Archive for 05/28/17

dimanche, mai 28, 2017

Culture et tradition Japonaise à Japan Expo


Dégustations, défilés de mode, arts martiaux, cérémonies du thé, cours de cuisine, danses et chants traditionnels mais aussi combats de catch, initiation aux sports traditionnels et jeux de société : Japan Expo offre à ses visiteurs un panorama complet et éclairé de l’art de vivre japonais. Entre tradition et modernité, la culture japonaise se révèle dans les allées du festival grâce aux nombreux exposants, partenaires et invités de Japan Expo.














La scène Sakura

Arts de la scène traditionnels
La scène Sakura, dévoile toute la beauté des arts et du folklore du pays du soleil levant Les visiteurs y retrouvent les plus beaux aspects du Japon traditionnel. Une dizaine d’artistes mettent en lumière les arts de la scène et le folklore japonais, et proposent sur cette scène des performances théâtrales, musicales et artistiques.
Parmi les premiers artistes invités cette année : Kikakuya (troupe de théâtre Kabuki), Roppongi Kingyo (danse contemporaine), Fûka Mariwo (Chant traditionnel et shamisen), Kurikara (spectacle de combats et danse), Katanaya Ichi (combats et démonstrations au sabre), Xiè (poésie chantée), Takarabune (danse Awa-odori et comédie), NEO Ballad (chants folkloriques et techno rock), Gaho Takahashi (morceaux traditionnels au koto), Yoshiwara Kitsune Shachu (danses traditionnelles de l’époque Edo)...


L’espace de jeux traditionnels

Découverte ludique de la culture japonaise
Dans un espace entièrement dédié aux jeux traditionnels japonais, de nombreuses associations proposent au public de s’initier à ces jeux dont les règles se sont transmises de génération en génération au Japon. Le visiteur peut ainsi découvrir et s’essayer à différents jeux :
- Go : originaire de Chine, il arrive au Japon au XIe siècle. Les stratégies sont parfois si complexes qu’on l’a utilisé pour entrainer les samouraïs à la stratégie militaire.
- Othello: jeu de pions traditionnel populaire japonais inventé à la fin de la guerre et commercialisé au Japon en 1973) 
-  Shogi : jeu d’échecs se jouant sur un échiquier de 9 cases de côté. Très populaire à l’Ere Edo, ce jeu est encore pratiqué aujourd’hui par des centaines de millions d’adeptes et sa forme est restée inchangée depuis le XVIe siècle.)
-  Hanafuda : jeu de cartes traditionnel composé de 48 cartes réparties en 12 mois du calendrier japonais. Chaque mois comporte un thème floral et des symboles de la nature japonaise à travers les saisons d'une année. 


La culture japonaise est fascinante à bien des égards, et ses traditions font parties de ses aspects les plus attractifs. Japan Expo souligne toutes les facettes du Japon en mettant en avant la culture traditionnelle, et en accueillant des artistes et des artisans qui présentent leurs talents.
En plus de performances de musique, de théâtre et de spectacles folkloriques sur scène, de nombreuses associations participent à cet effort, autour d’activités et d’ateliers, tels que l’ikebana (art floral japonais), la cérémonie du thé, la calligraphie, la peinture, les jeux traditionnels, la cuisine ou encore des conférences sur divers thèmes liés à la culture japonaise.


L’espace WABI SABI

Depuis 2011, l’espace WABI SABI permet au public de Japan Expo de plonger au cœur des plus beaux aspects de la culture et des traditions japonaises. Wabi Sabi se développe d’année en année. En 2017 ce sont 50 stands sur 840 m2 qui attendent les visiteurs. 60 artisans y présentent leurs objets d’art et d’artisanat comme des œuvres de calligraphie, des poupées traditionnelles, des céramiques, des sculptures, des tableaux et de nombreux autres objets fascinants.
La mise en scène du pavillon WABI SABI est réalisée par le groupe KIRIE, qui s’est fait une spécialité d’exposer les arts traditionnels et de les accorder à notre époque.

Sport


Le sport occupe une place particulière dans la société japonaise. Un jour férié, Taiiku no Hi, est dédié à l’activité sportive. Toute la population japonaise profite de cette journée pour vivre au rythme du sport. . C’est pourquoi Japan Expo dédie plus de 300m2 aux activités sportives. Grâce aux nombreuses associations, institutions et écoles spécialisées présentes sur le festival, les visiteurs peuvent observer mais aussi s’initier à différents sports incontournables au Japon.


Le puroresu
Focus sur le catch japonais

Spectacle sportif haletant, le puroresu (catch japonais) rencontre un succès grandissant auprès du public de Japan Expo. Et cette année le puroresu est à l’honneur avec le grand retour du catch féminin, le joshi puroresu ! Le public pourra ainsi découvrir sur le ring Yoko Bito et Konami, deux catcheuses de renom,. En plus des matchs impressionnants auxquels ils assistent, les visiteurs ont l’occasion de s’essayer au puroresu grâce à des séances d’initiation organisées par l’Institut national de formation du catch (INFC).
Le baseball Sport national
Japan Expo vous fait aussi découvrir d’autres sports incontournables comme le baseball (Yakyû) véritable sport national au Japon. Les Japan Series se déroulent en octobre et des millions de japonais suivent avec intérêt cette compétition qui désigne l’équipe qui sera championne nationale. Japan Expo permet à ses visiteurs de (re)découvrir ce sport par le prisme de la culture japonaise.
Arts martiaux
Sport et tradition
Emblématiques de la culture japonaise, les arts martiaux sont également bien représentés sur le festival avec l’espace Bûdo où sont installés deux surfaces de tatami. Des démonstrations et des initiations y sont organisées, des arts martiaux les plus répandus comme l’aïkido et et le kendô mais aussi des découvertes comme le chanbara et naginataGamushara, groupe de supporters (oendan) L’art d’encourager
Les oendan sont des groupes de supporters d’équipes sportives. En uniforme et accompagnés de tambours (taiko), de mégaphones, de bannières et de drapeaux, ils encouragent les équipes en faisant le maximum de bruit et en réalisant des chorégraphies rythmées et dynamiques.
En 2007, Takahiro MUTO, fan d’oendan (groupes de supporters japonais) depuis l’enfance, décide de créer son propre groupe, Gamushara. Il cesse ainsi de regretter d’avoir abandonné son club de supporters au lycée et par la même occasion, il crée le premier groupe de cette discipline à n’être rattaché à aucun établissement scolaire.
Les membres survoltés de Gamushara, tous vêtus de leur uniforme dans la plus pure tradition japonaise des groupes d’oendan, ont fait de l’encouragement leur philosophie pour la vie.

Gastronomie

Inscrite en 2013 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'UNESCO, la gastronomie japonaise – ou Washoku (de wa, le Japon, et shoku, la nourriture) – se place désormais parmi les grandes cuisines mondiales. Popularisée par les sushi, les râmen et d’autres plats qui suscitent un intérêt toujours grandissant en France, la cuisine japonaise offre un large éventail de saveurs, de textures et de couleurs. Mais la cuisine japonaise a aussi une histoire et des traditions que Japan Expo vous dévoile à travers une multitude de stands et d’activités.
L’espace Washoku
Hommage à la gastronomie japonaise 

Depuis 2015, l’espace Washoku célèbre la gastronomie japonaise avec des stands de vente, de restauration et de démonstrations.
32% des visiteurs recherchent de nouvelles saveurs culinaires durant Japan Expo et 58 % ont l’occasion de manger japonais au moins une fois par mois. Autant de raisons qui ont fait de cet espace un succès en 2015 reconduit pour la prochaine édition. Cette année, outre des stands de vente et de restauration, l’espace Washoku accueille un espace de cuisine avec des démonstrations (filmées et retransmises sur écran géant). Les visiteurs peuvent participer à certaines démonstrations.


Kanasawa

Depuis 2012, Japan Expo propose aux visiteurs de découvrir une ville japonaise. Après Kyoto, Fukuoka, Sapporo, Takamatsu et Kobe, c’est au tour de Kanazawa d’être la ville invitée en 2017. L’exposition vous invite à découvrir la ville à travers une série de photos et d’explications.
Capitale de la préfecture d’Ishikawa, au centre de la région du Hokuriku et de l’île de Honshu, la ville est le centre économique et culturel de la région. Un mélange entre ses traditions qui ont traversé les siècles et sa modernité en fait une ville particulièrement attrayante pour ses huit millions de touristes par an.
Le voyageur y visite ainsi des bâtiments historiques comme contemporains, le château de Kanazawa puis le Musée d’art contemporain, les temples et sanctuaires puis la gare et son immense dôme de verre. La ville ayant échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale, les constructions anciennes et les rues historiquesont été conservées et avoisinent aujourd’hui les quartiers commerciaux et de divertissements. Le jardin de Kenrokuen, considéré comme l’un des plus beaux jardins de seigneur féodal du Japon, offre au visiteur une ambiance féérique qui varie au fil des saisons.
Kanazawa possède également une riche culture artisanale qui lui permet d’être inscrite au Réseau des villes créatives de l’UNESCO, dans le domaine des arts populaires et artisanaux. Kanazawa offre une gastronomie raffinée généreuse, à l’image du marché Omi-cho qui nourrit la ville depuis le 18e siècle avec ses 170 étals qui proposent riz, légumes, ou encore poissons et fruits de mer pêchés dans la mer du Japon.

Les nouveaux créateurs

La mode est un élément incontournable de la pop culture japonaise. Paris est réputée pour être la capitale de la mode mais il suffit de se balader dans les rues de Tokyo pour comprendre qu’elle n’a rien à lui envier.
La mode, plus segmentée, marquée par des courants, des tendances et des tribus est visible dans tous les quartiers tokyoïtes. Herbivore boy, Mori Key (ou Natural Kei), Dolly Kei, Cult Party Kay, Fairy Kay, Kimono modern style... il existe de nombreux styles aux codes vestimentaires précis. S’inspirant souvent des costumes ou accessoires traditionnels pour les revisiter (comme Aoi Clothing) mais aussi de la pop culture et des dernières tendances.

Parmi les marques les plus connues, Issey Miyake, Comme des Garçons ou Yojhi Yamamoto se sont fait connaître à l’international. La Fashion Week de Tokyo reste pourtant assez curieusement peu mise en avant dans le monde de la mode.
Depuis 2011, Japan Expo organise les
JAPAN FASHION DAYS. Stylistes professionnels, marques phare de la mode tokyoïte et Jeunes Créateurs proposent des défilés, des conférences, et des ateliers, et exposent leurs dernières collections.
Des stylistes européens, présentent également leurs créations inspirées des tendances nippones lors des Tremplins Mode. 

Source : Japan Expo  

dimanche, mai 28, 2017

Kiss me host club tome 1

Fiche

Titre : Kiss me host club 
Catégorie : shôjo
Auteur : Yûki Nachi
Illustrateur : Yûki Nachi
Editeur français : Soleil Manga
Date de parution : 10/05/2017
Nombre de tomes en France : 1  ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 3 ( terminée )
Prix : 6, 99 euros











KISS ME HOST GUMI © 2009 BY NACHI YUKI / SHUEISHA Inc.

Synopsis

Salut ! Je m’appelle Mako Anzai et j’ai 15 ans ! Ce printemps a commencé pour moi la vie merveilleuse de lycéenne ! Enfin, c’est ce que je croyais ! Mais voilà que je me retrouve embauchée comme bonne à tout faire du « Club d’Hôtes » ! Vous savez ces garçons trop mignons que tout le monde adore ? En fait, ils sont tous plus farfelus les uns que les autres ! L’un d’eux m’a même soudainement volé un bien précieux… !?

Avis

Lycée pour fille

Nous voilà ici plongé au coeur d'un lycée pour fille. Cela semble étrange pour un shôjo mais on comprend très vite de quoi il en retourne après et on rentre bien dans cette catégorie. Cette particularité permet de mettre une tonalité particulière et de rendre les garçons encore plus désirables.

Host club

Voilà qu'un club un peu spécial pour une classe un peu spécial a vu le jour dans un lycée pas comme les autres. Cela va entrainer une histoire originale et assez complexe. C'est le point fort de la série et on a hâte de voir comment cela va évoluer.

A votre service

Voilà la devise des garçons du lycée mais cela peut aussi s'appliquer à notre héroïne qui malgré elle se retrouve à devoir leur obéir. L'idée de garçons servant des filles et faisant tout pour les séduire est intéressante et est tourné de manière légère et humoristique ici.

Réalité ou mensonge

Notre héroïne est bel et bien perdu dans ce lycée qui est loin de suivre les convenances et avec ce club de garçons où seule l'apparence semble compter. De ce fait, quand les garçons et surtout the beaugoss lui parlent, elle est perdue et cela conduit à des remises en cause et à une évolution et aussi à des réflexions et donc de la retenue.

Les illustrations sont en harmonie avec le ton du manga.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Ce nouveau shôjo nous propose un concept original et peu utilisé avec une histoire un peu tirée par les cheveux mais qui possède son charme. Le tout est assez fun et on sent que c'est léger et frais. Un petit shôjo qui sort du lot et qui séduira les amateurs du genre.

15/20

dimanche, mai 28, 2017

Pokémon - La grande aventure - Rouge feu et vert feuille / Emeraude tome 1

Fiche

Titre : Pokémon - La grande aventure - Rouge feu et vert feuille / Emeraude
Catégorie : shônen
Auteur : Kusaka Hidenori
Illustrateur : Yamamoto Satoshi
Editeur français : Kurokawa
Date de parution : 13/04/2017
Nombre de tomes en France : 1 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 4 ( terminée )
Prix : 10 euros










POCKET MONSTERS SPECIAL © 1997 Hidenori KUSAKA, MATO / SHOGAKUKAN

Synopsis

Six mois se sont écoulés depuis la catastrophe, impliquant Kyogre et Groudon. Rouge et Bleu embraquent pour les îles de Sevii sur les traces du Professeur Chen. Ils vont être témoins d'une terrible tragédie dont est victime leur amie Verte. C'est le début d'une nouvelle grande aventure où nos héros vont devoir déjouer le sombre complot d'un vieil ennemi qu'ils pensaient disparu...

Avis



Une nouvelle aventure

Voilà qu’un nouvel arc de cette série mythique débute et rien que cela déjà suite l’intérêt et la curiosité. Dès le début, on est plongé au coeur de cette nouvelle aventure qui s’avère mystérieuse et riche en rebondissements. On accroche dès le début.

Un pokémon mystérieux

Dès les premières pages, nous avons à faire face à un pokémon mystérieux qui est un pokémon extra terrestre. Cela forcément attise notre curiosité et les combats intenses font bien la tension. Le mystère s’installe et on a envie d’en savoir plus. 

Nous sommes de retour pour vous jouer un mauvais tour

Certes ce n’est ni Jessy ni James qui sont présents mais la Team Rocket revient en force. Ces derniers sont plus forts que jamais et préparent un plan qui nous ne connaissions pas encore. On voit que les rapports entre ces « méchants » et nos héros vont être de plus en plus étroits. Certaines révélations sont un véritable rebondissement. 

De nouvelles capacités 

On voit que nos amis vont devoir aussi se surpasser et apprendre de nouvelles capacités pour faire face à la nouvelle menace. Cela ne se fait pas sans peine et on peut dire que le chemin de la connaissance est long et ardu. 

Les illustrations sont dans la même veine que celle utilisée dans les autres arcs de la série. 

L’édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome. Le nombre de pages est plus conséquents que dans un manga classique.

Conclusion

Ce nouvel arc de Pokémon suscite l’intérêt dès les premières pages et permet de voir tous nos héros préférés ainsi que les pokémons réunis pour une bataille contre un ennemi charismatique et mythique de la série. L’apparition de nouveaux pokémons légendaires rajoute énormément de charme. C’est un coup de coeur.


17/20