samedi, novembre 11, 2017

Posted by : Rimshoux Momoi samedi, novembre 11, 2017

Lors de la dernière édition de Japan Expo nous avons pu rencontrer la responsable d'Hâpy Collection qui nous a présenté cette maisons d'édition.
















Voici l'interview : 

- Pouvez-vous présentez Hâpy Collection ? 

Je vais commencer par parler de l'historique.

En faite, j'avais publié Ecoute Sacha pourquoi Sacha parce que mon fils s'appelle Alexandre et que Sacha c'est le diminutif d'Alexandre en russe.
En 2002,  j'avais illustré maladroitement, en faite, je travaille avec l'Asie depuis plusieurs années.
Cela fait deux, trois ans que je travaille avec des artistes très pointu dans la 3D, par exemple.
Je suis très très fan des manga depuis les années 80, là ou c'était pas encore à la mode, les vrais débuts, avec mon fils d'ailleurs.
Bien plus tard, je me suis dit qu'il y a quelque chose à faire avec ce livre et donc j'ai travaillé avec une équipe d'artistes en Asie.
On l'a ré-illustré,  cela nous a pris presque un an, de ré-illustré tout ça.
Je suis partie avec une idée, un concept que je considère originale, c'est que l'on est à même de personnaliser le livre.
C'est-à-dire que les parents télécharge la photo de leur enfant sur le site.
Avec le visage de l'enfant, son prénom et son âge, cela change, ce n'est plus Ecoute Sacha, ça devient Ecoute Maeva, Ecoute Nadia, Ecoute Thomas.
Voilà donc ce que l'on peut faire avec le personnage, ensuite toutes les scènes du livre sont customisées.
Suivant si c'est un garçon ou une fille la couleur des vêtements change, la couleur des yeux, le type etc...
Cela nous a pris beaucoup de temps, donc du coup, toutes les scènes sont avec le petit héro.
Tout est customisé, il y a plus de 1500 scènes déclinées, avec les petits détails, cheveux longs, cheveux courts, mi-longs, couettes, nattes.
Cela a été un travail de malade mais on s'est bien amusé.
Evidemment, à l'intérieur il y a deux histoires dans ce produit d'appel, il y a une histoire qui est autour des animaux.
On les a illustré un peu de façon vieux Disney c'est un peu un hommage.
C'est vrai que moi, c'est un peu ma génération, il y avait un petit côté nostalgie, donc voilà on est partie sur cette idée la, ce concept là.
Un petit clin d'oeil hommage avec bien sur à proprement parlé nos personnages, mes personnages à moi.
Puis, la deuxième histoire qui elle est plus illustrée de façon manga traditionnel, en tout cas où on a fait un mixte.
Cette histoire-ci se passe en Bretagne, donc j'appelle sa le manga-livre, c'est-à-dire le manga français.
Pour y mettre un petit côté français, on a bien travaillé sur les illustrations tous ensemble.
Ils étaient quand même cinq à travailler dessus, pour illustrer les textes, on les a traduits en anglais, en japonais.
Chaque histoire, en faite, pour moi véhicule des leçons, c'est un peu à l'ancienne école.
L'idée c'est aussi de donner du contenu, un peu aussi comme font les japonais aussi.
Du contenu de moralisation, des vertus de courage, qu'il faut croire en ses rêves, qu'il faut croire en soit même.
Si personne ne croît en toi, en fait, continu dans ta voie, persévère, voilà.
Donc, on a bien bien travaillé, sur ce conte la c'est une petite fille qu'il arrive des aventures dans l'océan.
Voilà, donc ça c'est Ecoute Sacha refait et donc il est customiser.
A l'origine, il y a les quatre histoires dans le livre mais je les ai séparés.
Du coup, il y a une version Ecoute Sacha, il y a Bastien le peintre pour les plus grands.
Dans ce livre on parle de la différence entre la passion et le véritable amour.

- Est-ce que Bastien le peintre est un shôjo ?

A vrai dire, je ne sais pas.
Pour vous donner le contenu, c'est un peintre qui découvre une chatte magnifique, il en devient fou.
Il la peint et en fait, il ne parle plus à sa voisine et il s'avère que la chatte est magique.
Elle peut se transformer en femme idéale et qui lui dit : "Je peux réaliser tes vœux mais si tu me trahis, je disparaîtrais."
Du coup, elle réalise tout ses désirs, il devient très riche, sauf qu'il se lasse d'elle, c'est un peu la vie.
Il se lasse car il tout, puis, il l'a trompe avec une autre femme.
Donc, elle disparaît, elle est très en colère et il perd tout.
Il passe un peu par un deuil car il perd l'amour, la passion, c'est que l'on s'est perdu soit même.
C'est un peu pour expliquer que voilà, il passe aussi par quelque chose de difficile.
Donc, elle savent à huit ou dix ans ce qu'est une peine d'amour.
Sauf que voilà, sa petite voisine se dit mais qu'est ce qu'il se passe.
Elle le découvre malade, elle prend soin de lui, c'est le réveil, il est guéri.
Il se dit que cette fille, elle est formidable, l'amour c'est quelque chose dans la douceur, dans la bienveillance.
Ce n'est pas dans le physique, il se rend donc compte qu'elle prend soin de lui, elle est douce, bienveillante.
Donc, il s'installe ensemble, à la fin un petit clin d'oeil.
Un matin, il y a une chatte qui est entrée chez eux et elle a fait ces petits dans un panier.
Donc la nouvelle femme de Bastien lui dit : "Tiens, il y a un chaton qui a la même couleur d'yeux que toi."

Celui-ci, c'est un peu particulier, Ombeline et le pays des rêves, c'est plus une petite histoire pour les petites filles, à partir de huit ans.
C'était plus dans l'esprit que j'ai fait, pas un truc philosophique mais je dirais, un peu conte, presque un peu surnaturel.
Presque un peu incompréhensible, volontairement, avec plusieurs dimensions.
Celui-ci parle du deuil parce que je considère que l'on peut parler de tout aux enfants du moment où on pose les mots.
Là, je suis parti plus sur le concept du conte de fée classique, sur le :" Il était une fois...", pour l'enterrement.
Avec des illustrations toujours dans l'esprit très manga où une petite fille vit très heureuse dans un château mai son père meurt un jour.
Là, c'est aussi pour parler de la dépression et sa mère change.
Donc, il perde tout, les domestiques s'en vont, ils n'ont plus d'argent parce que sa dans les histoires japonaises on le voit aussi.
Et ils ont bien raison, c'est pour cela que sa parle aux enfants, aux ados et c'est parce que souvent il y a des gros problèmes dans les familles.
Ils le montrent dans les manga, je trouve qu'ils sont raison parce que voilà cela fait partie de la vérité.
Donc, cette petite fille grandit comme sa dans l'ombre, c'est volontaire, avec la petite chandelle, la petite lumière intérieure en faite.
Après la c'est ma vision des choses, finalement, elle lit beaucoup, elle grandit dans le silence et la lecture.
Elle ne voit pas tellement d'autres gens, sa mère est très isolée et vit dans le passé.
La fille veut aller à un bal mais sa mère refuse et donc, nouveau chagrin.
A ce moment-là, sa bonne lui dit :" Tu ne dois plus rester dans cette maison figée par le malheur. Va-t'en découvrir la vie et reviens lorsque tu auras fait ton chemin."
Donc, là jeune fille va faire son chemin, elle va quitter la maison, elle va faire des rencontres un peu étranges.
Je suis un peu partie sur l'idée de Don Juan, de commandeur, vous savez c'est un peu comme un fantôme qui la poursuit la nuit.

- Serait-ce la représentation de ces peurs ou ces doutes ? 

Oui voilà, mais aussi le fantôme du père, puis elle fait aussi une rencontre sur des collines.
Auquel une vieille dame lui refuse l'accès d'une colline sèche et aride.
Sauf qu'elle voit la vieille femme en venir avec des fleurs magnifiques.

- Serait-ce les obstacles qu'elle devra surmonter ? 

Oui, voilà, donc en dépit de l'interdiction de cette vieille dame.
Ombeline va quand même y aller, puis elle décide d'écouter sa propre voix, c'est pour cela qu'elle entend une douce mélodie.
Qui représente en faite sa propre voix intérieure, donc elle va essayer d'escalader une colline.
Puis, après elle va faire face à ses fantômes intérieures, des démons.
Finalement, elle arrive dans un jardin magnifique.
On la voit ensuite se regarder dans l'eau sauf qu'elle voit d'abord un jeune homme puis après son reflet à elle.
Le commandeur revient, la vieille dame aussi, ils lui expliquent qu'en faite c'est un peu son fantôme du passé.
Il faut qu'elle accepte le décès de son père, puis du coup en acceptant les choses.
Elle est à même de serrer son père dans ses bras, la vielle dame qui était une sorcière se transforme en fée.
C'est souvent comme sa, puis elle lui dit qu'elle est une partie de la jeune fille.
Puis après, elle a enfin compris les choses et elle peut enfin retourner chez elle.

- C'est intéressant car l'on voit qu'il y a l'influences des japonais aussi bien dans la façon des moments très crus. Les démons à combattre, qui est très symbolique mais on peut aussi très bien penser à certains contes Disney. Tel qu'Alice aux pays des merveilles, des choses comme cela.

Oui, il y a peut être un peu de tout.
C'est un peu une histoire atypique mais c'était volontaire.

Je remercie beaucoup la représentante d'Hâpy Collection d'avoir répondu à mes questions.

Laisser un commentaire

Subscribe to Posts | Subscribe to Comments

- Copyright © La folie des manga - Designed by Leyzia - @Leyziablog -