dimanche, octobre 08, 2017

Posted by : Rimshoux Momoi dimanche, octobre 08, 2017

Lors du dernier Impact de Japan Expo, Mitsuhiro Akashi fut invité pour présenter : Chibi Neko Tom no Daibouken.



Nous avons pu l'interviewer à ce moment là.

L'interview : 

- Pouvez-vous vous présentez et présentez Chibi Neko Tomu no Daibouken ?

Je suis Mitsuhiro Akashi, en fait, je m'occupe de ce produit non pas en tant que membre du staff d'origine parce que cela a été créé il y a vingt-cinq ans.
Je n'y ai pas du tout touché à ce moment-là, je travaille pour remastérisé cette oeuvre grâce au Crowdfinding.
J'ai récupéré de l'argent pour que cette oeuvre soit diffusible aujourd'hui.
Cette oeuvre, Chibi Neko Tom no Daibouken, a été réalisée en 1992, il y a donc 25 ans.
C'était un film, le réalisateur est Nakamura Ryutaro.
Après il y a d'autres personnes comme, Ogura Masahiro et Oohashi Manabu,Kawai Kenji, tous les grands spécialistes ont travaillé sur ce film.
L'histoire de cette oeuvre, c'est que sur Terre il n'y a pas d'Hommes mais il y a des animaux.
Les animaux sont représentés comme des humains, il y a une tribu de chat qui commence à vivre des aventures pour sauver la Terre.

- Comment est né ce projet ?

Cette oeuvre a existé en tant que film de 35 minutes.
Il a été fait pour être diffusé mais cela n'a pas été développé en tant que film.
Donc ce n'était pas possible de le diffuser donc comme à l'origine, il avait été fait pour être diffusé sur le grand écran.
Je voulais que ce soit numérisé, développer la numérisation pour que ce soit au moins dans les archives.
Si on ne développe pas, ça ne restera pas, ça disparaît.
Déjà, je voulais que ce soit archivé en tant que vrai film développé, numérisé.
Pour cela j'ai fait la diffusion autour de petits groupe sur grand écran.
Le film original qui n'était pas développé n'était pas capable d'être joli sur grand écran.

- Pourquoi être passé d'un OAV pour apprendre l'anglais à un long métrage ?

Au début, tout le monde voulait réaliser 4 OAV mais au bout d'un moment le producteur il a changé d'avis.
Au lieu de faire 4 petits OAV et il a voulu faire un long métrage, il voulait faire un grand film pour la diffusion en salle de cinéma.
C'est à cause de son idée que l'on est passé des OAV à un long métrage.

- Le film a d'abord été terminé en 1992. Pourquoi n'est il pas sorti à ce moment-là ? 

Concrètement, dans l'économie japonaise dans les années 80, c'était la crise.
En 1989, on commençait à sentir la déclinaison de l'économie mais il y avait encore la possibilité de sortir de l'animation en format OAV.
Mais en 1990, tout a éclaté, donc à ce moment-là, tout ceux qui travaillaient avec ont commencé à s'en aller et à ne plus donner de l'argent pour ce projet.
C'est pour cela que ça n'a pas continué et la personne qui voulait diffuser, qui voulait continuer à travailler là dessus et bien son entreprise a aussi été touchée par la crise.
C'est pour cela que nous n'avons pas pu continué ce projet et le sortir à ce moment-là.

- Comment s'est effectué la campagne de participation au financement de cette oeuvre ? 

L'entreprise qui a les droits sur cette oeuvre s'appelle Project SU, donc déjà l'idée de financement participatif est apparu dans ma tête il y a quatre ans.
J'ai donc parlé au président de SU Project, d'archiver et remastériser cette oeuvre.
Le gérant n'était pas d'accord parce que ce n'était plus possible de financer.
Maintenant, il y a la possibilité de Crowdfunding, du coup on a diffuser dans une petite salle de théâtre.
A ce moment-là, on a pu récupérer une certaine somme d'argent, c'est à partir de cela que je voulais archiver cette oeuvre en version numérique, en augmentant la qualité.
D'ailleurs, pourquoi on veut faire avec un système participatif car on veut montrer cette oeuvre aux enfants.
Pour remercier aux plus de monde possible, pour cela il faut que la qualité soit meilleure.
Sinon, sa ne sera pas possible de toute façon et aussi si je suis supporté par plusieurs personnes, c'est très encourageant.
C'est pour cela que je me suis lancé dans ce système participatif.

- Y-a-t-il eu des influences qui vous ont marqué pour faire ce projet ? 

En faite, c'est Kono sekai no katasumi ni / Dans un recoin de ce monde, de Masao Maruyama.
Il est actuellement présent à Japan Expo, en plus à l'époque Masao Maruyama a réussi à l'époque de faire un financement participatif pour le projet de film pilote.
Il a donc fait un succès grâce à ce système de financement pour donc réalisé ce film.
A ce moment-là, j'ai compris que les gens étaient capable de donner pour aider à réaliser un rêve.
Ce n'est pas pour acheter ou recevoir quelque chose mais pour aider à réaliser un projet.
Les gens sont prêt à donner, j'ai vu le succès qu'à eu ce projet et c'est ainsi que j'ai pu me lancer dans mon projet.
Mais au Japon, il n'y avait pas ce phénomène de Crowdfunding parce qu'il y a deux ou trois ans aux Etats-Unis c'était déjà un gros phénomène.
Avec toutes les plateformes comme cela mais au Japon ce n'était pas du tout le cas.
Du coup, grâce à Masao Maruyama, j'ai pu aussi avoir du succès avec mon projet.
J'ai donc demandé aux gens de participer pour réaliser un rêve, de réalisation en version numérique et de diffusé au monde.
En échange de Blu-Ray de cela en tant que staff et voilà comment cela a commencé.
En faite ce titre, Kono sekai no katasumi ni / Dans un recoin de ce monde, a été réalisé par Sunao Katabuchi.
Cette oeuvre a eu un prix à Annecy et de ce fait on peut trouver des informations sur cette oeuvre facilement.

- Avez-vous un souvenir ou une anecdote que vous aimeriez nous raconter concernant ce projet ?

On ne peut pas dire que cela fait plaisir parce que c'est un projet de relève.
Mais déjà, j'ai vécu comme individu donc je n'avais jamais travaillé pour quelqu'un.
Mais dans ce projet, j'ai découvert des liens avec beaucoup d'autres personnes.
Par exemple, de la part du réalisateur et donc je souhaite vraiment travaillé pour les gens.
C'est la première fois que je travaille avec ce sentiment donc sa c'est quelque chose de très cher à mes yeux.
C'est un souvenir très cher pour moi dans ce projet.

Je remercie beaucoup Mitsuhiro d'avoir répondu à nos questions ainsi que le staff de Japan Expo qui nous a permis de faire cette interview. 

Shiki.

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -