jeudi, mars 30, 2017

Posted by : Loïc Poupou jeudi, mars 30, 2017

À la rencontre de NHK WORLD TV revient à la Maison de la culture du Japon à Paris avec deux documentaires primés Mercredi 12 avril 2017, NHK World TV, la chaine en anglais diffusée 24h/24 du diffuseur public japonais NHK, présentera deux documentaires à Paris pour une soirée de projection « À la rencontre de NHK World TV » à la Maison de la culture du Japon à Paris.
What you Taught Me About My Son est un documentaire primé au sujet d’un garçon japonais atteint sévèrement de TSA (Troubles du Spectre Autistique) qui a écrit, épaulé par l’auteur britannique acclamé David Mitchell (Cloud Atlas), un livre sincère et extraordinaire sur le fait de vivre avec cette condition.
Never-Ending Man: Hayao Miyazaki suit le maestro de l’animation japonaise et co-fondateur du Studio Ghibli sortir de sa retraite pour réaliser son premier film en 3D. Il s’agit d’une rare opportunité de voir la première projection publique en France du Director’s Cut du film.
À la rencontre NHK World TV
Première séance: 18:30, What You Taught Me About My Son
Deuxième séance: 20:30,
Never-Ending Man: Hayao Miyazaki
Films en japonais avec une voix off et/ou des sous-titres en anglais.
Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles. Réservation des billets sur ww.mcjp.fr.


What You Taught Me About My Son (59 min) Ce que tu m’as appris sur mon fils

En 2007, un garçon de 13 ans, Naoki Higashida a écrit un essai appelé Sais-tu pourquoi je saute? Naoki, atteint sévèrement de TSA (Troubles du Spectre Autistique), nous offre avec son livre une remarquable incursion dans son monde intérieur, défiant ainsi les idées reçues.
Le livre a été découvert par le romancier anglais David Mitchell (Cloud Atlas) qui a eu l’impression que son fils, également atteint de TSA, lui parlait à travers les mots de Naoki. David a traduit le livre en anglais pour aider les autres familles vivant avec le TSA – il est devenu un best-seller international, vendu dans plus de 30 pays. What you taught me about my
son suit un voyage de David au Japon où il a rencontré pour la première fois, Naoki.

Au fil de leur amitié grandissante, nous rencontrons autour du monde d’autres parents avec des enfants atteints de ce trouble et découvrons comment leurs relations ont été transformées par les extraordinaires mots de Naoki.
« Pour Naoki, penser et écrire c’est la même chose. C’est très mystérieux et miraculeux de voir son énergie et son dynamisme pour produire chaque mot depuis son monde intérieur qui ressemble à une source intarissable. Tout au long des 6 mois que j’ai passé avec Naoki, je ne pouvais pas l’aider mais je ressentais qu’il était en train de donner vie à des phrases et qu’il devenait l’espoir pour de nombreuses familles avec des enfants atteints d’autisme à travers le monde. » Takuya Maruyama, réalisateur Takuya Maruyama, réalisateur du film, sera présent après la projection pour la séance de questions-réponses.

Never-Ending Man: Hayao Miyazaki (70min)

L’homme sans fin : Hayao Miyazaki
En 2013, Hayao Miyazaki, le réalisateur de film d’animation oscarisé, annonça soudainement sa retraite à l’âge de 72 ans. Mais après avoir rencontré des jeunes artistes spécialistes de la 3D, le réalisateur du Voyage de Chihiro a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure artistique. Filmé pendant plus de deux ans, ce documentaire est un portrait sincère et intimiste de Miyazaki alors qu’il confronte son art pour la première fois à la 3D. Miyazaki - qui croit que le dessin à la main est un geste fondamental de l’animation – a relevé de nombreux défis et le film a même été menacé d’être annulé. Never Ending Man est une opportunité rare de voir l’un des plus célèbres cinéastes au travail. Cette version longue du documentaire est présentée pour la première fois en France.
« J’ai suivi Miyazaki de près pendant une période de 10 ans. Pendant sa retraite, il a vécu une vie calme et solitaire, mais quand j’ai lui ai rendu visite en janvier 2015, il parlait de faire un court-métrage d’animation intitulé Kemushi no Boro (Boro la Chenille). C’est l’étincelle qui a guidé le tournage de ce documentaire. Dans un premier temps, il a juste retravaillé les images des artistes 3D, mais très vite, il a réalisé que ce n’était pas assez bon et il a décidé de les redessiner lui-même. Puis l’étincelle est repartie et le Miyasaki passionné de ses débuts est réapparu. Il m’a fait réalisé que si la passion vous anime, être âgé importe peu, vous pouvez tout accomplir. » Kaku Arakawa, réalisateur

Source : NHK World TV

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -