Archive for 08/12/17

samedi, août 12, 2017

Vampire Knights - Mémoires tome 1

Fiche

Titre : Vampire Knights - Mémoires
Catégorie : shôjo
Auteur : Hino Matsuri
Illustrateur : Hino Matsuri
Editeur français : Panini
Date de parution : 28/06/2017
Nombre de tomes en France : 1 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 1 ( en cours )
Prix : 6, 99 euros








Synopsis

Quelques années après la fin de la série Vampire Knight, Matsuri Hino revient sur ses personnages cultes et dévoile des épisodes inédits de la série : les enfants de Yuki, sa relation avec Zero, l’histoire d’amour innatendue de Yoriko, le passé et l’avenir de Kaname...

Avis

Vie de famille

Voilà ce que l'on peut voir se dessiner au fil de ce tome qui sert de transition entre la fin de l'histoire et le début de celle de ce spin off. Cela va parfois un peu vite et on peut parfois se perdre mais on voit que tout est logique et va dans une certaine continuité. C'est intéressant à suivre.

Devenir humain

Voilà ce que souhaite finaliser Zero ici afin de poursuivre et d'achever les recherches de son frère. On voit que cette quête est un fil rouge qui se poursuit même ici. C'est intéressant et cela permet de créer une aventure qui accroche bien le lecteur.

Préserver harmonie et bonheur

Voilà le but de tous ici même si cela est difficile et ne cesse de se compliquer au fur et à mesure des événements. On voit que rien n'est facile et cela nous touche voir nous émeut. Le tout semble tragique bien que l'espoir soit aussi présent.

Une bonne dose de sentiments

Ce manga et donc ce tome est riche en sentiments et cela nous touche et nous émeut à plusieurs reprises. C'est beau et très tendre. Le tout parait triste et mélancolique mais on voit aussi l'avenir et l'espoir.

Les illustrations sont très bien faites. C'est élancé, stylisé et finement dessiné.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Ce spin-off de Vampire Knights nous permet de retrouver tous les personnages principaux et de de voir l'évolution de leurs relations. Cela surprend et déconcerte parfois. Beaucoup de choses se passe avec une forte émotion présente tout au long du tome.

15/20

samedi, août 12, 2017

Evolution des comportements à Japan Expo

Cet article est un petit essai sur des constats, des observations et des réflexions personnelles. Il s'agit ici d'une analyse de l'évolution des comportements des visiteurs à Japan Expo.




Cela n'est ni un jugement ni une critique, juste une observation et un constat. il n'y a ni bien ni mal.

Premièrement je ne suis allé à Japan Expo que depuis 2012 donc ma réflexion débutera de à partir de 2012 et ne pourra pas tenir compte de la période précédent cette année.

Vous l'aurez compris cela fait donc 5 ans que je couvre Japan Expo et j'ai donc participé à 5 Japan Expo. Cela est certes peu mais cela m'a permis de faire quelques observations.

Tout d'abord je dirai qu'il y vraiment une rupture depuis 2 ans donc depuis 2016.

De 2012 à 2016

Les visiteurs venaient assez tôt le matin et repartaient tard le soir. On avait l'impression limite qu'ils passaient les quatre jours sur place. L'ambiance était très conviviale avec une atmosphère bon enfant. Il y avait peu d'allées et venues et les départs s'effectuaient vraiment en fin de journée.
Les gens allaient plus découvrir et profiter du festival.
Cela donnait l'impression d'une grande famille voir d'une sorte de camps de vacances.

2016 à 2017

Depuis l'année dernière, les visiteurs commencent même si ce n'est pas tous à adopter un autre comportement. Cela s'est confirmé et amplifié encore cette année.
Bien entendu nous retrouvons le noyau de visiteurs que j'ai décrit plus haut mais un autre type de visiteurs devient de plus en plus nombreux.
Beaucoup de visiteurs en fait restent peu de temps à Japan Expo et viennent plutôt pour des choses très précises plus que pour le festival et repartent assez tôt dans la journée. Cela montre une évolution intéressante et qu'il faudra prendre en compte par la suite à mon avis. Cela devient de plus en plus consommateurs et cela se ressent aussi dans l'ambiance.

Conclusion

Les visiteurs deviennent donc de plus en plus consommateurs et cela est logique dans un sens. Clea conduit a beaucoup d'allées et venues et à des visites avec des objectifs précis. Cela s'explique par plusieurs facteurs certes mais cela donne un autre aspect au festival. Je ne dis pas qu'avant c'était mieux mais le visiteur restait plus longtemps et profité à fond de sa journée. On voyait moins ce flux constant de départs et d'arrivées. On va vers un changement d'état d'esprit et donc d'ambiance. 







samedi, août 12, 2017

The World Standard à Japan Expo

Le groupe d'Idols japonaises The World Standard fut un des invités phares de de la dernière édition de Japan Expo.




Ce dernier s'est produit lors de différentes sessions sur différentes scènes.




Le son très kawaii allié à des tenues très kawaiis et colorés a séduit les amateurs du genre et nous a offert une belle performance aussi bien musicale que visuelle.





Le public a pu découvrir le style Idol ou s'en délecté.






samedi, août 12, 2017

Le manga français avec Art of K à Japan Expo

Lors de la dernière édition de Japan Expo, les éditions H2T avaient invités Art of K pour la sortie de son manga. C'est ainsi que j'ai pu la rencontrer.

Art of K est la Dessinatrice et la scénariste du manga Euterpe publié aux Editions H2T. Graphiste et Webdesigner de métier, Art of K est passionnée par l'illustration et la narration illustrée. Le cerveau toujours en ébullition, elle est constamment un carnet à la main, à la recherche de nouvelles sources d'inspirations. 




Voici l'interview :

- Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Art of K et je suis auteur du manga du Euterpe publié aux éditions H2T. C’est mon premier manga.

- Quel a été votre parcours pour devenir mangaka ?

Je suis graphiste webdesigner de formation. Je suis actuellement en freelance. J’ai toujours aimé dessiner, créer des histoires et faire de la narration visuelle. Je n’ai jamais vraiment fait de manga ou d’histoires complètes. J’aime juste créer. Par mon métier, j’utilise des outils utiles comme par exemple pour la mise en page ou le rythme des pages. 

- Pourquoi vous-êtes vous lancé dans un projet plus long ?

Beaucoup de choses ont fait que j’ai fait ce choix. Premièrement, cela venait à la fin de mes études  donc j’avais plus de temps et j’ai commencé mon activité de freelance. Il y a aussi le fait que beaucoup de gens demandaient une suite à mon one shot de 60 pages. J’ai beaucoup réfléchi et je me suis lancée pour deux tomes et avec l’éditeur on a réfléchi pour le rythme de parution. 

- Cela reprend-t-il certains de vos one shot ?

Les deux premiers chapitres sont ceux du one shot et au lieu de faire une fin un peu ouverte, j’ai fait un twist pour pouvoir rebondir sur l’histoire et amener la suite. 

- Quelles sont vos influences en tant que mangaka ?

A la base, j’ai aussi une formation en histoire de l’art. J’aimais beaucoup le constructivisme. Cela rappelle beaucoup la BD. Je suis une grande fan de comics. Le découpage et le dessin sont dynamiques et donnent envie de lire. Visuellement mon style c’est un mélange de toutes mes influences : la bande dessinée franco-belge, les mangas et les comics. 

- En fait c’est un manga atypique ?

Oui tout à fait le manga, c’est le format. L’intérieur c’est dessin donc toutes sorte de choses. 

- De ce fait, vous vous êtes affranchi des règles japonaises ?

Je pense les avoir adaptées plutôt. Même si on a envie d’être un peu plus libre, il faut s’adapter au public et aux gens qui vont découvrir l’histoire. De ce fait, prendre des codes qu’ils connaissent déjà, cela peut les rassurer. 

- Pourquoi avoir choisi le genre josei pour votre manga ?

Je me suis pas posée cette question en faisant le manga. C’est après que l’on a réfléchi car cela est plus mature que du shôjo. Ce n’est pas une histoire d’amour classique, ce n’est pas de la romance, ce n’est pas de l’action et ce n’est pas non plus une tranche de vie pure. C’est quelque chose qui va beaucoup plus loin dans la réflexion. En discutant ensemble, on a vu que le style le plus adapté serait le josei pour un public plus âgé.

- On voit que la musique est importante, est-ce que vous aussi vous avez un intérêt pour la musique ?

J’aime la musique, j’ai fait 12 ans de conservatoire. Le piano et le dessin étaient mes deux passions. J’ai choisi ma seconde passion, la musique me tient à coeur et ce qu’à vécu le personnage, je l’ai vécu aussi comme la pression pour les concours et ce genre de choses. Je me suis dit je veux donc parler de quelque chose que j’aime beaucoup. 

- Comment avez-vous trouvé l’inspiration pour faire le twist et la suite ?

Cela fut compliqué car il fallait passer de deux chapitres à deux tomes. J’ai beaucoup réfléchi à comment je voulais construire les personnages et où je voulais aller. Dès le début, je me suis fixée un but et ensuite j’ai fait les différents chapitres ainsi que la thématique. 

- Comment est venue l’inspiration pour créer cette histoire ?

L’histoire a été créée dans un fanzine avec des amis. Ils m’ont demandé si je voulais faire un one shot de quelques pages. C’était une période où j’avais racheté un piano. J’ai voulu reprendre le piano et quand je suis allée chercher des partitions, je suis tombée sur des partitions de Chopin. J’aimais tellement la musique que je me suis mise à écouter en boucle. C’est là que je me suis dit si je faisais un personnage qui aime la musique. 

- Cela vous a pris combien de temps pour faire ce tome ?

9 mois car il y a 9 chapitres.

- Est-ce un choix de l’avoir très réaliste ?

Oui car justement la particularité du josei c’est d’être ancré dans le réel. Je voulais parler de quelque chose qui va résonner chez les lecteurs surtout s’ils ont perdu un être cher ou s'ils aiment la musique ou s’ils rencontrent des rivalités avec certaines personnes. 

- Avez-vous introduit la musique pour amplifier les émotions ?

Oui c’est exactement cela. Sur le papier on ne peut pas entendre le son mais cela permet de créer une atmosphère qui ancre encore plus le lecteur dans l’histoire. 

- On a l’impression que cette histoire vous auriez pu la vivre. Qu’en pensez-vous ?

La réalité musicale et le fait d’avoir perdu un être cher. Comment se reconstruire et rechercher son héritage aussi. Il y a un peu de moi à la fois dans Jon pour la musique et la recherche de soi et un peu de Kal aussi car j’ai une personnalité assez explosive. En même temps c’est aussi une recherche de moi-même. 

- Quelles sont vos impressions sur le fait de sortir un manga pour la première fois ?

On va passer par les étapes, d’abord : la peur, ensuite l’appréhension, ensuite un peu de stress et la joie et un retour de stress. 

- Quelles sont vos impressions sur Japan Expo ?

C’est la première fois que je fais Japan Expo en tant qu’auteur. J’avais l’habitude de faire en fanzinat. C’est vraiment autre chose, on est vraiment dans la mécanique du festival. On se rend compte qu’ils font tout pour nous mettre en avant. Cela fait un peu peur. Ils chérissent tous les auteurs qui passent. C’est vraiment une belle expérience et j’espère que ce ne sera pas la dernière. 

Je remercie beaucoup Art of K d'avoir bien voulu répondre à mes questions et les éditions H2T qui m'ont permis de faire cette interview. 

samedi, août 12, 2017

Toi et moi, jamais tome 2

Fiche

Titre : Toi et moi, jamais
Catégorie : shôjo
Auteur : Sakai Mayu
Illustrateur : Sakai Mayu
Editeur français : Panini
Date de parution : 28/06/2017
Nombre de tomes en France : 2 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 4 ( en cours )
Prix : 6, 99 euros










KIMI TO DAKE WA KOI NI OCHINAI © 2015 by Mayu Sakai / SHUEISHA.

Synopsis

En se montrant capable du pire comme du meilleur, Arata laisse Subaru déboussolée ! Cela ne s’arrange pas quand dans la rue, une fille appelle Arata par un nom qui n’est pas le sien et qu’il lui répond !

Avis

Moi amoureuse

Notre héroïne découvre cela et se voile un peu la face. Au fur et à mesure du récit, elle se rend compte qu'elle ne peut faire contre ce sentiment et cela donne lieu à des moments comiques et à des réactions inattendues.

Rivale

Voilà qu'une rivale vient faire son apparition dans ce tome. On voit là l'apparition d'un triangle amoureux pour bien compliquer les choses et ajouter une certaine tension. Entre doutes et incertitudes cela permet de faire avancer l'intrigue dans le domaine des sentiments mais aussi dans celui des révélations.

Perdue

Voilà que notre héroïne ne sait plus où donner de la tête et se retrouve perdue au milieu de tout se remue ménage. Tout se complique et comme si cela ne suffisait pas voilà que le comportement de celui qu'elle aime change aussi. Autant dire que les révélations qui s'ajoutent à cela ne vont pas aider notre jeune amoureuse.

Qui aimes-tu ?

Voilà la question que ce pose le héros de ce récit avec un retournement de situation vraiment inattendu et qui remet tout en cause. A l'amour s'ajoute la question du vrai et d'une quête identitaire vraiment intéressante et touchante.

Les illustrations sont toujours bien faites et agréables à regarder.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

Conclusion

Ce second tome de Toi et moi, jamais prend le contrepied du premier tome est cela est aussi inattendu qu'intéressant. Tout se complique pour notre plus grand plaisir et l'histoire ainsi que les personnages sont plus travaillés que prévus pour nous offrir un beau récit.

17/20

samedi, août 12, 2017

Nijicon à Japan Expo

Lors de la dernière édition Japan Expo, le groupe Nijicon s'est produit sur différentes scènes et lors de différentes prestations.





Ce groupe typiquement Idol a su offrir un vent de fraicheur et de bonne humeur avec des chansons au son aussi agréable que pop.





Les tenues furent variés et les chorégraphies étaient sympas à regarder.





Un bon groupe d'Idol avec un son de qualité.






samedi, août 12, 2017

Fate/Zero tome 12

Titre 

Titre : Fate/Zero
Catégorie : seinen
Auteur : Type-Moon
Illustrateur : Shinjirô
Editeur français : Ototo
Date de parution : 26/05/2017
Nombre de tomes en France : 12 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 13 ( en cours )
Prix : 7, 99 euros









FATE / ZERO © SHINJIRO 2011 © TYPE-MOON / KADOKAWA SHOTEN Publishing Co., Ltd.

Synopsis

La confrontation entre les deux esprits héroïques Iskandar, le Roi des Conquérants, et Gilgamesh, le Roi des Héros, débute sur le grand pont de la ville de Fuyuki, l'occasion pour les deux guerriers de dévoiler au grand jour leurs Nobles Phantasmes les plus destructeurs.
Kirei Kotomine se découvre enfin une raison de poursuivre ses combats, et attire Kiritsugu Emiya vers lui pour le début d'un affrontement capital au sein de cette quatrième guerre sainte.

Avis

Adieu

On voit ici les adieux de personnages phares. Cela se fait avec force et émotion pour toucher le lecteur et captiver son attention. Le tout se fait de manière intense et relance bien l’histoire en la faisant avancer à un bon rythme.

Affrontements et destin

On voit aussi que le destin est lié aux affrontements et que tout est inéluctable. Cela rajoute un côté dramatique qui fait que l’on encore plus pris aux tripes par cette quête. Les révélations et les retournements de situations sont nombreux et nous maintiennent en haleine.

Désirs

Les désirs de chacun sont de plus en plus exprimés et on voit qu’au-delà d’une lutte physique, il s’agit surtout d’un affrontement de valeur et d’un combat basé sur des idées et des convictions. Cela donne de la profondeur et de la force à cette histoire.

Une lutte dans le temps

On voit que cette lutte n’est pas d’aujourd’hui mais est une lutte qui s’inscrit dans le temps. Cela la rend plus intense et plus profonde et cela donne un côté sacré et un côté éternel qui la rendent encore plus intéressante et intense. 

Les illustrations sont toujours aussi bien faites. 

L’édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome. 

Conclusion

Ce nouveau tome de Fate/Zero nous rapproche encore un plus du dénouement de cette quête. Le tout ne cesse de devenir dark et on voit encore mieux que tout ne pourra prendre qu’un tournure dramatique. Les combats et les morts s’enchaînent dans cet affrontement terrible.


16/20