mercredi, juin 21, 2017

Posted by : Loïc Poupou mercredi, juin 21, 2017

Une soirée de trois solos de Maki Morishita, Mikiko Kawamura et Takao Kawaguchi les 23 et 24 juin. Trois danseurs-chorégraphes de Tokyo, trois facettes de la danse contemporaine made in Japan !
Maison de la culture du Japon à Paris 101 bis, quai Branly 75015 Paris Réservation 01 44 37 95 95 http://mcjp.fr/fr/agenda/tokyo-dance Métro : Bir-Hakeim (ligne 6) / Champ de Mars (RER C)

Avec le CND, Centre national de la danse dans le cadre de CAMPING, plateforme chorégraphique internationale.








 page1image8336 page1image8496  
Maki Morishita – Tokyo / Espace personnel

Chorégraphie et interprétation : Maki Morishita Créé en 2005 (Marunouchi Hall, Tokyo)
Avec le soutien de la Saison Foundation Durée 10 mn

Adaptation du texte en français : Aya Soejima ; Voix off : Virginie Aussedat ; Montage son : Ayumu Okubo ; Costume : Midori Hagino ; Avec le soutien de la Saison Foundation
Dans Tokyo / Espace personnel, Maki Morishita s’inspire de son quotidien avec un sens aigu de la dérision.
« Quand je travaillais à l’accueil d’une grande société d’assurance, mon corps et mon esprit y étaient emprisonnés en raison de la pression des codes sociaux. Mes seuls moments de liberté étaient quand je dansais dans l’ascenseur ou les toilettes. Ces petits espaces privés constituaient pour moi une étendue sans limite où mon imagination pouvait prendre sonenvol. C’est ce qui m’a permis de rester
calme jusqu’au jour où j’ai quitté cette entreprise. Le gardien m’a alors dit qu’il regrettait mon départ car il ne pourrait plus me voir danser... Je ne savais pas que l’ascenseur était équipé d’une caméra. »

Le mot japonais « koshitsu », utilisé dans le titre original de cette œuvre Tokyo koshitsu, a deux significations différentes : « chambre privée » et « entêtement ». Dans un carré d’1,5 m de côté, délimité avec du ruban adhésif, une femme répète inlassablement les mêmes mouvements au rythme d’une voix off débitant des instructions absurdes. Mais le flot de paroles de plus en plus rapide transforme cette succession de gestes mécaniques en une danse grotesque.
L’adaptation du texte en français insuffle une nouvelle vie à cette œuvre qui reflète une sensibilité subtile aux rythmes et aux nuances des mots.
2011 14th Contemporary Dance Showcase Japan + East Asia, NY Japan Society, New York, Etats-Unis
2007 Fullmoon Dance Festival, Vpk theatre, Pyhäsalmi, Finlande
2005 Tokyo Competition vol. 2 (Grand prix), Marunouchi Hall, Tokyo [Première]   
Maki Morishita http://maki-m.com/
Née en 1975, Maki Morishita a grandi dans plusieurs villes en raison du travail de son père. Les jeux qu’elle inventait dans son enfance influencent aujourd’hui sa créativité artistique. Elle fait ses débuts de chorégraphe en 2003 avec le solo Debutante qui remporte le Prix de la Yokohama Art Foundation l’année suivante. Elle présente son travail dans le monde entier : Etats-Unis, Canada, Italie, Finlande, Belgique, Corée, Philippines, Thaïlande... Elle collabore de manière multidisciplinaire avec des artistes tels que les danseurs Inbal Pinto & Avshalom Pollak, Akira Kasai, Mika Kurosawa, la comédienne Teresa Ludovico, le mangaka Kotobuki Shiriagari... Sabi kara deta mi, œuvre réalisée avec la collaboration de l’artiste Tabaimo, remporte le Prix Japan Dance Forum en 2014. Parallèlement à ses activités de danseuse chorégraphe, Maki Morishita donne de nombreux ateliers aux amateurs de tout âge. Depuis 2015, elle est lauréate senior de la Saison Foundation.

Mikiko Kawamura – Alphard

Chorégraphie et interprétation : Mikiko Kawamura
Arrangements musicaux : Mikiko Kawamura
Créé en 2012 (Yokohama Red Brick Warehouse, Yokohama)
Co-production : Yokohama Red Brick Warehouse Number 1 / Dance Triennale Tokyo Avec le soutien de la Saison Foundation
Durée 25 mn

Alphard est une étoile solitaire, la plus brillante de la constellation de l’Hydre. C’est aussi le titre du solo de Mikiko Kawamura. La scène est divisée en neuf carrés qui s’illuminent l’un après l’autre, révélant chacun un univers musical différent – comme un écran tactile réagissant aux pas de la danseuse. Elle passe de l’un à l’autre, chaque nouvel espace imposant sa grammaire corporelle.
Pièce d’une maîtrise totale et d’une insolente inventivité, Alphard est le travail d’une artiste complète qui signe ici chorégraphie, scénographie, composition musicale et interprétation.

     Elle semble un peu indolente de prime abord. Mais dès qu’elle se met à bouger, son corps aux multiples points d’articulation – poitrine, ventre, hanches... – donne naissance à une impression de légèreté qui transcende la force de pesanteur. (...) Dans Alphard, elle crée un univers aux contours précis à partir de mouvements et de musiques qui changent en fonction des emplacements déterminés par la lumière, et un accessoire décalé qui intrigue le public.
Shigeto Nuki, critique de danse
2015 16th Contemporary Dance Showcase Japan + East Asia, NY Japan Society, New York, Etats-Unis
2013 Europe Meets Asia in Contemporary Dance, Youth Theatre, Hanoi, Vietnam Perforations Festival/Domino, Zagrebački plesni centar, Zagreb, Croatie
Malta Festival Poznan 2013 (curateur principal : Romeo Castellucci), Osmego Dnia Theatre, Poznan, Pologne
2012 Dance Triennale Tokyo 2012, Aoyama Round Theatre, Tokyo
Yokohama Dance Collection EX 2012, Yokohama Red Brick Warehouse Number 1,

Yokohama [Première]
Mikiko Kawamura http://kawamuramikiko.com/
Née en 1990, Mikiko Kawamura débute par la street dance à l’âge de 16 ans, puis se forme à la Japan Women’s College of Physical Education. Cette artiste précoce et surdouée est lauréate des plus grands prix chorégraphiques du Japon: Prix du meilleur jeune chorégraphe à Yokohama Dance Collection EX 2011 avec son solo Muku ; Prix de Next Generation Choreography et Prix du public aux Toyota Choreography Award 2015, Prix du jury et Prix de l’Ambassade de France à Yokohama Dance Collection EX 2015 avec sa pièce de groupe Inner Mommy, etc. Elle s’est produite en Corée, au Vietnam, et dans plusieurs pays européens (Pologne, Roumanie, Croatie, Finlande). À la suite d’une résidence de six mois en France, notamment au Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape (CCNR), elle crée en 2016 son dernier solo La fleur éclot en enfer. Parfois décrite comme une enfant terrible de la danse, tombée sur Terre depuis une autre planète, Mikiko Kawamura travaille également la vidéo et la musique. Entre 2013 et 2016, elle a été lauréate junior de la Saison Foundation.

 Takao Kawaguchi - Good Luck

Conception, chorégraphie et interprétation : Takao Kawaguchi
Son : David Vranken
Crée en 2008 (Kawasaki Art Center Arterio Small Theater, Kawasaki) Co-production : Yubiwa Hotel
Durée 30 mn

Good Luck est à l’origine un solo de danse interprété dans la pièce de théâtre EXCHANGE (mise en scène par Shirotama Hitsujiya, directrice de la compagnie YUBIWA Hotel). Cette scène a été développée avec la collaboration du monteur son belge David Vranken, qui a notamment participé à la production du film La forêt de Mogari de Naomi Kawase (Grand prix du festival de Cannes 2007).
Dans Good Luck, un homme interprète en 30 minutes une scène de film imaginaire de 3 minutes. Les mouvements de son corps épousent les rythmes des sons enregistrés dans une station de métro, un temple, une forêt... et modifient notre perception de l’espace et du temps. Tout comme le cinéma produit l’impression de mouvement à partir d’images statiques, Takao Kawaguchi donne une nouvelle signification aux gestes en les décomposant. Les fragments sonores nous rappellent des souvenirs et construisent un univers émotionnel propre à chacun.
« Notre monde vit à une vitesse sans précédent. On ne sait pas où l’on va. Nous avons atteint le moment où il faut ralentir, voire s’arrêter. Commence maintenant un nouveau voyage qui ne sera pas facile. À tous, ‘Good Luck’ pour ce voyage. »
2016 Zagreb Dance Center, Domino Foundation, Zagreb, Croatie
2015 A Dance Rendez-vous Manipur, Nachom Arts Foundation/The Japan Foundation New Delhi, Imphal, Manipur et New Delhi, Inde
2014 Pomona University - Queer Studies, Los Angeles, Etats-Unis
Butoh Season: International Butoh Conference and Performances, The Japan Foundation KL, Kuala Lumpur, Malaisie.
2013 Architanz, Tokyo
2010 University of Oklahoma - School of Music, Oklahoma City, Etats-Unis 2009 UniversityVenezia-AsianStudiesDepartment,Venise,Italie

"Pointe to Point”, Alkantara/Asia Europe Foundation, Lisbonne, Portugal
2008 Kawasaki Art Center Arterio Small Theater, Kawasaki (Co-production : Yubiwa

Hotel) [Première]
Takao Kawaguchi http://kawaguchitakao.com/

Ex-membre du subversif collectif Dumb Type, issu des milieux de la performance et des nouveaux médias, Takao Kawaguchi explore depuis quelques années les terrains du théâtre, des arts visuels et plastiques, ainsi que de la danse, à travers des spectacles inspirés et engagés. En 2008, il commence la série de performances solo in situ a perfect life dont le 6e volet, from Okinawa to Tokyo, est présenté à Tokyo au 5th Yebisu International Festival for Art & Alternative Visions. Plus récemment, après avoir créé deux œuvres en hommage aux fondateurs du butô – The Ailing Dance Mistress – based on the texts of Tatsumi Hijikata (2012) et About Kazuo Ohno (2013), il conçoit la performance à Touch of the Other (2016), qui s’inspire d’une étude sociologique sur les relations sexuelles entre hommes dans les toilettes publiques durant les années 1960. Par ailleurs, en collaboration avec Takayuki Fujimoto, Tsuyoshi Shirai, Daito Manabe, etc., il participe au spectacle multimédia True (2007), présenté à la MCJP dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Invité aux grands festivals internationaux tels que le Kunsten Festival des Arts, Alkantara Festival ou ImPulsTanz, il présente ses multiples activités dans le monde entier. Takao Kawaguchi a été directeur du Festival international du film gay et lesbien de Tokyo entre 1996 et 1999.
Maki Morishita – Tokyo / Espace personnel 10mn Mikiko Kawamura - Alphard 25mn (entracte) Takao Kawaguchi - Good Luck 30mn .

Source : MCJP

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -