dimanche, août 06, 2017

Posted by : Loïc Poupou dimanche, août 06, 2017

Cet article va servir de présentation assez rapide et succincte sur le Koweït pour donner un aperçu de ce pays d'Asie.




En effet, ce dernier même si on le dit du Moyen-Orient appartient au continent asiatique et c'est pour cela que j'en parle ici.

Cet article a pu se faire grâce aux livres du Centre d'études et de recherches sur le Koweït que je remercie.



Tout d'abord il faut savoir que les frontières de ce pays sont toujours sujet à débats mais que ces dernières sont enregistrées dans des documents, cartes et conventions connus et mondialement agréés. Ces documents remontent à des périodes se situant bien avant la naissance de l'Irak en tant qu'état indépendant. 



Le Koweit est une région qui donne sur la côte du nord du Golfe Arabe et qui n'a cessé pendant environ 3 siècles ( 1712 - 1992 ) d'exister en tant qu'entité distincte gardant son autonomie dans toutes les circonstances et en dépit de tous les changements.

Le Koweït,  en forme longue l'Émirat du Koweït, est un État situé au Moyen-Orient, au nord de la péninsule Arabique, sur le golfe Persique. Il a pour voisins l'Arabie saoudite et l'Irak et son indépendance a été proclamée le .
Le Koweït est un important producteur de pétrole et est membre de l'OPEP. La capital de Koweït est la ville de Koweït. Le pays ne compte aucune rivière ni aucun lac ; sa seule source d'eau est le golfe Persique.
Cette entité distincte entretenait des rapports clairs avec l'Etat Ottoman dont l'influence s'étendait sur toutes les terres irakiennes. Ces rapports se limitant à un lien religieux avec l'Islam. C'est ce qui liait les pays musulmans au Caliphat ottoman. Il n'y avait aucune présence ottomane su Koweit et il n'y avait non plus aucune forme de suzeraineté ou de dépendance politique entre les deux pays.

Le pays bien que très aride abrite une biodiversité spécifique à la zone biogéographique. Il est situé en outre sur un axe majeur de migration aviaire (corridor biologique).


Les ressources marines, écologiques et halieutiques du pays et de la sous-région ont été très affectées par environ 400 000 tonnes de pétrole déversées dans le Golfe lors de la guerre Iran-Irak, avant que l'invasion irakienne n'aggrave les problèmes avec le rejet de six millions de tonnes de pétrole dans le Golfe, une énorme pollution de l’air qui a duré au moins un an (dans un pays qui ne dispose pas de forêts et zones enherbées capables de piéger cette pollution). Selon les chiffres disponibles en 2003, les sols ont été pollués (environ 40 millions de tonnes de sable pollués).
Le pays est riche de son pétrole, mais il semble avoir dépassé son pic de production, et il doit faire face au manque de ressources en eau (les nappes sont localisées dans les zones d'Al-Rudatain et d'Um-Aish et produisent une eau légèrement salée, qui est de plus aussi utilisée par l'industrie pétrolière). Coupée d'eau distillée, elle alimente le réseau d'eau potable, avec l'eau de dessalinisation. La nappe diminue, malgré les 1,5 milliard de litres par an produit par dessalage d'eau de mer, alors que la consommation augmente de 7 % par an, avec localement, un certain gaspillage (piscines, arrosage de jardins de loisirs). En 2003, il n'y avait que trois grandes stations d'épuration à Al-Ardiya (80 000 m3 par jour), Al-Riqa (150 000 m3 par jour) et à Al-Jahra (80 000 m3 par jour) ; ne traitant qu'une part des près de 600 millions de litres d’eau douce consommés quotidiennement (⇒ 405 milliards de litres d’eaux usées par an).
Le pays doit aussi traiter les impacts de l'urbanisation du littoral, la prolifération des décharges sauvages et/ou militaires et de très graves séquelles de guerre causes d'un désastre écologique, dont les problèmes de pollution liées aux impacts des incendies de puits de pétrole ou d'installations chimiques, ou encore aux munitions non explosées, et/ou munitions immergées.
Les déchets industriels dangereux ne sont pas en reste (80 000 tonnes par an vers 2000/2002 selon le Kuwait Institute for Scientific Research), provenant essentiellement de l'industrie pétrolière et chimique, auxquels il faut ajouter 1 742 688 t par an de déchets industriels solides (dont 697 724 t semi-solides).
Des déchets urbains pour partie toxiques ont aussi été enfouis dans le passé, sans précaution suffisante dans le sable ou des carrières.
En 2016, la population du Koweït est estimée à 4,1 millions d'habitants. Avant 1650, le pays était pratiquement inhabité. Vers 1715, il avait environ 2500 habitants, dont une grande partie venaient de Bassorah et Dharan depuis une période récente (à partir de 1685).
À partir de la fin des années 1930, et l'exploitation des puits de pétrole, la population ne cesse de croître.
57 % des habitants du Koweït sont des Arabes (parmi lesquels on retrouve beaucoup d'Égyptiens et de Libanais). Le reste de la population comprend des Indiens, Pakistanais et des Philippins.

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -