dimanche, décembre 17, 2017

Posted by : Loïc Poupou dimanche, décembre 17, 2017

Lors de la dernière édition de Paris Manga nous avons pu rencontrer et interveiwer lors d'une table ronde avec d'autres médias : Shigeru Fujita.
Table ronde
- Comment en êtes-vous venu à travailler dans l'animation ? 
Quand j'étais petit, j'aimais les dessins, pas les dessins animés ou les manga mais plutôt les peintures à l'eau, du coup, je voulais faire quelque chose quand je serai grand en rapport à mes dessins.
Quand j'ai grandi, il a fallu que je choisisse entre ça et devenir un employé de bureau ce que je ne voulais pas. Du coup, je me suis lancé dans la voie de l’animation.
Il y avait plusieurs domaines dans lesquels j'aurais pu travailler mais au moment de m'inscrire, il fallait que je choisisse dans quelle catégorie, je voulais travailler.
De base, je voulais travailler plutôt dans les décors mais dans le milieu c'est pas évident. On ne devient pas reconnu dans le milieu en faisant que des décors, donc au moment de l'inscription j'ai coché la case d'animateur.
- Quelle école avez-vous faite ? 
Je suis allé dans une école spécialisée dans l'animation, et comme je ne savais pas trop comment devenir animateur, j’ai tout bêtement suivi le chemin. Il y avait une école spécialisée et je me suis inscrit dans cet école.
- Comment en êtes-vous venu à travailler sur Monster ?
Cela serait une histoire longue à raconter, car c'était vers dans ma dixième année d'animation.
Si on résume un peu, j'ai fait plusieurs œuvres, je suis arrivé à travailler avec Madhouse, en tant que membre de Madhouse. C'est pour ça que j'ai travaillé sur Master Keaton qui est une oeuvre de Naoki Urasawa. J'ai donc pu gagner la confiance pour travailler sur Monster et en faire le chara-design.
- Avez-vous collaboré avec Mr Urasawa et vous a-t-il donné son avis sur votre travail ? 
Je faisais des dessins, je transmettais mon travail à Mr Urasawa et il donnait son avis sur mon travail et c'était unidirectionnel.
- Y- a-t-il eu beaucoup d'aller-retour ? 
Au début il fallait que les enfants étrangers aient une forme de tête arrondie vers l’arrière ou que Tenma a tendance à avoir le dos courbé, voilà, ce sont des petites différences culturelles entre les occidentaux et les japonais, c'était surtout au début mais une fois qu'on était lancé, il n'y a plus eu tant d'aller-retour que ça.
- Qu'est-ce qui a été le plus difficile pour vous en tant que chara-designer ?  
Je n'ai jamais vraiment eu de difficulté, avant Monster, je n'avais pas eu l'occasion de faire cette fonction là car j'évitais. Mais sinon je n'ai jamais vraiment buter dans mon travail sur Monster.
- Que pensez-vous de la tendance en ce moment des animés courts, qui font 12 épisodes ? 
Si on me propose de travailler sur un animé de 12 épisodes, j'aurai tendance à refuser. C'est trop court, il faudrait qu'il y ait au moins  24 épisodes.
- Cependant, il nous semble que vous avez travaillé pour My Hero Academia, en avez-vous été frustré ? 
J'ai seulement travaillé sur l'opening, parce que pour l'instant je suis free même si je suis affilié à Bones même si je ne suis pas employé à Bones. C'est le studio Bones qui m'a demandé et donc je l'ai fais.
Puis pour My Hero Academia, il était déjà décidé à l'avance qu'il n'y aurait que 12 épisodes, un trou et 12 épisodes.
- Quel est votre regard sur les séries d'animation et leur évolution ? 
C'est une ère un peu difficile car il y a trop d'animés, de qualité médiocre aussi donc, il faudrait réduire le nombre de série pour augmenter la qualité, sinon le monde de l'animation japonaise va couler.
Sinon la structure de l'animation japonaise fait qu'il y a seulement les gens du haut de la pyramide qui ne sont qu'une petite minorité qui soutiennent le niveau et arrive à l'augmenter, mais qu'il faudrait rehausser le niveau global et trouver un moyen de faire progresser les gens, qui ne sont pas encore au niveau sinon ça va s'effondrer. Du coup, pour remonter à Monster, c'était il y a dix ans, il y avait 75 épisodes à peu près.
Il y avait pleins d'équipe, moi j'étais le directeur de l'animation global mais il y avait directeur d'animation sur chaque épisode. Il y a plusieurs équipes qui se relayaient. Parmi toutes les personnes qui ont travaillé avec moi, il y avait que deux personnes qui étaient vraiment capables de dessiner les personnages. Sur toutes les personnes qui ont dessiné sur Monster, il n'y en avait que deux que j'étais capable de reconnaître. Du coup, voilà en tant que directeur de l'animation je devais corriger sur 300 plan, 300 cut, mais en corriger que 50,60. Ce qui n'est pas énorme et en fait, en soit si je pouvais je pourrais retravailler tout les plans. Mais après pour des raisons de planning et parce qu'il y avait aussi le travail de chara-design de côté, J’étais contraint de ne faire que 50,60 cut sur 300.
Du coup, il y avait aussi des directeurs d'animation qui étaient sous mon commandement qui n'aiment pas trop que l'on passe derrière leurs travail. Il y avait des moments où j'évitais de trop mettre la main dedans mais bon ça me frustrait trop. Du coup, avec le producteur j'ai réussi à retoucher tout les plans que je pouvais et voulais. C'est courant dans l'animation japonaise mais dans les 50,60 cuts sur 300, visés par le directeur d'animation globale, c'est à peu près la moyenne. Mais, à partir de la moitié de Monster, voilà, je me mettais à fond dedans, je travaillais sur 200 cuts sur 300.
Sinon, ce n'était pas assez pour moi, pour essayer de monter le niveau global.
- Sinon, vous avez travaillé avec beaucoup de studios, tel que le studio Ghibli, etc..Selon vous quel a été le meilleur studio ? 
C'est un peu difficile comme question car indirectement ça viendrait à critiquer.
En tant qu'entreprise qui fabrique de l'animation et qui est la plus carré, c'est Ghibli. C'était les plus rassurants on va dire car ils sont carré au niveau du planning, ils arrivent à créer un planning et à gérer les animateurs. Pour que le planning soit tenu, au niveau de cette compétence la, c'est le studio Ghibli qui est le plus carré.
- Avez-vous rencontré Hayao Miyazaki du coup ? 
J'ai discuté avec lui et je lui ai demandé une dédicace pour mes enfants.  J'avais un ami qui se faisait souvent disputer par Hayao Miyazaki, donc je préfère travailler avec le fils.
- Nous avons vu que vous aviez travaillé sur Mary et la fleur de la sorcière. Objectivement, quel est votre avis ? Nous, ici on ne l'a pas encore vu.
Du point de vue de celui qui a participé à l'animation, quand j'ai vu le story-board, je me suis dit que ça allait être compliqué. 
Le story-board était complexe, du point de vue du spectateur, objectivement, on pourrait peut être penser que ça ressemble à Kiki la petite sorcièreMais c'est juste en surface car le contenu est complètement différent, donc, c'est une œuvre qui serait très appréciable par les enfants. 
- Du coup, comme vous avez travaillé sur des animés de styles très différent. Quel est le style que vous préférez ? 
C'est un peu compliqué car en fait, à part les œuvres sur lesquelles je travaille je ne regarde pas d'animés et je ne lis pas de manga. Ce que j'aime bien faire c'est ceux qui sont tout public, on va dire enfants, adultes. Sinon, je peux apprécier le cinéma, les films, j'aime bien regarder les films occidentaux. Surtout les trucs que l'on peut regarder sans stress, sans frustration, les trucs un peu pacifiste, tranquille, pénard.
- Regardez-vous çela de manière professionnelle ou arrivez-vous à trouver du plaisir ? 
Non, pour être honnête c'est purement dans un but professionnelle. 
Je regarde l'écran de fond en comble quand je regarde des dessins animés, par exemple les versions 3D, les Pixar, les Disney.  Je regarde partout, quand il y a un film que j'aime bien, je le regarde plusieurs fois. Quand j'ai le DVD, je regarde les scènes qui m'intéressent pour les regarder plusieurs fois, pour pouvoir m'en inspirer.
- Est-ce qu'il y a un titre que vous aimeriez adapter ou travailler dessus ? 
Le premier manga que j'ai acheté c'était Astro Boy. En plus c'était l'arc de Pluton, c'était l'ennemi le plus fort du monde. La boucle est bouclée maintenant parce que la série a été adaptée en animé.
J'aimerais vraiment faire de cette partie, un animé, c'est mon rêve.
Du coup, voilà avec l'ancien patron de Madhouse, quand les tomes de Pluton sortaient, on se disait qu'il fallait que l'on en fasses un animé.
Les projets ça se discute, voilà maintenant on se retrouve à là.
- Qu'est-ce qui vous décide à choisir tel ou tel projet ?
Du coup, comme je l'ai dit tout à l'heure, je suis affilié à Bones et quand le patron me demande, je fais. Mais sinon quand je choisis, je suis plutôt long métrage que série TV.
Du coup parmi toutes les propositions que je reçois, je choisis parmi les longs métrages les projets qui m'intéressent.
Je choisis aussi les projets qui seraient susceptibles d'être vus par un public le plus large possible


Je remercie beaucoup Shigeru Fujita d’avoir répondu à nos questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew ( manager ) et Andy Kimura qui a traduit les réponses ainsi que le staff de Paris Manga qui m'ont permis d'assister à cette table ronde.

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -