lundi, décembre 11, 2017

Posted by : Rimshoux Momoi lundi, décembre 11, 2017

Lors de la dernière édition de Paris Manga nous avons pu rencontrons Yami Shin. 
Yami Shin est la gagnante du tremplin Manga organisé par les éditions Ki-oon.
















Voici l'interview : 

- Pouvez-vous vous présentez ? 

Je m'appelle Yami Shin, je suis mangaka professionnelle depuis 2 ans chez Ki-oon, je suis l'auteur de Green Mechanic.
J'ai fait du fanzina pendant 10 ans; je continue d'en faire et j'aime mon travail.

- Quels sont vos influences en tant que mangaka ? 

Disons qu'en général ça varie beaucoup parce que des fois je peux avoir un auteur que j'apprécie beaucoup ou je peux passer à un autre auteur parce que je vais découvrir au fur et à mesure.
Mais disons que ceux qui ont été précurseurs et qui m'ont pousser à faire du manga que ce ça soit des illustrations ou des scénarios, c'est clairement Hiromu Arakawa (Fullmetal Alchemist).
Sinon, actuellement c'est l'auteur de My Hero Academia, Kohei Horikoshi, j'ai découvert il y a vraiment pas longtemps.
Je suis vraiment à la masse niveau sortie parce que je n'ai vraiment pas trop le temps de lire ou de regarder des animés.
La, pendant les vacances, j'ai eu le temps de prendre tout les manga et je les ai tous lu.
Graphiquement, ça ma fait une claque dans la tronche, du coup, en ce moment c'est ça.
J'aime bien aussi l'auteur de Bunny Poon Poon pour les décors mais après ça varie.
Mais après ce qui est sur c'est que c'est Hiromu Arakawa qui m'a le plus inspiré, qui m'a poussé entout cas.

- Vous avez dit avoir travailler dans le fanzina, est-ce que Green Mechanic vous est venu de là ou bien est-ce quelque chose qui est vraiment à part ? 

Non, c'est complètement à part car en faite, à la base, quand je faisais du fanzina, j'avais un webcomic.
En faite, c'était du yaoisme, ça n'avait rien à voir, c'est pour ça que je voulais faire un truc complètement différent.
J'avais pas envie de dessiner un personnage principal garçon car ça faisait plus de cinq ans que je faisais le même perso.
Du coup, j'avais vraiment envie de faire un truc avec une héroïne, puis vu que j'aime bien tout ce qui est lié au robot.
Dans mon yaoi, il n'y avait absolument pas ça, je me suis dit que j'étais là et que je devais me faire plaisir en faisant quelque chose qui me plaît.
J'ai envie de faire, on verra bien, ce qui fait que du coup maintenant je fais des choses que je ne faisais pas avant.
Genre des scènes d'actions, tout ça, j'apprends beaucoup avec mon manga en fait, actuellement.
Des choses que je ne faisais pas du tout quand je faisais du fanzina, parce que voilà dans mon yaoi, il n'y avait pas trop d'action.

- Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire Green Mechanic ? Qu'est-ce qui vous a inspiré ? 

En fait, au début, j'ai beaucoup galéré car je n'arrivais pas à trouver une idée qui me plaisais vraiment car comme je n'avais pas prévue que j'allais gagner, je n'avais pas forcément réfléchi à un scénario, du coup, j'étais un peu perdue.
Ensuite, je ne sais pas comment j'ai fais d'ailleurs mais j'ai réussi l'exploit de trouver une idée.
Deux semaines avant mon arrivée chez Ki-oon, donc j'ai présenté un projet et moi tout ce qui est écologie et tout ça, ça me touche.
Du coup, il y avait vaguement une histoire sur ça, je voulais récupérer le robot de mon one shot pour le concours.
Mais après, entre temps il y a eu beaucoup de modifications qui ce sont faites et je voulais garder ce thème.
Je me suis dis que je devais garder tout ce qui me touche, qui me font peur, c'est un peu une façon d'extérioriser toutes les choses qui se passent autour de moi.
Et que je n'arrive pas forcément à contrôler, voilà !

- Vous avez participez au tremplin Ki-oon en 2015, qu'est-ce qui vous a pousser à le faire ? 

Le fait, que je n'avais pas de travail, je venais de me faire renvoyer de mon travail, j'avais fais un burn-out.
Il me restait un mois pour rendre mon dossier parce qu'un mois après je devais partir au Japon.
Je m'étais faite renvoyer début juillet, je crois, c'est un ami dessinateur qui au cours d'une soirée était venu avec un petit dossier.
Je lui ai demandé ce qu'il faisait, puis il m'a dit que je devais en avoir entendue parler et que c'était pour le tremplin Ki-oon.
Je lui ai répondu que oui, j'en avais vaguement entendue parler, tiens j'ai un peu de temps libre, je vais peut être participer.
J'ai participer et du coup je me dis que c'est trop triste pour mon ami et que s'il ne m'en avait pas parler, il aurait pu être dans les finalistes.
C'est assez rigolo d'un côté, de se dire que c'est de fil en aiguille que c'était vraiment un chemin qui été tracer de manière très bizarre.
Le fait que, j'étais renvoyer de mon travail, que j'ai rencontrer cet ami la alors qu'à la base, j'en avais entendu parler de ce tremplin Ki-oon.
Mais je n'étais pas forcément sur de moi, je me disais que je n'avais pas assez de capacités pour dessiner.
J'avais complètement oublier le concours, ça était un enchaînement et ça était vraiment très  très bizarre.
C'est le destin qui m'a guidé à pour faire ce concours.

- Quels sont vos impressions sur le fait d'avoir gagner ce tremplin ? 

Même encore actuellement, je n'arrive pas à réaliser, c'est très bizarre car pour moi, je suis tellement dans ma bulle.
Tellement concentré sur mon travail que je me dis pas que je suis entrain de faire un manga.
C'est vraiment quand je réfléchis à ce qu'il se passe, j'ai une amie qui travaille dans la vente.
Je vois comment elle est dans la vente et je me dis clairement que j'ai fais ça mais que je ne peux plus le faire.
Ces dans ces moments-là que je me rends compte  de la chance que j'ai et de tous qui englobe tout ça.
Mais voilà, c'est vraiment quand je le compare à mon travail d'avant que je me dis que je travaillais avec des gens que je n'appréciais pas et que je faisais un travail que je n'aimais pas.
Pour le coup, je me dis que j'ai vraiment beaucoup beaucoup de chance, ce qui fait que je ne me lasses pas.
Ce qui est une bonne chose, je suis un peu comme une enfant qui se découvre une nouvelle vie.
C'est agréable, c'est très difficile car après il y a beaucoup de travail mais voilà.

- Voulez-vous faire passer un message à travers votre manga ? 

Oui, mais un message pas trop lourd, c'est pour ça aussi que je voulais mettre un scénario, une histoire derrière.
C'est plus un moyen de peut être les toucher  et du coup ça aide aussi pour le scénario.
Après il n'y a pas que l'écologie, il y aussi un côté humanisation car c'est très important.
Il y a pleins de choses, des idées de d'autres manga que je ne voyait pas et que je voulais rajouter dans ce manga.


- Avez-vous la fin en tête ? Est-ce qu'au niveau de l'histoire vous avez modifié la durée de l'histoire ou est-ce resté pareil ? 

Non, techniquement la fin ne devrait pas trop bouger, après c'est plus ce qu'il y a au milieu finalement parce que je me suis rendue compte qu'au final je vais raconter un peu plus de choses.
Mais même si c'était un tout petit peu plus de choses, étrangement, ça c'est développé de plus en plus.
Même si, des fois, c'est juste un petit détail, et bien, en partant de rien ça peut devenir un truc intéressant à aborder.
Pour le coup, je me dit que ça serait bête de pas y toucher, je fais pleins de petits sillons et ça s'agrandit de plus en plus.
A la base, je voulais faire quelque chose de relativement court et après, je me suis rendue compte que ça serais dommage de ne pas aborder tout les points de cet univers, du moins au moins un minimum.
Pas forcément de laisser le lecteur avec trop de questions, parce qu'on peut laisser un lecteur avec pas beaucoup de questions, on est pas forcément obliger de répondre.
Mais, il faut un juste milieu, sinon, après on se dit "Quoi, déjà,  la fin ?".

- Comment avez-vous fait pour l'élaboration de vos personnages ? Déjà, vous avez choisi une héroïne tout en classifiant dans shônen, pourquoi avoir fait ce choix ?

Clairement, il y a trop de garçon, on peut voir que je suis clairement inspiré du manga Full Metal Alchemist.
Si on me posait la question et que l'on me répondait non, ça serais un peu de mauvaise foi.
Du coup, ça existe déjà une armure avec un garçon, je me suis dit autant faire une fille.
Je trouve qu'il n'y a pas assez de fille, de deux, je trouvais ça assez amusant de faire une fille qui est très portée sur les émotions.
Sachant que l'on dit déjà que les filles ont trop d'émotion, mais je trouvais ça rigolo et vraiment le robot qui est beaucoup plus stoïque.
Finalement, oui il y a une héroïne mais je trouve qu'ils fonctionnent mieux en duo, où tout le monde peut s'entraider.
De toute façon, j'aime ce côté où tout le monde peut s'entraider, que tous les personnages ont un peu d'importance.
Pour le coup, un bon exemple, j'ai lu My Hero Academia, je trouve que pour le coup, tousles personnages pour la quantité qu'il y a, c'est tout de même hallucinant de voir qu'ils sont tous assez bien traités.
Il y en a deux, trois, qui sont un peu comme ça, mais pour le coup, je trouve vraiment que c'est un bon exemple.
Pour s'inspirer, pour dire voilà, moi aussi je vais traiter tout mes personnages du même niveau.
Après, c'est juste qu'il y en a qui apparaissent moins, mais il n 'y en a pas un que je met au dessus de l'autre.
Après, oui l’héroïne on la vois un peu plus souvent, mais sinon, pour moi ils sont tous importants et ont chacun quelque chose à raconter.

- Est-ce qu'à travers votre oeuvre vous essayer, d'une certaine manière de casser les codes ? Ou est-ce que vous préférez suivre les codes japonais ? 

J'ai fait le début de Green Mechanic, j'étais pas du tout dans l'optique de dire que ça sera un shônen, ça sera autre chose.
J'étais dans l'optique de faire mon histoire, puis après vous, vous mettez ce que vous voulez.
Mais, après peut être je dirais qu'au niveau des relations des personnages, après je ne sais pas trop, je ne suis pas trop dans ce qui est code japonais.
Je suis assez simple, c'est-à-dire que moi je lis une histoire, puis je me dis juste qu'est-ce que j'ai aimé et qu'est-ce que je n'ai pas aimé.
Après, je dirais que c'est au niveau graphique, c'est-à-dire que moi, je ne mets pas de trames, puis, j'ai un découpage qui reste très loin et très éloigné de ce qui est fait au Japon, j'ai encore beaucoup à apprendre d'ailleurs, encore à ce niveau là.
Au niveau du côté graphique, j'apprends tout le temps mais après niveau scénario et tout je ne sais pas.
Je ne vais pas trop dire car après ça va spoiler, ça sera vraiment au niveau des graphismes, sinon après moi je veux juste faire mon histoire.

- Quels sont les étapes de votre processus de création ? 

Je fais un résumé par chapitre, assez grossier, du volume que j'envoie après à mon éditeur qui me dit si ça va.
La plupart du temps, je sais que ça va être arrangé car je mets à peu près huit mois pour faire un volume.
Donc en huit mois, j'ai le temps de réfléchir et de me dire ce que j'ai trouvér bien dans mon premier jet de ce scénario.
Ensuite, je prends par chapitre, c'est-à-dire qu'après j'écris le scénario page par page, avec les dialogues.
Après, je fais le story-board, à chaque étape j'envoie à l'éditeur pour lui dire.
La plupart du temps, il me dit oui vas-y, pas de problème, puis, après du coup je fais l'encrage.
Je mets les grilles, les textes, j'envoie et après je passe au chapitre suivant.
Quand le chapitre, il est finit, il y a la couverture, tout ce qui est illustration couleur, puis après, il y a les corrections, après pouf ça part à l'impression.

- Vous avez été invité à Japan Expo ainsi qu'à Paris Manga, du coup, qu'est-ce que cela vous fait d'être invité à toutes ces conventions ? 

Moi, j'aime bien, comme je l'ai déjà dit, moi je suis dans ma petite bulle.
Le seul truc quand je vais en convention, c'est que je me dis que mince, je ne peux pas avancer sur mon travail.
C'est vraiment le seul truc ou je me dis que mince, je ne vais pas pouvoir travailler et perdre deux jours de travail.
Mais techniquement, ça me fait deux jours de vacances et je pense que j'en ai besoin aussi.
Il faut que je prenne sur moi, puis les gens sont hyper gentils avec moi, c'est très très bien.

Je remercie beaucoup Yami Shin d'avoir répondu à nos questions ainsi que le staff de Paris Manga qui nous a permis de faire cette interview. 

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -