dimanche, juin 11, 2017

Posted by : Rimshoux Momoi dimanche, juin 11, 2017

Lors de la dernière édition du Salon du Livre de Paris, j'ai pu rencontrer sur le stand Hikari Editions, l'auteure coréenne : Minju Song qui présentait son livre : Portraits de Séoul.

















Voici l'interview : 

- Pouvez vous décrire votre oeuvre et le parcours qui vous a mené à être écrivaine ?

J'ai vécu à Séoul jusqu'à l'âge de 24 ans. Ensuite, j'ai commencée à apprendre le français à 20 ans, je me suis dit que pour pratiquer le français, il faudrait que je travaille en français. C'est ainsi que j'ai rencontré des journalistes français qui étaient basés à Séoul et ensuite j'ai connu Hikari presse. En faite c'était au début une agence de presse, j'ai travaillée avec Hikari pour des télévisions françaises, comme Arte, Canal+, etc... et après ils ont monté la maison d'édition. C'est à ce moment là que j'ai travaillé avec eux comme auteur et puis comme Anthony était à Séoul, il m'a dit qu'il voudrait faire un livre avec moi sur la Corée du sud.

- Vous parlez de Séoul avec un système de portraits, comment avez vous sélectionné ces portraits ?

L'idée de départ c'était vraiment de choisir des gens qui ont une histoire intéressantes à raconter. Pas toujours une histoire joyeuse, qui raconte tout ce qu'il c'est passé de bien à Séoul parce qu'on a déjà entendu. La Kpop, Samsung tout sa on connaît déjà. Au début mon intention était de montrer la vie enfin la vraie vie à Séoul. Donc au lieu d'aller rencontrer des idoles de Kpop, j'ai interviewer des gens plus indépendant. Pour des manga aussi j'ai rencontrer un illustratrice coréenne et qui a fait des études en France. Donc justement elle avait un regard très intéressant sur son pays après son aller retour en France. En fait chacun à son avis, il y a des personnes qui le vivent très bien en Corée du sud et d'autres moins bien. A travers sa je voulais vraiment toutes les facettes de la ville de Séoul parce que c'est une très grande ville, dans le livre il y a aussi mon regard qui est présent.

- En tant que coréenne qui est venu en France, on voit en ce moment qu'il y a une partie de la culture coréenne qui est très mise en avant en France, très publicité. Quel est votre regard sur cela justement ?

Au début, j'étais vraiment complètement à côté parce que je ne connais pas vraiment la Kpop, je ne regarde pas vraiment les séries télévisés. À force qu'en France en rencontrant des personnes qui viennent me voir pour me montrer leur intérêt pour la Corée parce que je suis coréenne. Je trouve sa pas mal chouette et sa me permets de pouvoir échanger justement sur la culture coréenne. Je donne de temps en temps des cours de coréen au lycée français, ici et c'est un très bon intermédiaire pour parler français. À travers les chansons de Kpop par exemple, je leur apprends le coréen, les expressions coréenne.

- Combien de temps cela vous a-t-il pris pour écrire ce livre ?

Cela m'a pris beaucoup de temps pour écrire et parce que je faisais d'autres choses à côté.  On faisait des entretiens à l'échelle d'un an. Chaque entretien prenait 1 à 3 heures pas plus, ensuite on regroupais tout sa pour écrire, sa nous a pris 2 mois.

- Est-ce que vous avez du faire des adaptations par rapport à ce qu'il vous a était dit ou vous faisiez vraiment telle qu'elle ?

Les adaptations cela dépend des personnages en faite, il y a certaines expressions coréenne dont j'ai dû faire des adaptations pour que l'on puisse comprendre ce qu'elles voulaient dire. Par contre pour les personnages qui n'utilise pas d'expressions particulières on a pas fait d'adaptation.

- Est ce qu'en tant que coréenne arriver en France vous avez ressenti un choc ?

Oui mais c'était pas si violent que sa, ce qui m'a vraiment choquer c'est les relations humaines, Anthony travaille à Lille et il y avait des étudiantes coréennes qui lui ont offert une carte de remerciements. Il a lu et il était un peu choqué parce que c'était vraiment trop gentil par rapport à ce qu'on pourrait attendre des étudiants français. C'est vrai que la relation entre certaines personnes qui chacun statut c'est pas pareil. Pour moi c'est vraiment une étape parce que je ne sais pas à quel point je dois être gentil, c'était pas évident au début pour moi. Des fois j'ai l'impression de parler trop, que je suis trop près et que peut être que je dois m'éloigner un peu plus ou peut être que des fois je suis trop réservée. C'est vraiment une étape parce que je dois voir comment les autres font pour apprendre à vivre.

Je remercie beaucoup Minju Song qui a bien voulu répondre à mes questions et Hikari Editions qui m'a permis de faire cette interview

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -