Janvier 2015 chez Taifu Comics et Ototo

Voici ce que nous réserve Taifu Comics et Ototo pour ce mois de janvier 2015

Taifu Comics

10 Count tome 2

Kurose a brusquement mis fin aux séances alors que Shirotani commençait à lui faire confiance. Choqué ce dernier refuse de sortir de chez lui. Kurose lui envoie alors un message.
Kurose a-t-il compris ce que Shirotani cache tout au fond de lui ? La relation entre le psychologue peu sympathique et le secrétaire mysophobe prend une autre tournure.





My Bodyguard


Fraîchement arrivé sur Tokyo, Akira se retrouve du jour au lendemain sans travail et sans logement. Heureusement pour lui, son ami d’enfance Chihiro, avec qui il correspond depuis de nombreuses années mais qu’il n’a pas vu depuis dix ans, l’engage comme garde du corps.
Il découvre alors un Chihiro étudiant à la faculté, beau garçon et héritier d’une riche famille. Il commence tant bien que mal son travail, jusqu’au moment où Chihiro lui déclare brusquement sa flamme !









Kiss Ariki tome 3

Mutsumi s'est fait cueillir à la sortie de la fac par le clan Hokusai. Tôru part à sa recherche et tombe dans un repaire de yakuza. Au lieu de leur faire comprendre qu'il est le fils du chef du clan Suki, il préfère se faire passer pour un simple ami de Mutsumi. Les yakuza se lèchent les babines devant un tel cadeau…




My sweet sweet elder sister 

Recueil d'histoires courtes sur le thème de l'Amour entre frères et sœurs !

1. Girls X Holes
2. Ma voluptueuse grande soeur
3. Die in seven years
4. Je t'aime moi non plus returns


Sexcapade 


Recueil d'histoires courtes toutes aussi hot les unes que les autres !


Ototo

Le 22 janvier

Fate/Zero tome 6

 La confrontation entre Kiritsugu et Kayneth laisse derrière elle le château des Einzber en ruines... C’est à ce moment que Rider vient à la rencontre de Saber, coupe d’alcool en main, pour disserter avec elle et Archer de leur façon d’appréhender leur rang de Roi. C’est une discussion à bâtons rompus qui débute alors entre le Roi des Conquérants, le Roi des Chevaliers et le Roi des Héros ! Mais l’heure est aussi aux combats, et Rider dévoile enfin à tous son ultime Noble Phantasme qui semble renverser de façon radicale les rapports de force entre tous les servants...





Sources : Taifu Comics et Ototo

6000 tome 1

Fiche

Titre : 6000
Genre : seinen
Auteur : Nokuto Koike
Illustrateur : Nokuto Koike
Editeur français : Komikku
Date de parution : 15 janvier 2015
Nombre de tomes en France : 1 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 4 ( terminée )
Prix : 7,90 euros




© NOKUTO KOIKE / GENTOSHA COMICS INC., Tokyo





Synopsis

6000 mètres sous les mers…
Au royaume de la nuit éternelle, la folie règne en maître.
 Quelque part en mer des Philippines, un immense complexe sous-marin appelé "Cofdeece" repose à 6000 mètres de profondeur. Fruit d’une collaboration tendue entre une entreprise japonaise et son partenaire chinois, cette infrastructure a été autrefois le théâtre d’un très grave accident qui a décimé tous ses occupants de l’époque.
Trois ans après ce drame, Kengo Kadokura, un jeune ingénieur quelque peu apathique, est amené à descendre dans les abysses pour préparer la réouverture de la station, alors même que la cause de l’accident reste toujours inexpliquée. Mais très vite, Kengo sera confronté à des visions d’horreur, puis à l’inimaginable…


Avis

Dans les abysses ! 

Ce nouveau seinen des éditions Komikku, nous propose une aventure digne des plus grands thrillers et qui nous plonge dans un univers angoissant sous forme de huit clos. La pression monte progressivement et on se sent attiré dans cette sombre intrigue qui nous fait vibrer et palpiter. Le héros n'est le prototype du héros type et semble être un monsieur comme tout le monde ce qui est plutôt positif est agréable. Ainsi, on tombe dans une histoire qui semble plausible ce qui lui donne plus de force et d’impact. 

L’atmosphère est angoissante est cela nous prend aux tripes. On est plongé dans cet univers dès le début. Le tout est très immersif. On sent la tension qui monte et notre héros qui ne peut que subir et faire face aux événements. Ainsi, nos nerfs sont mis à rude épreuves et on se met à la place du personnage, en se demandant ce que nous aurions fait à sa place.

La trame narrative ne va ni trop vite ni trop lentement. La montée en intensité se fait progressivement sur un bon rythme. Il n'y a pas ni temps morts ni longueurs. L'intrigue est bien ficelée et se dévoile petit à petit.

Les illustrations sont très bien faites. On apprécie la finesse du trait ainsi que sa justesse. On apprécie également le souci du détail.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, 6000 est un bon thriller et montre que les mangas peuvent avoir une bête d'intrigue. Une petite pépite à découvrir d'urgence. Un coup de coeur.

Note : 17/20




One Piece tome 73

Fiche

Titre : One Piece
Genre : shônen
Auteur : Eiichiro Oda
Illustrateur : Eiichiro Oda
Editeur français : Glénat
Date de parution : 7 janvier 2015
Nombre de tomes en France : 73 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 76 ( en cours )
Prix : 6,90 euros






Synopsis

Tandis que la vérité éclate sur la tragédie de Dressrosa, les événements prennent une tournure totalement différente de ce que Law avait imaginé. En effet, nos héros s’orientent petit à petit vers une guerre totale contre Doflamingo et ses sbires… Les aventures de Luffy à la poursuite du One Piece continuent !

Avis

Prélude ! 

Ce nouveau tome de One Piece, nous plonge dans la suite de l'arc de Dressrosa avec une bonne montée en puissance. Nos amis, se retrouvent de plus en plus en difficulté et l'intensité des combats monte d'un cran. On sent que tout cela n'est qu'un prélude à un grand et magnifique combat final. Le comique est toujours présent mais laisse de plus en plus de place à l'action et aux combats. Le tout demeure complètement barge mais on sent que le sérieux arrive. Les montées en intensité font monter notre adrénaline. Cela semble très prometteur pour la suite. On en apprend un plus sur certains événements ce qui est toujours intéressant et ce qui montre la richesse du scénario.

L'atmosphère est toujours aussi enivrante et attrayante. On n'a qu'une envie embarqué avec Luffy et vivre à ses côtés toutes ses merveilleuses aventures. C'est frais, distrayant et vraiment passionnant. On est au coeur d'une guerre qui par son passé et sa cause nous touche. La montée en puissance permet de faire vibrer notre coeur et de nous maintenir en haleine. Les touches d'humour sont toujours aussi agréables.

La trame narrative évolue vite, fortement et bien. On sent que tout va s'accélérer et que les choses sérieuses vont commencer. Le combat s'annonce terrible et cela fait monter en nous l'adrénaline. Un beau tome de transition.

Les illustrations sont toujours d'aussi bonne qualité et agréables à regarder.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, ce nouveau tome de One Piece est une réussite qui nous transporte de nouveau dans un terrible combat qui nous fait vibrer. Un grand coup de coeur. 

Note : 18/20


Mimic Royal Princess tome 1

Fiche

Titre : Mimic Royal Princess
Genre : shôjo
Auteurs : Muzashino Zenko et Yukihiro Utako
Illustrateur : Yukihiro Utako
Editeur français : Doki-Doki
Date de parution : 7 janvier 2015
Nombre de tomes en France : 1 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 3 ( en cours )
Prix : 7,50 euros









Synopsis

Devenir princesse n'a rien d'un conte de fées... surtout pour un garçon !
 Il était une fois un pays gouverné par une reine où les femmes étaient respectées et les hommes méprisés. Jeune orphelin turbulent, Albert vit dans un petit port de pêche, jusqu'au jour où son destin prend un tournant radical. Se rendant en ville pour admirer les préparatifs de la célébration de l'anniversaire de Sa Majesté, il se fait enlever par une marchande d'esclaves qui le vend dans la foulée à un curieux aristocrate. Conduit au palais royal, débarrassé de ses vêtements et savonné de la tête aux pieds, Albert est alors présenté à la princesse royale... qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau ! Désormais, Albert sera le double de la Princesse Alexia, une mission à haut risque dans un pays rongé par les complots !

Avis

Jeu de dupe ! 

Ce nouveau shôjo des éditions Doki-Doki, aborde d'une manière originale et déconcertante les contes de fées et le thème des princesses. C'est assez surprenant et bourré d'humour. Tous les codes semblent voler en éclat pour nous offrir un univers qui ressemble aux contes de fée mais qui est complètement différent à la manière de Shrek. C'est assez fascinant et captivant et on se prend vite au jeu. L'intrigue ne saute pas aux yeux de suite et ne cesse de s'étoffer pour nous offrir de multiples surprises et un récit de plus en plus riche, complexe et donc intéressant.

On  peut voir ce manga sous deux aspects celui comique et celui des intrigues politiques. Ce mélange est bien équilibré ce qui évite de trop basculer d'un côté ou de l'autre. La force des émotions et des sentiments est présente et cela permet de ressentir ces derniers. Le conte de féee ne paraît pas si merveilleux que cela est laisse place à une sombre intrigue politique qui nous entraîne dans une autre facette de cet univers plus sombre, machiavélique et inquiétante.

La trame narrative est originale et plutôt intéressante à suivre. C'est distrayant, drôle et touchant. Un beau voyage dans un beau conte de fée qui renverse les conventions et les codes préétablis. Les personnages sont assez kawaii et attachants.

Les illustrations sont de bonnes qualité et plutôt bien faites. Le tout a beaucoup de détail et le trait de crayon est juste et fin. C'est agréable à regarder.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, ce tome 1 de Mimic Royal Princess, nous propose une bonne entrée en matière avec une série qui a du charme. Affaire à suivre de très près. 

Note : 15/20


A Silent Voice tome 1

Fiche

Titre : A Silent Voice
Genre : shônen
Auteur : Oima Yoshitoki
Illustrateur : Oima Yoshitoki
Editeur français : Ki-oon
Date de parution : 22 janvier 2015
Nombre de tomes en France : 1 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 7 ( terminée )
Prix : 6,60






Synopsis

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.
Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.
Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes... jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable...


Avis

Différent !

Ce nouveau shônen des éditions Ki-oon, est vraiment touchant et passionnant. Le thème abordé est connu de tous mais peu exploité dans les mangas du fait d'un certain tabou qui est ici brisé de manière vraiment habile et belle. Voir a quel point les gens peuvent souffrir mais aussi à quel point certaines personnes dépassent cela pour être encore plus merveilleuse est vraiment une riche idée qui bouleverse le coeur du lecteur. Personne ne peut rester insensible à cette histoire qui semble au début banale et sans beaucoup d'intérêt mais qui très vite devient passionnante et magnifique. Le scénario et les personnages ont vraiment été bien pensé, travaillé et le tout est riche et intense.

Au niveau de l'atmosphère, autant dire que comme vous l'aurez compris cette série est riche et chargée en émotions. Tout se base sur le ressenti des personnages et sur ce qui nous est transmis à travers le scénario et le dessin. Toutes les émotions sont présentes et certaines se mélangent parfois. C'est fort et percutant. On ne peut que fondre et laisser notre coeur s’imprégner de tout ce flot émotif.

La trame narrative est vraiment intense tout au long du tome et passionnante. On se prend d'une réelle affection pour ces personnages touchants et charismatiques d'un côté. Il s'agit d'une belle histoire chargée en émotions qui nous rappelle combien certaines personnes peuvent souffrir et combien même le quotidien d'une vie banale peut devenir un calvaire et changer du jour au lendemain. Une belle tranche de vie avec une pointe de morale qui nous fait prendre conscience de la souffrance de certaines personnes.

Les illustrations sont belles et bien travaillées. On ressent l'émotion à travers ces dernières.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, A Silent Voice est un petit bijou et une vraie claque au niveau manga. C'est un scénario excellent avec une vraie problématique de fond et des personnages attachants. C'est à découvrir d'urgence et c'est un gros coup de coeur.

Note : 20/20


Le Chef de Nobunaga tome 5

Fiche

Titre : Le Chef de Nobunaga
Genre : seinen
Auteur : Mitsuru Nishimura
Illustrateur : Takuro Kajikawa
Editeur français : Komikku
Date de parution : 4 décembre 2014
Nombre de tomes en France : 5 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 10 ( en cours )
Prix : 8,50 euros











Synopsis

Sur ordre de Nobunaga, Ken se rend dans la plus grande ville marchande du Japon de l’époque : Sakai.
Cependant, les riches commerçants de la ville ont beaucoup de rancœur envers Nobunaga et ne facilitent pas la tâche de notre chef.
Il apprendra également l’existence d’une cuisinière capable de réaliser d’étranges gâteaux au temple d’Ishiyama Honganji !
Dans ce volume, événements historiques et plats s’enchaînent à une vitesse vertigineuse !


Avis

La cuisine pour vivre !

Ce cinquième volume de la fabuleuse série : Le Chef de Nobunaga, nous propose toujours de suivre Ken dans son aventure mystique. Entre cuisine, guerre, complots et Histoire, on peut dire que chaque tome de cette série nous transporte, nous subjugue et nous passionne. Ici, l'étau se resserre pour notre ami qui une fois de plus va devoir faire des prouesses pour sauver sa vie. C'est donc un tome très intense et durant lequel on a beaucoup de sueurs froides que l'on a entre les mains. Les difficultés ne cessent de croître avec le temps et on se demande comment notre génie culinaire va pouvoir s'en sortir. A cela, s'ajoute l’avancée des événements historiques et les modifications qu’entraînent Ken malgré lui. 

L’atmosphère ici est assez inquiétante voir un peu pesante. Cela va de pair avec le complot qui se prépare et la tension due à la nouvelle épreuve. On a l'impression qu'à chaque moment tout peut basculer. Cela s'ajoute à l’atmosphère que l'on retrouve en toile de fond avec la guerre et tout ce qui a rapport au Japon médiéval de cette époque. C'est vraiment prenant et immersif.

La trame narrative évolue sur un bon rythme. Le tout ne cesse de monter en intensité et la pression ne diminue jamais. C'est vraiment passionnant et on reste suspendu à chaque page. Les aspects historiques et culinaires permettent de toujours en apprendre plus sur le Japon et cela donne beaucoup de charme à cette série.

Les illustrations sont toujours aussi belles, fines et bien travaillées. C'est toujours un travail impeccable qui rajoute du charme à la série.

L'édition est bien faite permettant une lecture fluide et agréable du tome.

En conclusion, ce cinquième tome de : Le Chef de Nobunaga est vraiment excellent et ne peut que séduire. Tous les ingrédients d'un bon manga sont là. C'est une belle réussite et un coup de coeur.

Note : 17/20


Toukiden : Kiwami

La série fera ses débuts sur PlayStation®4 et son retour sur PlayStation®Vita dès le 27 mars en Europe .

Koei Tecmo Europe annonce la sortie prochaine de ‘Toukiden: Kiwami’, actuellement en cours de développement pour les systèmes PlayStation®4 et PlayStation®Vita. Cette suite du titre très apprécié ‘Toukiden: the Age of Demons’ sera disponible en Europe à compter du 27 mars 2015



Dans le riche univers de Toukiden, des démons (les Oni) se sont toujours cachés dans les ténèbres pour tourmenter l'humanité. Au cours de l'histoire, une caste secrète de guerriers, les Slayers, a été formée afin d'éliminer la menace des démons avant qu'ils ne dévorent le monde. Toutefois, lors d'un événement appelé « l'Éveil », des failles sont apparues dans l’espace et le temps. C'est à travers ces failles que des lieux disparus depuis longtemps de la surface du monde ont refait surface, et ont amené avec eux des hordes de démons qui ont commencé à pourchasser sans relâche les humains. 
Ces démons ont le pouvoir de consumer les âmes de ceux qu'ils ont tués et d'emprisonner ainsi les esprits des héros les plus courageux afin d’augmenter leur taille et leur force. Grâce à ces âmes, les Oni peuvent se régénérer rapidement et seuls les Slayers ont été entraînés à les combattre. 
Alors que l'humanité est au bord de l'extinction, les Slayers ont ouvert leurs villages, les transformant en sanctuaires pour protéger ceux qui ont survécu, et ils forment la dernière ligne de défense contre l’horreur. 

L'histoire originale de Toukiden débute 8 ans après l'Éveil, et suit les traces d'un Slayer nouvellement formé qui arrive au village d'Utakata. Le rôle du joueur consiste à mener à bien de nombreuses missions, mais également à renforcer ses relations avec les autres combattants du village avant de combattre les plus grands des Oni afin de les renvoyer dans leur dimension (un plan mystérieux hors de l'espace et du temps) et de libérer les âmes des héros qu'ils ont capturées. 
En échange, quand les âmes sont libérées, elles s'associent au joueur pour lui conférer différentes compétences complémentaires pour ses armes. 

Profitant d'un univers inspiré de diverses époques historiques du Japon, ‘Toukiden: Kiwami’ prolonge l'histoire de ce dernier combat que mène l'humanité pour sa survie. Pour les débuts de la série sur le système PlayStation®4, ‘Kiwami’ reprend l'histoire depuis le début, afin de permettre aux nouveaux joueurs de se familiariser avec cet univers vaste et rempli de démons. Néanmoins, le jeu est au total presque deux fois plus long que le jeu original, et il permet aux fans de faire vivre à leur Slayer de nouvelles aventures qui débutent après la fin de l'épisode ‘Age of Demons’. 



Tout aussi époustouflant graphiquement que son prédécesseur, le jeu offre un outil de création de personnage particulièrement riche, un grand nombre d'armes - y compris des armes inédites - qui peuvent toutes être forgées et améliorées selon les préférences des joueurs, et près de 300 personnages inspirés de personnages célèbres ou mythiques de l'histoire japonaise, dont les âmes viennent soutenir les joueurs dans leurs combats contre leurs ennemis.

‘Toukiden: Kiwami’ proposera également un mode multijoueur complet. Le joueur est encouragé à aller affronter les plus puissants Oni au sein d'un groupe et, comme dans le précédent épisode, il pourra choisir différents personnages contrôlés par l'IA pour l'accompagner, ou mieux encore, profiter du mode multijoueur coopératif qui permet à quatre joueurs de s'associer pour aller vaincre les démons !

D'autres détails seront dévoilés dans les semaines à venir, mais Koei Tecmo dévoile d'ores et déjà plusieurs éléments à propos de Toukiden: Kiwami, dans une bande-annonce de cinq minutes qui présente certains des nouveaux personnages, de nouveaux types de démons et de nouveaux types d'armes, en plus d'introduire les événements qui seront décrits durant l'aventure. 

Hatsune Miku : Project Mirai DX

SEGA® of America, Inc. et SEGA® Europe, Ltd. annoncent qu'Hatsune Miku: Project Mirai DX™, un jeu de rythme en 3D spécialement développé pour la console portable Nintendo 3DS™, sera disponible dans les magasins dès le 26 mai 2015 en Amérique du Nord, le 28 mai au Japon et en Corée, et le 29 mai en Europe



Créé en collaboration avec Good Smile Company, une société japonaise très connue pour ses figurines, Hatsune Miku: Project Mirai DX met en scène Miku et ses amis sous leur aspect de figurine Nendoroid. SEGA diffusera ultérieurement des informations concernant les programmes de précommande.



Hatsune Miku: Project Mirai DX comprendra 48 des chansons préférées des fans en version longue, ainsi que plusieurs modes et styles de jeu. Les modes de jeu comprendront aussi bien le « Touch Mode » que le « Button Mode », avec chacun plusieurs niveaux de difficulté et de nombreuses options de personnalisation. Les joueurs pourront définir la difficulté via des défis et des objets d'aide, changer les indicateurs de timing et les icônes d'objectif, mais aussi changer les voix dans certaines chansons. Il sera également possible pour les joueurs de regarder leurs vidéos préférées et d'ajouter des commentaires déroulants dans le Mirai Theater, de créer des chorégraphies uniques dans le Dance Studio, et de composer leurs propres chansons dans My Tune. Le jeu intégrera des Cartes de joueur personnalisées, qui pourront être partagées avec le reste de la communauté via StreetPass, et gardées à jour avec SpotPass.





Rencontre avec Midori Yamato lors de la 18ème édition de Paris Manga

Lors de la 18ème édition de Paris Manga, j'ai pu rencontrer la character designer de Fairy Tail : Midori Yamato.

C'est lors d'une table ronde avec d'autres médias que j'ai pu lui poser quelques questions.










Voici la table ronde :

- Comment avez-vous décidé de devenir character desingner ?

Quand j'étais au collège je voulais devenir mangaka, au lycée je suis partie sur autre chose, j'avais même trouver un travail que j'ai arrêté au bout de quelques années. C'est à ce moment que j'ai vu la première saison de Fullmetal Alchemist à la télévision et j'ai été ébloui par la qualité de cet anime. C'est là que je me suis dit que je voulais travailler dans le monde de l'animation.
Normalement pour devenir character desingner, on doit passer par l'étape de directeur de l'animation après avoir été animateur clé. J'étais animateur clé sur Michiko & Hatchin et Fullmetal Alchemist à l'époque et c'est le réalisateur de Fairy Tail  qui m'a demandé de devenir character designer.

- Pouvez-vous nous expliquer votre métier de character designer ?

C'est de rendre le plus facile à animer des dessins. C'est transformer en simplifiant pour permettre l'animation de ces dessins.

- Quand vous effectuez une modification, est-elle personnelle ou nécessaire ?

J'ai été un peu peinée car je trouve qu'à cause de mon manque de technique, je n'ai pas réussi a être aussi proche que ce que j'aurai voulu du manga originel.

- Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur Fairy Tail ?

Cela a fait suite à une audition interne à laquelle j'ai postulé suite à la demande du producteur de Final Fantasy VII pour lequel j'étais déjà character desingner. Ce dernier est aussi le réalisateur de Fairy Tail.

- Comment s'effectue votre travail avec Mashima Hiro ?

Il s'est développé en deux partie : il a donné des fiches sur certains personnages avec des croquis et des explications. Par la suite des correctifs ont été fait sur les poitrines et les jambes.

- Est-ce que travailler sur ces énormes poitrines a été une épreuve pour vous ou avez-vous trouvé cela amusant ?

J'avais travaillé sur des gros seins mais je ne savais pas comment il fallait les équilibrer. J'ai donc demandé conseil à ma manager qui m'a conseillé pour bien les faire évoluer comme il faut dans ce domaine. Je travaille actuellement comme directrice d'animation pour Ikktousen et maintenant je n'ai plus de problème pour dessiner les gros seins.

- Vous avez travaillé sur beaucoup d'OAV de Fairy Tail, avez-vous eu plus de liberté sur ces derniers ?

On avait déjà une bonne base donc le travail a été plutôt simple.

- Quel est votre personnage préféré de Fairy Tail ?

C'est Zara, il a la classe et c'est un beau mec, il a une beau visage.

- Comment trouvez-vous le nouvel anime de Fairy Tail ?

Je le trouve encore plus proche du manga, il est encore plus shônen que ce que nous avons pu faire nous à l'époque avec un design très proche.

- Avec quel personnage de Fairy Tail, avez-vous le plus de difficultés ?

Lucy a été le plus difficile à dessiner alors que c'est un personnage que j'adore.

- Avez-vous d'autres projets ?

Actuellement, je travaille comme directrice d'animation sur Ikkitousen et sur un autre projet qui n'a pas encore été dévoilé mais dans lequel, je suis character designer.

- Quels sont vos impression suite au succès de Fairy Tail en France et sur votre venue à Paris Manga ?

La première fois que j'ai pris conscience de la popularité de Fairy Tail en France, c'était en 2011, lorsque qu'il a reçu le Japan Awards du meilleur shônen. Ce fut une grande surprise et un grand honneur.
Je suis tellement contente de ma venue ici que je n'arrive pas à exprimer d'autres mots que : je suis contente.



Je remercie beaucoup Midori Yamato d'avoir répondu aux questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew son agent de liaison et traducteur ainsi que A1-Pictures et Satelight et aussi le staff de Paris Manga qui m'ont permis d'assister à cette table ronde.

Rencontre avec Chihiro Tamaki lors de la 18ème édition de Paris Manga

Lors de la 18ème édition de Paris Manga, j'ai pu rencontrer la mangaka : Chihiro Tamaki qui lors d'une table ronde avec Le Journal du Japon a bien voulu répondre à quelques questions.















La table ronde :

- Pouvez-vous vous présenter et nous dire quelles sont vos influences ?

Je m'appelle Tamaki et je suis une mangaka japonaise.
A la base, je n'ai pas qu'une seule influence mais je pense tout de suite à une femme qui dessinait des mangas pour homme : Takachi.

- Pour vos deux mangas, avez-vous trouvé l'inspiration dans des faits réels ou est-ce totalement imaginaire ?

Il est plus facile de construire une histoire une histoire autour d'une dualité, rivalité autour de complexe. C'est pour cela que j'ai utilisé des complexes pour construire mes histoires autour de ces derniers.

- Vous êtes une femme forte avez-vous cette force en vous ou est-elle venue en écrivant ?

Je ne suis pas une femme aussi forte que cela. C'est juste une image.

- Quel est votre processus de création ?

En premier, je crée les personnages puis leur personnalité, ensuite les relations entre eux et enfin l'histoire.

- Le fait d'avoir fait autant de manga différents, cela vous a-t-il appris quelque chose sur vous ou sur votre métier ?

Ce n'est pas impossible car cela fait 13 ans que je suis dans ce métier. Les premières années, j'ai un peu tourné autour du pot, je ne savais pas trop ce que je faisais.

- Pouvez-vous nous parler de vos différentes collaboration ?

Le premier scénariste avec qui j'ai travaillé a refusé 15 personnes, ce qui embêtait beaucoup l'éditeur et c'est par dépit que l'éditeur a montré son manga et le scénariste a fait : c'est ça que je veux. On s'entendait très bien et on avait la possibilité de travailler facilement ensemble.

- Malgré le fait que les histoires abordent des thèmes dures, il y a une sorte de positivité, est-ce un message ?

Il y a beaucoup de gens complexés au Japon, c'est évident que je m'en suis inspiré pour écrire et pour leur dire que l'on peut sortir de ses complexes.

- Avez-vous un thème préféré ?

Je ne supporte pas les histoires d'amour, ensuite le sport, je préfère car c'est plus facile : les histoires sentimentales. J'adore lire tout ce qui est du style : horreur.

- De plus en plus de femmes au Japon, contribue au style shônen, qu'en pensez-vous ?

Je pense que c'est une bonne chose car les femmes vont avoir plus d'aisance à écrire tout ce qui est en rapport avec les sentiments.

- La mode est-elle un milieu qui vous attire ?

J'aime beaucoup la mode et ce qui tourne autour.

- Vous revenez en France, est-ce rare pour un mangaka de venir autant en France ? Y-a-t-il une raison particulière à cela ?

Shozaki est déjà venu quatre fois. Autour de moi, cela est assez rare de ce fait je prends cela comme un très grand honneur. J'ai un petit rêve, se serait de faire une vraie BD essayiste en France.

- Comment percevez-vous le fait que le manga devient de plus en plus international ?

J'ai envie que cela augmente encore plus.

- Quels sont vos futurs projets ?

Je publie une série comique en ce moment.



Je remercie beaucoup Chihiro Tamaki d'avoir répondu aux questions. Je remercie également, Emmanuel Bochew son agent et traducteur  ainsi que le staff de Paris Manga qui m'a permis d'assister à cette table ronde.

- Copyright © La folie des mangas - Designed by Rei Design - @Reichous -