collection Pika Graphic, Dragon Head a un « parrain » sous la plume de Paul Pope, auteur de comics multi-primé au prix Will Eisner (Batman : Année 100, Battling Boy…)  qui signe une préface illustrée dans laquelle il raconte comment “ Minetaro Mochizuki était, et reste à ce jour, une constante source d‘inspiration et de ravissement. ”
Né le 29 Janvier 1964, Minetaro­ Mochizuki débute sa carrière en 1984 avec ­Bataashi Kingyo, un manga sur la natation publié dans le­ Young Magazine­ de Kodansha. C’est un énorme succès adapté sur grand écran en 1990. Il signe ensuite La Dame de la chambre close,­ grand classique du manga horrifico-fantastique.  Déjà son talent hors pair et son sens du suspense explosent à chaque page. Mais c’est en 1995, avec son chef-d’œuvre Dragon­ Head, que la carrière de Mochizuki prend un tournant. Lauréat du prix Tezuka et du prix Kodansha avec Dragon Head, ses œuvres ont souvent été adaptées au cinéma ou à la télévision. Récemment son titre Chiisakobé a obtenu le prix d’excellence au Japan Media Arts Festival en 2013, a été nominé au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême 2015 et pour les Japan Expo Awards 2016.
“ Minetaro Mochizuki est le mangaka le plus doué de sa génération. ” Katsuhiro Ôtomo
Pact
On va nettoyer le monde !






Synopsis
An 20XX, le monde entier frémit sous la menace d’un groupe mystérieux qui a placé des bombes d’une puissance inimaginable dans les océans. Cachés sous des masques de « lapins », ces terroristes veulent prendre leur revanche en forçant le monde à vivre dans la crainte. Après l’échec de l’équipe de déminage américaine,  c’est au tour de celle du Japon de passer à l’action ! La jeune prodige, Machiko Machida, passe un pacte avec Nagito Aranagi avant de tenter de désamorcer la première bombe. Malheureusement, la situation ne se passe pas comme prévue, et le commandant de l’équipe de déminage décide de changer de stratégie…
Une course contre-la-montre a commencé : il ne reste plus que dix jours avant l’explosion...
Pact dépeint un monde futuriste menacé par un groupe inconnu de terroristes. Une thématique au réalisme angoissant servie par le dessin incisif et cru de l’auteur. Les détails des illustrations et la mise en scène de Shinnosuke Kuji montrent toute l’horreur des situations et ses personnages sont plongés dans la tourmente de l’urgence qui sous-tend tout le récit. Voici un thriller haletant servi par un scénario sombre et efficace qui ne vous laissera aucun répit.
Créée en 2014 par Shinnosuke Kuji dont c’est la première série, Pact a été prépublié dans le Young Magazine (GTO Paradise Lost, Green Blood…) édité par Kodansha. La série s’est achevée en 2015 avec la parution du cinquième et dernier volume.
La course contre-la-montre commence le 1er février prochain dans la collection Pika Seinen avec Pact volume 1.
Série complète en 5 volumes. Volume 2 en avril. Un volume tous les 2 mois.
Source : Pika

mercredi, décembre 21, 2016

GALMET en showcase à Paris Manga


Le groupe japonais de death metal 100% féminin sera en showcase le dimanche 26 mars 2017.









Créé 2007, le groupe de death metal GALMET fait sensation. Groupe japonais entièrement féminin, GALMET est originaire de la région d’Osaka. Les quatre membres ont fondé le groupe en 2007 et s’est fait une place de choix sur une scène dominée jusque-là par les groupes masculins. Aujourd’hui, la chanteuse Miki, les guitaristes Ruki et Ayano et la batteuse E-Chang ont imposé leur identité musicale qui se reconnait par des chansons à la fois crues et fascinantes que l’on peut retrouver dans leur dernier album « End to the next ». Cet album leur a permis de se classer comme l’un des meilleurs groupes de métal japonais féminin.

Le groupe GALMET fait une escale en France pour un showcase unique et exceptionnel à Paris Manga & SCI-FI Show. L'occasion pour elles de rencontrer un très large public.

Rendez-vous le dimanche 26 mars 2017 sur le scène Manga, pour un showcase de folie à Paris Manga & Sci-Fi Show. Elles vont vous épater si vous n'avez pas encore eu l'occasion de les voir en live.

Source : Paris Manga et SCI-FI Show

mercredi, décembre 21, 2016

Reine d'Egypte chez Ki-oon

Les éditions Ki-oon annoncent l’arrivée dans leur catalogue d’une série passionnante qui vous plonge au cœur de l’Égypte antique et vous entraîne dans une grande épopée le long du Nil, Reine d’Égypte.











À une époque où la coutume voulait que seuls les hommes puissent accéder au titre de pharaon, une femme a lutté pour changer l’ordre établi et a réussi contre toute attente à devenir la première grande souveraine de l’histoire de l’humanité : Hatchepsout.

Chie Inudoh
 a toujours mis des femmes de caractère au centre de ses œuvres. Pour sa nouvelle série, elle veut s’attaquer à l’Histoire avec un grand H, à travers un personnage au destin hors du commun. C’est comme ça qu’elle découvre Hatchepsout, la première femme à être devenue pharaon. C’est la révélation : cette reine sera son héroïne. À grand renfort de documentation, la mangaka fait revivre l’Égypte ancienne dans toute sa splendeur.

Première parution de notre nouvelle collection grand public Kizuna, cette pépite est à découvrir en famille et saura plaire aux lecteurs de tous les âges.


Sortie du volume 1 le 9 mars 2017.

Synopsis

C’est le début d’une nouvelle ère dans l’Égypte des pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère Séthi fait de ce dernier l’héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmosis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures et forment à première vue un couple parfait. Seulement, sous ses airs d’épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde... Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père ! Enfant, elle ne cessait d’humilier Séthi au combat à l’épée, et elle est imbattable au tir à l’arc. Pourquoi ne serait-elle pas digne d’accéder au rang suprême, juste parce qu’elle est née femme ? Pour Hatchepsout commence alors un combat pour s’affranchir des conventions ancestrales d’une des plus grandes civilisations du monde !


L’Égypte ancienne revisitée à travers les yeux d’Hatchepsout, la première grande reine de l’histoire de l’humanité. 
Reine d’Égypte n’est pas seulement un régal pour les yeux, c’est aussi une fresque historique minutieusement documentée sur le combat d’une femme trop libre pour son époque. Son charisme, son intelligence et sa volonté sans faille sont ses meilleurs atouts, mais suffiront-ils à provoquer une révolution au pays des dieux ?

Source : Ki-oon

mercredi, décembre 21, 2016

Exposition Kazuo Kamimura

Une exposition unique et jamais vue de plus de 150 originaux sur l’œuvre de Kazuo Kamimura.
Elle aura lieu du 26 janvier au 12 mars au Musée des Beaux-Arts d’Angoulême.




Lorsqu’il commence à travail- ler comme auteur de bande dessi- née, Kazuo Kamimura veut s’atta- quer essentiellement à des thèmes inédits sur ce support. Il s’oriente rapidement vers la peinture de la passion amoureuse sous toutes ses formes. Pour lui, le challenge consiste à mettre en scène ce motif avec un souf e épique semblable à celui de l’action dans le manga.




Parmi les thèmes qui traversent l’œuvre de Kazuo Kamimura, la vengeance occupe une place de choix. En particulier grâce au per- sonnage de Lady Snowblood, une jeune meurtrière à la beauté froide, partie en croisade contre ceux qui ont condamné sa mère à la prison puis à la mort. Créé par le scénariste Kazuo Koike, le manga est rapide- ment adapté au cinéma en 1973. L’héroïne est alors interprétée par Meiko Kaji, icône 70’s du cinéma pop et des mouvements de libération de la femme. Le personnage devient immédiatement culte, tellement que Quentin Tarantino reprend le personnage dans les lms Kill Bill 1et 2.




Quand il entame sa carrière à la n des années 1960, son am- bition est xée: il place la femme au centre de son écriture, et se consacre uniquement à l’explo- ration des thèmes et des motifs absents de la bande dessinée.




Kamimura décrit les relations amoureuses avec grâce et volupté et les eurs ont un rôle important pour enrichir l’atmosphère de la scène et rappeler la saison à la- quelle se déroule l’action. Cela permet à Kamimura de se démarquer, de s’opposer même consciemment à la surreprésentation des armes et de la violence dans le manga, genre alors encore surtout réservé aux gures masculines et à l’action au début de sa carrière. 

©KAZUO KAMIMURA

Source : Kana