lundi, avril 17, 2017

Posted by : Rimshoux Momoi lundi, avril 17, 2017

Lors du Salon du Livre de Paris j'ai pu rencontrer l'auteur de Portraits de Delhi aux Editions Hikari : Moragne Belloir.


















Voici l'interview : 

- Pouvez vous vous présentez et présentez le parcours qui vous a mener à faire un ouvrage de cette forme la ?

Je m'appelle Morgane Belloir, je suis journaliste pour la télévision française et il y a quatre ans maintenant, j'ai eu envie d'un peu tout lâcher pour aller découvrir un peu autre chose que la France. J'ai décidé d'aller m'installer en Inde, que je ne connaissais pas du tout à la base, pour y être correspondante en free-lance pour France télé et surtout pour  être la correspondante de RTL là-bas. J'ai découvert l'Inde, je me suis installée à New-Delhi, une ville avec laquelle je me suis très vite rapprochée. J'ai continue mon travail de journaliste là-bas, puis après j'ai entendu parler d'Hikari et je suis entrée en contact avec l'éditeur. Petit à petit, on s'est dit qu'on ferait bien un portrait de Delhi. Cela m'a permis de rencontrer pleins de gens de différents milieux sociaux.

- Est ce qu'on peut parler d'un ouvrage plutôt descriptif qui va nous décrire l'Inde d'une manière neutre ou plutôt un ouvrage un peu biographique avec ce que vous avez vécu ?

C'est un ouvrage assez subjectif. À chaque fois vous avez une dizaine d'habitants qui vous présente la ville à travers leurs vies. Donc vous avez leurs anecdotes et vous découvrez un lieu à travers leurs anecdotes personnelles. Vous découvrez et plongez vraiment dans cette ville. Après ils vous donnent leurs adresses préférées. L'idée ce n'est pas d'avoir le plus d'adresses possibles mais vraiment juste mettre l'adresse préférée des personnes.

- Votre livre a-t-il pu recouvrir toutes les castes ?

Comme il y a plus d'un milliards d'habitants, évidemment je n'ai pas pu tout couvrir mais l'idée c'est vraiment cela. J'avais vraiment à coeur d'être assez représentative. Donc je pense qu'on a pas trop mal réussi avec Les portraits de Delhi parce que vous avez un chauffeur de rickshaw, vous avez une maid qui travaille pour les expatriés, vous avez des gens qui sont d'un milieu vraiment  beaucoup plus élevé. Vous avez différentes catégories donc je pense que cela est assez vaste. Cela vous permet quand même d'avoir un regard différent sur cette ville, autant au niveau de la vie des gens qu'au niveau des adresses. Par exemple, les personnes qui ont moins les moyens ils vont forcément dans des endroits où c'est moins cher et c'est aussi tout l'intérêt.

- Du coup, si je suis la logique du livre en faite chaque chapitre du livre est un portrait. Ce qui veut dire qu'on peut limite lire le dernier portrait et revenir sur le premier ?

Oui, voila.  Par exemple vous pouvez aussi, s'il y a un portrait qui ne vous plait pas du tout pour quelque chose et que vous avez décidé même d'en lire juste un ou deux et de voir la ville qu'avec ces deux portraits. cela va peut être faire plus écho à qui vous êtes, c'est intéressant de tous les lire pour avoir différents regards. Certainement, il y en a certains qui vous marquerons plus que d'autres et que vous avez envie de découvrir plus.

- Cela vous a pris combien de temps ?

Après comme chaque auteur vis vraiment dans la ville on est quand même baigné dans toute la culture et qui nous permet d'acquérir des connaissances. C'est à peu près trois mois à temps plein pour faire la sélection, sélectionner toutes les personnes qui seront dans le livre officiel. Puis faire des interviews avec elles, c'est un gros travail. Donc c'est à peu près trois mois à temps plein, pour réussir à le sortir, juste pour la partie écriture puis ensuite il y a toute la partie édition.

- Est ce que vous pensez faire d'autres portraits par la suite ?

Généralement mais sa dépend, quand un livre marche bien il y a une nouvelle édition. Le mien vient juste de paraître donc on va voir comment cela marche mais si vraiment ça marche bien on fera une deuxième édition avec d'autres portraits .puis un nouveau design ainsi que de nouveaux regard. Après ce que je pense d'intéressant à Delhi c'est que l'Inde fait un peu peur aux gens et là vous êtes vraiment pris par la main par les traits des habitants et je pense que c'est un peu plus simple car ils décodent la ville avec vous. C'est une présence qui est avec vous quand vous découvrez cette ville qui vous aide à être moins effrayé par tout ce brouhaha...

- Justement on parle de ce choc culturel, ce sont des pays où le choc culturel est plus violent à ce qu'il paraît, est-ce que vous l'avez vraiment ressenti aussi quand vous vous êtes installé ?

Pas tellement, je m'y étais préparée, je pense que l'Inde plus que d'autres pays demande une préparation. C'est bien de lire un peu sur l'Inde pour moins être surpris et pour que ce choc soit moins grand aussi. C'est sur que c'est extrêmement différent de chez nous mais c'est ce qui fait aussi tout l'intérêt de ce pays. En faite cela m'a amusée. C'est tellement différents de notre quotidien qui nous nous avec notre regard de français cela nous paraît complètement surréaliste. Je pense qu'il faut essayer de se préparer un peu, de lire un petit peu pour décoder certaines choses et au moins être moins agressé. Vous savez des fois cela peut aussi être un peu agressif.

- On sait qu'il y a le nord de l'Inde et le sud de l'Inde et que c'est très différent. Est ce que vous, vous avez pu déjà constatez ces différences en voyageant dans le pays ?

 Oui

- Pourquoi avoir choisi New Delhi ?

J'ai choisis Delhi parce que c'était la capitale et que donc vous avez toutes les grosses institutions. En tant que journaliste, déjà il y avait une concentration de médias avec lesquelles j'avais travaillé. Mais c'est vrai qu'en tant que journaliste c'est plus facile d'être dans la capitale, c'est comme cela que le choix s'est fait. Une fois encore, je ne connaissais pas du tout et après bon c'est vrai que c'est un pays qui est énorme, cinq fois la France. Donc forcément c'est très différent même s'il y a une culture commune, il y a énormément de langues, de dialectes différents. Si vous allez dans le sud c'est beaucoup plus éduqué que dans le nord donc vous ressentez aussi souvent enfin les étrangers et les voyageurs sont plus à l'aise au sud. L'Inde du nord a un côté beaucoup plus traditionnel et conservateur mais qui vous donne aussi une autre facette de l'Inde, qui est toute aussi intéressante. Avec dans chaque état des monuments incroyables à visiter, une culture incroyable à découvrir à chaque fois. C'est vraiment un pays très très riche, chaque petit état est un pays selon moi. On pourrait prendre, je ne sais pas, deux ou trois semaines pour visiter chaque état.

- En faite comme vous êtes journaliste et que vous êtes en même temps habitant. Vous en tant qu'habitant est ce que vous pensez qu'il y a une sorte de contradiction finalement entre le fait de ce que vous voyez en tant que journaliste et ce que vous voyez en tant qu'habitants ?

Selon l'actualité, il y a des tendances à montrer plus par exemple, sur tout ce qui est les femmes, à montrer  et à insister sur des phénomènes. Donc du coup vous quand vous allez être à votre dixième reportage sur cela, vous vous dites bon c'est bon, l'Inde c'est pas que ça. Si vous prenez par exemple médias français, ils parlent quand même un petit peu de l'Inde. Vous avez aussi pleins de documentaires de voyage qui montre de manière plus positive l'Inde. Puis après c'est à nous aussi de proposer des choses qui nous paraisse réaliste avec le pays. J'ai eu l'impression d'être quand même assez fidèle. Puis après il faut aussi savoir dire au rédacteur que non l'Inde ce n'est pas que cela et en parler aussi différemment.

Je remercie beaucoup Morgane Belloir d'avoir répondu à mes questions et les éditions Hikari qui m'ont permises de faire cette interview. 

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -