vendredi, février 10, 2017

Posted by : Loïc Poupou vendredi, février 10, 2017

Lors de la 22ème édition de Paris Manga et Sci-Fi ShowTetsuro Araki et Yasuyuki Ebara furent invités pour présenter leur dernière oeuvre : Kabaneri of the iron fortress. C’est dans ce cadre que j’ai pu les rencontrer lors d’une table ronde.










Cette table ronde s’est faite avec le média : Otaku’s Mafia World.

- Dans une interview Monsieur Araki , il a déclaré s’être inspiré de Gundam pour Kotetsujo no Kabaneri. Peut-il nous en dire plus sur cela ?

Araki : Depuis tout petit, je suis un grand fan des oeuvres de Monsieur Tomino dans sa généralité et donc des Gundam en particuliers. Je n’avais jamais eu l’occasion de pouvoir travailler avec lui. J’ai eu cette chance avec Gundam Reconguista in G. Pour ce projet, j’ai également travaillé avec Monsieur Ebara. Nous avons appris beaucoup de choses lors de cette expérience que nous avons ensuite réinvesti pour Kabaneri.
J’ai maintenant la possibilité de voir Monsieur Tomino plus fréquemment.

Pour Kotetsujo no Kabaneri, comme le manga a été créé après, comment avez-vous fait pour travailler sur l’anime ?

Araki : Dans le studio WIT, il y a des animateurs spécialisés dans l’anime d’action et il était nécessaire de continuer de faire vivre cela. Il fallait donc faire une animation de ce genre et qui pourrait satisfaire le public actuel. De ce fait, on s’est pourquoi ne pas faire une animation qui a l’air vieillotte dans être veille. Nous nous sommes inspirés des choses qui ont été faites dans les années 80 et nous avons demandé à Monsieur Mikimoto de faire le design. 

Quelles sont les différences entre animer une série tel que Rolling Girls et Kabaneri of the iron fortress ?

Ebara : Dans le cas de Rolling Girls, l’anime doit faire très manga donc on peut se permettre de déformer les corps. Ce qui n’est pas du tout le cas dans Kabaneri où il va falloir là que se soit très réaliste. 

Quel est votre regard sur votre carrière ?

Araki : J’ai 16 ans de carrière. Au début, je me disais : « J’ai bien travaillé » mais quand je regarde maintenant, je me dis : « J’ai encore beaucoup de chemin à faire ». 

Ebara : Jusqu’à mes 30 ans et ma rencontre avec Monsieur Araki, j’étais juste animateur clef. Après cette rencontre, j’ai été amené à des postes plus exigeants et plus importants. J’ai encore du chemin à faire.

Monsieur Araki, lors d’une interview vous avez déclaré : vouloir corriger vos erreurs de Guilty Crown  avec Kabaneri of the iron forteress. Pensez-vous maintenant que Kabaneri of the iron forteress est fini que vous avez répondu à vos attentes ?

Araki : Je voulais faire un personnage charismatique qui soit aimé de tous et qui fasse aimer l’anime. Je pense avoir réussi cela. Guilty Crown était focalisé sur l’histoire et moins sur le personnage. Là on a aussi fait en sorte que le personnage et le travail qui a été fait dessus soit beaucoup plus mis en avant.

Monsieur Ebara, le fait d’avoir travailler à différents postes, vous a-t-il permis d’avoir une meilleure vision de l’animation et quel est votre poste préféré ?

Ebara : J’aime particulièrement le travail d’animateur clef. Plutôt que corriger, j’aime créer. Cela permet de mettre a touche sans m’imposer. 

Comment avez-vous fait pour que Kabaneri of the iron forteress soit aussi beau visuellement ?

Araki : La seule raison, c’est simplement que dans le studio WIT, on trouve un assemblage de personnes volontaires ayant un très haut niveau technique. 

Ebara : Les animateurs ont fait un énorme travail. Ces derniers, ont réussi à mettre en oeuvre toutes les informations qui leur ont été données. 


Je remercie beaucoup Tetsuro Araki et Yasuyuki Ebara ,d'avoir répondu aux questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew, manager et interprète ainsi que le staff de Paris Manga  et Sci-Fi Show qui m'ont permis d'assister à cette table ronde.

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -